print
 

Visite de chantier du collège Maurice-Thorez à Stains

Ce nouveau bâtiment reconstruit dans le cadre du Plan exceptionnel d’investissement pour les collèges, et qui ouvrira ses portes à la rentrée 2014, accueille un chantier d’insertion permettant à des jeunes de se former aux métiers du bâtiment. La visite du chantier a eu lieu le 5 juin 2014 en présence notamment de Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et Azzedine Taïbi, Maire de Stains.

PNG - 4.4 ko

Reconstruit dans le cadre du PEI sur le site des Tartres, le collège du Clos Saint-Lazare avait besoin d’une importante rénovation depuis sa construction en 1969. L’établissement bénéficiera désormais d’équipements en phase avec les exigences du projet éducatif du Département.

ZOOM sur les chantiers d’insertion

Artisans, TPE et PME (très petites, petites et moyennes entreprises) n’ont pas été oubliés lors des discussions entourant la signature des contrats.

C’est en effet l’équivalent de 30 à 35 % des dépenses d’investissement que les constructeurs Fayat et Eiffage leur sous-traitent.

Voulue par le Conseil général pour favoriser le tissu économique et l’emploi, la mesure s’applique durant les phases de conception (architectes, études, diagnostics, etc. et de construction des collèges (terrassement, fondations, démolition, coffrage, etc.). Et d’autres encore ont été prévues pour la maintenance et l’entretien des bâtiments.

Pour favoriser l’insertion d’une diversité de public, et notamment des personnes les plus éloignées de l’emploi, différentes actions ont également été menées, aussi ambitieuses en volume (155 000 heures) qu’en qualité, puisque la plupart inclut un accompagnement et une formation.

Deux d’entre elles relèvent d’ailleurs de véritables innovations sociales, en créant des dispositifs qui n’existaient pas. C’est le cas des chantiers d’insertion pour les personnes les plus éloignées de l’emploi, pour lesquelles une formation sur mesure a été conçue, ainsi que du parcours individuel proposé à titre expérimental à trois jeunes au niveau scolaire inférieur au bac et qui aboutira à l’obtention d’un BTS de chef de chantier.

Une démarche qui, là encore, est amenée à se poursuivre, dans la vie quotidienne du collège comme dans les futurs partenariats avec les constructeurs.

à lire aussi