Les Studios VOA primés avec le prix « Implantation réussie à l’étranger »

La Chambre de commerce et d’industrie de Seine-Saint-Denis a récompensé en novembre dernier Studios VOA avec le prix « Implantation réussie à l’étranger ». L’agence de voix off et de doublage montreuilloise possède 5 studios d’enregistrement, dont un à Miami. Les fondateurs Céline Guerbert et Ronald Magaut dévoilent les coulisses de leur success story dans un entretien.

JPEG - 110.6 ko

Comment a débuté cette aventure ?
Ronald : En sortant de l’école, Céline a travaillé en radio et moi dans le cinéma. On avait de l’expérience et l’envie de nous lancer dans la création d’une entreprise pour entreprendre nos propres projets, alors nous avons monté Studios VOA il y a neuf ans.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans la création de Studios VOA, anciennement Voix Off Agency ?
Céline : Nous sommes ingénieurs du son de formation, nous avons fait l’école Louis-Lumière à Saint-Denis et il nous a donc fallu apprendre le métier de chef d’entreprise : une grosse découverte ! Nous avions plein d’interrogations, mais nous l’avons vécu comme une étape passionnante. Il y avait aussi de l’inquiétude, aussi bien financière que personnelle. Quand on crée son entreprise, les charges arrivent avec. La boîte doit tourner, commencer à faire du profit. C’est éprouvant. Mais la construction de VOA a été une découverte et un apprentissage qui s’est fait au cours des années.

Pour vous implanter à Miami, on imagine facilement que vous avez dû rencontrer des difficultés, quelle a été la plus grosse ?
Ronald : Forcément, mais la plus compliquée a été le temps pour constituer le projet. Nous avons eu besoin de deux ans pour monter le dossier de A à Z. Quand on est à l’international, et qu’on implante une structure, il est important de connaitre le pays dans lequel on va et se faire accepter. Il y aussi des demandes de visa pour créer la structure et ainsi se déplacer plus librement. Donc plusieurs étapes à passer, dont des entretiens avec les autorités américaines. Le plus angoissant, c’est qu’à aucun moment nous étions sûrs que notre dossier allait être validé par les autorités américaines.

Qu’est-ce qui fait votre succès selon vous ?
Ronald : Nous développons énormément avec beaucoup de remise en question. Nous sommes à l’affût en testant de nouvelles choses sans rester dans notre zone de confort.
Céline : C’est notre faculté d’adaptation au marché, aux conditions, à l’évolution des pratiques. Nous avons eu une première année difficile. Il était nécessaire de changer de fusil d’épaule, c’est pour cela que Studios VOA a commencé à faire de la voix off. Notre capacité à nous adapter nous a sauvés. Et aujourd’hui, nous sommes toujours en recherche pour proposer à nos clients de nouvelles choses à tester et de nouvelles possibilités de projet comme avec le mixage 3D par exemple.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur aujourd’hui pour réussir ?
Céline  : Il doit s’entourer, ne pas se retrouver seul face à sa boîte en intégrant un réseau de chefs d’entreprise. Il y en a pas mal dans le département. Ne pas hésiter à faire appel à un coach. Il doit aussi s’autoriser à changer d’avis, de positionnement et accepter de faire des erreurs, ce qui permet de se remettre en question par la suite. C’est bien d’avoir des mentors. Et surtout, très important : toujours prévoir au démarrage qu’il faut toujours plus de temps que ce qu’on prévoit pour monter son entreprise et faire en sorte que les projets aboutissent.

Pour finir… Qu’est-ce que ça représente pour vous ce prix reçu en novembre dernier ?
Ronald : Cela valide notre parcours, c’est comme un point d’étape. Il y a 5 ou 6 ans nous avions été élus « Espoirs de l’économie » par la même Chambre de commerce et d’industrie de Seine-Saint-Denis, alors ce prix c’est comme une suite logique. C’est très fort en interne, pour notre équipe de voir que des professionnels de l’export valident notre travail, notre parcours.

Propos recueillis par Maëliss Orboin

à lire aussi

SOS Femmes 93, à la pointe du combat contre les violences

En 25 ans d’existence, cette association a aidé des milliers de femmes. Elle partage son expérience pour élaborer de nouveaux outils pour aider les victimes, femmes et enfants. Reportage.


Des anges gardiens pour des droits de visite apaisés

Pour garantir la sécurité de la femme et des enfants en cas de violence dans le couple, le Département expérimente avec succès une mesure d’accompagnement protégé. Reportage.


Numéro 48 - Mars 2016

Femme/ homme : double mixte. Qu’elles soient sportives, carrossières ou auteures de BD, les femmes sont toujours en quête de respect, de reconnaissance et d’égalité. Un équilibre difficile à trouver.


Maïmouna Doucouré, Fenêtre sur court

Primée au festival américain de Sundance pour son court-métrage « Maman(s) », un film fort et sincère sur la polygamie vue à hauteur d’enfant, cette jeune femme de 30 ans avait aussi reçu en novembre dernier le Grand prix du festival Cinébanlieue, basé à Aubervilliers et Saint-Denis. Attention, talent à suivre !


Pauline Gamerre, le foot au féminin

Elle est la seule femme directrice générale d’un club pro en France. Marseillaise d’origine, la trentenaire ne se voit pourtant pas ailleurs qu’au Red Star pour vivre sa passion du foot. Parce qu’à l’entendre, ce club, historique et populaire, ne ressemble à aucun autre...


Sarah Ourahmoune, qualifiée pour les Jeux de Rio !

La boxeuse du Boxing Beats Aubervilliers a décroché mardi 24 mai son ticket pour les Jeux de Rio, réalisant ainsi le grand rêve de sa carrière. A 34 ans, la multiple championne de France entre même dans l’histoire en devenant la première boxeuse tricolore à se qualifier pour des Jeux olympiques. Nous l’avions rencontrée en février, avant son grand défi.