print
 

"Violences conjugales" : Un livre pour comprendre et avancer.

Les violences conjugales font 223 000 victimes chaque année. Pour stopper ce fléau et protéger les femmes, Ernestine Ronai la responsable de l’Observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis et Edouard Durand, juge des enfants au TGI de Bobigny, présentaient ce 15 novembre « Violences conjugales, le droit d’être protégée ». Un livre qui a tout compris des violences conjugales.

Le 15 novembre, Ernestine Ronai et Edouard Durand présentaient cet ouvrage, entourés des principaux auteurs, de Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental et de Pascale Labbé, conseillère départementale déléguée chargée de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes.

Karen Sadlier, est docteure en psychologie. Edouard Durant magistrat. Ernestine Ronai est responsable de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes. Tous trois ont travaillé à un ouvrage collectif sur les violences faites aux mères et aux traumas qui en découlent pour les enfants. « Violences conjugales : un défi pour la parentalité », un livre qui vient de sortir aux Editions Dunod à l’attention de tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin au sujet.

A quoi reconnaît-on un bon livre ? Sa lecture terminée, on ne voit plus les choses pareilles. Notre regard sur le monde en est changé. C’est le cas avec « Violences conjugales. Le droit d’être protégée ». En 312 pages, on arrive à la fois à se mettre à la place des femmes battues et des professionnels qui les protègent.

Un livre collégial qui a réuni 15 contributeurs. Les auteurs sont psychologues, psychiatres, magistrats, médecins, sages-femmes, travailleurs sociaux et responsables institutionnels. Des experts de terrain qui ont rencontré ces victimes de violences conjugales. Les ont écoutées, examinées, les ont aidées, à trouver un toit, à dissiper leurs cauchemars, à emprisonner leur conjoint violent, à faire respecter le droit de visite sans risque pour leur vie.

Et dans ce livre, ils prodiguent des conseils précieux aux victimes, des conseils pour mettre fin aux violences conjugales. Ils donnent des pistes pour améliorer les lois, étendre les dispositifs. Les conseils sont appuyés par une analyse rigoureuse et étayés par des chiffres qui poussent à l’action.

Le talent de ce livre est de nous dire très concrètement qui fait quoi : Comment ça se passe dans le bureau du juge des affaires familiales pour la victime ? Qu’est-ce qui se dit ? Qu’est-ce qui se joue ? Quels sont des documents à apporter pour obtenir « une ordonnance de protection » ? Comment ça se passe à l’hôpital pour les enfants qui ont vu un de leurs parents tuer l’autre ? Comment agit et réagit très concrètement l’équipe psycho-médicale présente ? Et qu’est-ce qui est mis en place ? Comment ça se passe dans la tête de l’agresseur au moment du passage à l’acte ? A quoi le reconnaît-on ? de ses traits de caractère à son modus operandi…

Si ce livre nous fait comprendre tellement de choses, c’est que ses auteurs savent de quoi ils parlent. Des « experts » rassemblés par Ernestine Ronai et Edouard Durand pour leurs connaissances et leur travail auprès des victimes de violences conjugales. A travers la précision et la technicité de leurs propos, on appréhende leur niveau d’exigence professionnelle. Un ouvrage pluridisciplinaire dont émanent une énergie et une force commune. Un livre collectif qui explique sans rien enjoliver, sans rien cacher, la vie de ces femmes, par où elles sont passées, ce qu’elles ont subi et tout ce que les professionnels font pour les protéger et les aider à aller mieux. Une vision transversale qui éclaire un sujet très complexe et encore trop tabou.


« Violences conjugales, le droit d’être protégée » est édité aux éditions Dunod. Il aborde : L’impact psychotraumatique des violences conjugales sur les victimes par Muriel SALMONA. La personnalité des agresseurs par Linda TROMELEUE. Le repérage systématique, une méthode de diagnostic efficace par Emmanuelle PIET. Une attitude professionnelle protectrice par Mathilde DELESPINE. De la mise à l’abri à l’accès au logement par Carole BARBELANE BIAIS. Le soin aux victimes de violences conjugales par Mélanie VOYER. L’accompagnement de femmes migrantes victimes de violences Christine LEVERRIER. La politique pénale par François MOLINS. La grande dangerosité des hommes violents par Anne MARTINAIS. Le traitement médico-légal des violences par Céline BUCHAILLET. Le rôle du juge aux affaires familiales dans le traitement des violences conjugales par Catherine MATHIEU. La violence dans le couple, le paradoxe de la protection maladroite de l’enfant par Karen SADLIER. La mesure d’accompagnement protégé par Ernestine RONAI. Violences conjugales et protection de l’enfance par Edouard DURAND. L’enfant co-victime d’un meurtre dans le couple parental Clémentine RAPPAPORT ET Élisabeth QUESTIAU, L’accompagnement des enfants victimes de violences conjugales au sein d’une crèche par Nathalie LÉPINAY.

Edouard Durand : En cas de violences conjugales, pas d’autorité parentale conjointe
JPEG - 18.9 ko

Edouard Durand est magistrat. Juge des enfants à Marseille de 2007 à 2011, il est depuis janvier 2012 coordonnateur de formation à l’Ecole Nationale de la Magistrature. Il a publié plusieurs articles consacrés au droit de la famille et aux violences conjugales, et notamment « La place du père : les hésitations du droit de la famille » (Esprit, mai 2012) et « Violences conjugales et parentalité : protéger la mère c’est protéger l’enfant » (Dalloz, Actualité Juridique Famille, mai 2013)

« Cela fait longtemps que je travaille ici (ndr. s’adressant au président du Conseil Départemental Stéphane Troussel) et votre implication dans la protection des victimes de violences conjugales m’impressionnent beaucoup par sa constance et l’énergie que vous y mettez. Ce que vous faites avec les services du Conseil départemental et avec les autres élus, dit bien aux femmes et aux enfants victimes de violences conjugales que c’est d’abord une décision politique des citoyens de vivre sans la violence. Vous l’incarnez si j’ose dire et je vous en remercie. »

Karen Sadlier : Conflit familial ? ou violences conjugales ?

JPEG - 19.6 ko

Karen Sadlier est Docteur en psychologie clinique et psychopathologique.

« Est-ce que j’ai affaire à une famille où il y a des conflits exacerbés ? Si oui il est normal d’entrer avec des outils de négociations, de médiation, d’aider les gens à trouver un terrain d’entente. Est-ce que j’ai affaire à une famille où il y a violence dans le couple ? Si oui on doit mettre une frontière, pas de contact entre victime et auteur. Bien différencier ces deux situations c’est la chose la plus importante. Cela concerne tous ceux qui font des diagnostics : les professionnels de la Justice (avocats, experts, juges des enfants, juges des affaires familiales) et les professionnels socio-éducatifs. »

Ernestine Ronai : Y a-t-il de la violence à la maison ?

JPEG - 20.9 ko

Ernestine Ronai est enseignante, psychologue, journaliste et responsable de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes. Elle est Coordinatrice nationale de la lutte contre les violences envers les femmes au sein de la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et de lutte contre la traite des êtres humains.

« Tout seul on n’y arrive pas mais tous ensemble on peut y arriver. L’ouvrage collectif dit cela aussi : chacun est complémentaire. Et dans cette complémentarité, nous arrivons à faire reculer les violences faites aux femmes. Et aujourd’hui, nous arrivons à ce que la parole se libère. Ce travail fait ensemble n’est pas né tout seul. Merci aux partenaires et aux services. »

« Violences conjugales : un défi pour la parentalité »
Editions Dunod

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400