print
 

Des anges gardiens pour des droits de visite apaisés

Pour garantir la sécurité de la femme et des enfants en cas de violence dans le couple, le Département expérimente avec succès une mesure d’accompagnement protégé. Reportage.

En 2009, l’Observatoire départemental des violences envers les femmes a mené avec le parquet de Bobigny un travail sur les féminicides. Il a montré que, dans la moitié des cas, les assassinats s’étaient produits à l’occasion du droit de visite du père.

L’Observatoire s’est inspiré d’une mesure simple et efficace appliquée en Suède. Une tierce personne vient chercher les enfants au domicile de la mère, les accompagne chez le père, puis les ramène en retour. Un dispositif expérimental que les juges aux affaires familiales ont très rapidement adopté dans les cas où le père n’a pas exercé de violences envers les enfants.

Les enfants sont vite dans la confiance

Marie-Claude Benezet est l’une de ces accompagnantes, toutes retraitées. « Le profil “mamie” rassure et évite la connivence avec les parents. Nous avons toutes suivi une formation spécifique et nous sommes défrayées par une association, La Sauvegarde de Seine-Saint-Denis. » Marie-Claude évolue en terrain connu. Elle a longtemps été éducatrice à la protection judiciaire de la jeunesse : les enfants, les crises sociales, elle connaît. « Notre priorité, reprend-elle, c’est avant tout le bien-être de l’enfant. Au départ, ils posent des questions : “Et pourquoi c’est toi qui m’accompagne ?”. Mais bien vite, ils sont dans la confiance. Ils sentent que la situation va être apaisée. »

Éviter de nouvelles violences

La première à être soulagée, c’est la mère. Elle n’a plus à s’inquiéter du risque de croiser à nouveau son agresseur. Cet apaisement est également bénéfique aux enfants. « Mais certains pères aussi se sentent soulagés, poursuit Marie-Claude Benezet. Plusieurs m’ont avoué que, ainsi, ils n’avaient plus peur de s’énerver. » La mesure d’accompagnement protégé est mise en place pour une durée de six mois, renouvelable une fois. « Au-delà, le couple doit trouver un moyen pour que ce droit de visite soit exercé dans de bonnes conditions, parfois grâce à un membre de la famille. »

Ce dispositif est encore pour l’instant en expérimentation en Seine-Saint-Denis seulement, mais son succès intéresse la Ville de Paris. Peut-être gagnera-t-il ensuite l’ensemble du territoire, comme le téléphone d’alerte ?

Georges Makowski

Pour en savoir plus


Le point de vue de... Pascale Labbé

JPEG - 16.5 ko

Conseillère départementale déléguée chargée de l’égalité femmes-hommes

L’un des enjeux majeurs de la lutte contre les violences envers les femmes est de protéger ces mères victimes de violences conjugales.
Ce dispositif permet de les protéger de leur agresseur mais aussi de préserver leurs enfants qui sont en souffrance. Seul notre Département propose la mesure d’accompagnement protégé (MAP) : 40 MAP ont été prononcées, 69 enfants ont d’ores et déjà bénéficié de ce dispositif et 381 trajets ont été effectués par les accompagnantes. C’est avec fierté que nous voyons les politiques publiques expérimentées en Seine-Saint-Denis, impulsées par l’Observatoire, se développer sur l’ensemble du territoire national.


Le point de vue de... Catherine Mathieu
Coordinatrice du pôle de l’état des personnes et de la famille

JPEG - 19.7 ko

Cette mesure d’accompagnement protégé est adaptée lorsqu’il y a eu des
violences dans le couple et qu’il persiste une crainte qu’elles se reproduisent, avec des
conséquences pour la mère et les enfants. La MAP est très utile pour ces situations graves et peu nombreuses. Elle permet l’exercice d’un droit de visite et d’hébergement classique lorsque le parent violent ne présente pas de risque pour l’enfant. Pour les juges aux affaires familiales, c’est un outil précieux. Depuis le début de l’expérimentation, il n’y a pas eu d’incidents. D’autre part, le fait que l’accompagnant discute avec la mère, l’enfant et le père permet d’évaluer l’évolution des relations. La MAP permet de sécuriser et de débloquer des situations pour ensuite s’orienter vers des solutions plus pérennes.

à lire aussi

SOS Femmes 93, à la pointe du combat contre les violences

En 25 ans d’existence, cette association a aidé des milliers de femmes. Elle partage son expérience pour élaborer de nouveaux outils pour aider les victimes, femmes et enfants. Reportage.


Les Studios VOA primés avec le prix « Implantation réussie à l’étranger »

La Chambre de commerce et d’industrie de Seine-Saint-Denis a récompensé en novembre dernier Studios VOA avec le prix « Implantation réussie à l’étranger ». L’agence de voix off et de doublage montreuilloise possède 5 studios d’enregistrement, dont un à Miami. Les fondateurs Céline Guerbert et Ronald Magaut dévoilent les coulisses de leur success story dans un entretien.


Numéro 48 - Mars 2016

Femme/ homme : double mixte. Qu’elles soient sportives, carrossières ou auteures de BD, les femmes sont toujours en quête de respect, de reconnaissance et d’égalité. Un équilibre difficile à trouver.


Maïmouna Doucouré, Fenêtre sur court

Primée au festival américain de Sundance pour son court-métrage « Maman(s) », un film fort et sincère sur la polygamie vue à hauteur d’enfant, cette jeune femme de 30 ans avait aussi reçu en novembre dernier le Grand prix du festival Cinébanlieue, basé à Aubervilliers et Saint-Denis. Attention, talent à suivre !


Pauline Gamerre, le foot au féminin

Elle est la seule femme directrice générale d’un club pro en France. Marseillaise d’origine, la trentenaire ne se voit pourtant pas ailleurs qu’au Red Star pour vivre sa passion du foot. Parce qu’à l’entendre, ce club, historique et populaire, ne ressemble à aucun autre...


Sarah Ourahmoune, qualifiée pour les Jeux de Rio !

La boxeuse du Boxing Beats Aubervilliers a décroché mardi 24 mai son ticket pour les Jeux de Rio, réalisant ainsi le grand rêve de sa carrière. A 34 ans, la multiple championne de France entre même dans l’histoire en devenant la première boxeuse tricolore à se qualifier pour des Jeux olympiques. Nous l’avions rencontrée en février, avant son grand défi.