print
 

Une nouvelle architecture éducative

L’architecture éduque, elle est une marque de respect et un outil au service d’un projet pédagogique et éducatif ambitieux.

 Pourquoi une nouvelle architecture éducative pour les collèges

Préalable à un ambitieux plan de rénovation et de construction des collèges, la consultation lancée par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis pour définir le collège du 21e siècle a permis de poser les bases d’une nouvelle architecture éducative.

JPEG - 7.3 ko

Le 17 octobre 2010, l’assemblée départementale de la Seine-
Saint-Denis adoptait un plan exceptionnel d’investissement de 723 millions d’euros en faveur des collèges. Ce programme prévoit la construction, reconstruction, réhabilitation de 21 collèges, dont 17 constructions neuves — 11 reconstructions et 6 nouveaux collèges — et 4 opérations de restructuration, à quoi s’ajoutent la réalisation de 3 internats, l’implantation de 9 cuisines centrales, la construction de 9 gymnases, d’une piscine et de 2 CIO.
À travers ces opérations, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis réaffirme la place prioritaire de l’éducation dans sa politique. Il pose les bases d’une nouvelle architecture scolaire, à même de répondre aux besoins démographiques, aux enjeux éducatifs et aux exigences fonctionnelles du collège du 21e siècle.

Dans un contexte social et scolaire spécifique, le Département, par son ambition éducative, souhaite offrir une école publique de qualité à sa jeunesse. L’architecture constituant un élément de l’acte éducatif, le Conseil
général a décidé de repenser l’environnement scolaire. Alors que le collège a été identifié dans de nombreuses études comme étant le maillon fragile de la chaîne éducative, il s’agit de proposer une mise en adéquation des nouvelles structures d’accueil des élèves à l’enseignement de demain.

Le Conseil général a décidé d’une approche participative pour concevoir le collège du troisième millénaire, qui accueillera les générations actuelles et futures d’élèves du département. Conduites auprès des acteurs et des partenaires de l’éducation — Rectorat de Créteil et Inspection académique, enseignants, chefs d’établissement, collégiens, parents d’élèves, syndicats, experts — une consultation et une concertation ont permis d’élaborer un programme-type, qui servira de cadre de référence pour les futurs projets de construction/restructuration des collèges du département.
Ce programme-type définit ainsi une nouvelle architecture éducative, à travers des orientations précises : le collège dans la ville ; un cadre éducatif serein et sécurisé ; les parents partenaires ; des espaces adaptés aux collégiens ; la restauration scolaire (éducation au goût, équilibre alimentaire et détente des enfants) ; le centre de ressources au cœur du collège ; un collège irrigué par les nouvelles technologies ; un collège respectueux de l’environnement ; des espaces modulables au service de la pédagogie ; une pédagogie du patrimoine. Si ces orientations d’ordre technique, fonctionnel et architectural constituent le socle de conception des nouveaux collèges, elles n’excluent pas l’intégration de nouveaux aménagements afin d’accompagner l’évolution des besoins en matière d’enseignement.
Le Département s’est aussi engagé sur des clauses sociales pendant les chantiers pour favoriser l’emploi et la qualification.

On le voit, à travers ce programme d’envergure en faveur des collèges, le Département prouve une fois encore son engagement de bâtisseur au service de l’éducation. Ainsi, le Conseil général prend sa part dans la reconquête de l’école publique en assumant ses responsabilités.

JPEG - 55.5 ko

 Le collège dans la ville

Conçu comme un espace charnière entre la communauté éducative et l’extérieur, le pôle « collège ouvert » des futurs établissements concrétise la vocation d’ouverture du collège sur son environnement.

La nécessité d’ouvrir le collège sur l’extérieur constitue une orientation déterminante du programme-type des collèges. Il est en effet apparu à tous les acteurs consultés que le collège ne pouvait être conçu comme une entité isolée du tissu socioculturel environnant, particulièrement en Seine-Saint-
Denis, département marqué par une forte densité urbaine.

S’il doit être un lieu privilégié de rencontres et d’échanges avec les écoles et les lycées du secteur, avec les collectivités locales, le collège doit, plus largement, s’inscrire dans le quartier, dans la ville, et offrir des espaces d’accueil pour les habitants et les manifestations extérieures : expositions, conférences, animations, rencontres sportives ou culturelles, en lien avec des partenaires extrascolaires.

Cette insertion dans le quartier, ces liens ainsi tissés entre la communauté éducative et la population contribuent au fait que le collège soit considéré comme un « bien » commun, un équipement, qu’il convient de respecter.

Ce qui doit prévaloir, c’est l’idée de se doter d’établissements qui ne soient pas des établissements « dans le » quartier, mais « du » quartier.
Éric Debarbieux, Président de l’Observatoire international des violences à l’école.

C’est donc pour répondre à cette vocation d’ouverture que la nouvelle architecture éducative prévoit l’existence d’un pôle « collège ouvert » qui soit réservé aux élèves sur le temps scolaire mais aussi mis à disposition d’utilisateurs extérieurs, par exemple des associations, en dehors des heures de cours.
Constitué de divers espaces — espace sportif, salle polyvalente, salle d’exposition, jardin et mare pédagogiques, Maison des parents –, ce pôle implique, dans sa conception, la mise en place de circulations, d’accès et de dispositifs de sécurité et de protection permettant un fonctionnement autonome et une délimitation des lieux ainsi ouverts.

L’enjeu est de réussir à concilier, dans le bâti, l’impératif de protection du collège et son caractère de lieu ouvert. L’utilisation de ce pôle ne peut s’envisager que dans le cadre d’une organisation fonctionnelle, d’un cadre conventionnel fixant les responsabilités de tous les acteurs et, bien sûr, des moyens humains et logistiques permettant de répondre aux contraintes en matière de gestion et d’entretien.

 Le sport et la culture, des pratiques privilégiées et trois équipements dédiés

La salle d’exposition
Conçue pour recevoir les travaux réalisés par les élèves, elle est également ouverte aux expositions temporaires organisées avec des partenaires extérieurs — musées, associations, artistes indépendants, artistes du quartier…
Tableaux, sculptures, livres, objets anciens doivent pouvoir y être exposés. Prévu pour permettre une grande souplesse d’utilisation, son aménagement répond à des exigences précises (présence de panneaux modulables ; éclairage neutre et homogène ; cimaises ; murs blancs ; prises de courant judicieusement réparties dans la salle…).

JPEG - 52.8 ko

L’espace sportif
Accessible depuis le pôle ouvert du collège, depuis la cour de récréation et depuis l’espace urbain, cet espace comporte de nombreux équipements destinés aux élèves, mais aussi aux activités associatives du quartier, et ce en dehors des heures de cours. Il comprend ainsi une salle de sports accueillant un mur d’escalade, les agrès, la gymnastique, les sports de combat, le tennis de table, etc., et un plateau sportif extérieur réservé aux sports collectifs et à l’athlétisme. Afin de favoriser le développement des équipements sportifs sur le territoire, le Département a souhaité profiter du PEI pour répondre aux besoins des villes (gymnases, piscine, salles de sports). L’idée est bien d’optimiser l’utilisation des équipements sportifs intégrés dans les collèges, alors que les communes ont souvent du mal à satisfaire la forte demande de pratiques sportives, faute de locaux disponibles.

La salle polyvalente
Comme son nom l’indique, cet espace remplit des usages variés, surtout liés à la tenue de réunions (réunions des parents d’élèves et conseils d’administration du collège). Mais il doit aussi héberger des activités (expression corporelle, projection…). Un aménagement est, là aussi, prévu en conséquence : équipement de type estrade amovible, système de sonorisation, vidéoprojecteur, écran escamotable.

 Un cadre éducatif serein et sécurisé

Déterminantes dans la manière dont élèves et adultes vivent « leur » collège, les questions de sécurité et de confort sont au cœur de la conception des nouveaux établissements.

JPEG - 7.2 ko

Le collège doit être vécu comme un lieu agréable et sûr par tous ses usagers
— élèves et adultes. Les nouveaux établissements doivent intégrer les exigences de sécurité et de confort. Dans le collège du 21e siècle, accès au collège, couloirs, circulations, zones d’attente, de regroupement, sont pensés dans le but d’assurer la fluidité des déplacements, la qualité de l’accueil et une capacité de surveillance maximale par les adultes.

Les espaces d’accueil sont à la fois ouverts et protégés.
La loge d’accueil, en face de l’entrée, disposera d’une vue large (baie vitrée dans des matériaux appropriés pour éviter les bris de glace en cas de jet de projectile).

La vidéoprotection, qui n’a pas vocation à remplacer le personnel de surveillance, est limitée aux entrées excentrées (parking/livraison, logements de fonction) non visibles de la loge, et à l’entrée principale dans les périodes où il n’y a pas d’agent d’accueil.

Les circulations doivent permettre les flux des élèves entre les différents pôles, en évitant les goulots d’étranglement. Cela nécessite la conception de couloirs droits, larges et éclairés, et bannit la présence de tout élément susceptible de nuire à la surveillance des circulations.
Pour développer le caractère convivial de ces espaces où élèves et adultes passent beaucoup de temps, leur conception et leur traitement doivent prendre en compte l’éclairage (éclairage naturel obligatoire), le confort thermique, le confort acoustique, la clarté des matériaux, un dimensionnement adapté, l’intégration d’espaces d’attente, de points de rencontre…

Les façades et les clôtures ne doivent pas constituer des éléments d’escalade potentielle. Elles doivent donc être sobres et ne pas présenter d’éléments saillants à la portée des personnes.

La cour de récréation est configurée de manière à être facile à surveiller par les personnels éducatifs. Comme tous les espaces de l’établissement, elle doit être accessible aux élèves handicapés.

L’éclairage artificiel doit être conçu de manière à éviter l’existence de zones mal éclairées. Il concerne notamment les cheminements, qu’ils soient secondaires ou principaux, la cour de récréation, les espaces sportifs extérieurs, les deux parvis d’accueil.

Les bureaux des personnels d’encadrement de la vie scolaire occupent une position charnière au sein de l’établissement, qui facilite la surveillance des lieux de passage (hall, cour, préau), des salles de travail et des locaux de la vie scolaire des élèves.
> Spacieux, les bureaux des CPE et des assistants d’éducation peuvent accueillir élèves et parents dans de bonnes conditions.
> Une salle attenante au bureau du CPE et en liaison directe avec celui-ci est destinée à l’accueil des élèves exclus de cours.
> Les bureaux de la direction disposent d’une vue sur la cour de récréation et sur l’entrée des élèves.

Les sanitaires des élèves, lieux par nature privatifs, seront conçus de manière à faciliter la surveillance des élèves et du matériel.

Pour faciliter la maintenance et l’entretien, il faut prévoir des matériaux faciles à nettoyer, des espaces configurés de manière à permettre le passage des machines et des locaux techniques de maintenance qui soient situés à proximité de l’ascenseur et des points d’eau.

Un parvis extérieur placé sur l’espace public, il constitue un lieu d’attente sécurisé pour les élèves devant les portes du collège. Il est en lien avec les aires de dépose des élèves, les voies d’accès piétons et cycles. Il permet aux collégiens d’être sur l’espace public sans gêner les autres utilisateurs.

Un parvis intérieur délimité par la clôture de l’établissement, il est un espace de transition entre l’espace public et l’intérieur du bâtiment, une zone tampon qui garantit la sécurité de la communauté éducative. L’idée est d’éviter, pendant les heures de cours, tout contact direct et non contrôlé des élèves avec l’extérieur.
D’un point de vue fonctionnel, le parvis intérieur est un espace de distribution qui doit permettre d’accéder de façon aisée aux différents pôles de l’établissement.
Enfin, symboliquement, il représente l’ouverture du collège sur la ville. Pour répondre à la double exigence de protection et d’ouverture, il est donc important qu’il soit conçu comme un espace fonctionnellement clos tout en offrant l’image d’un lieu très ouvert.

JPEG - 51.3 ko

 Un collège accueillant pour les « parents partenaires »

Pour accompagner les parents dans la scolarité de leurs enfants et faire d’eux de vrais partenaires, les nouveaux collèges leur réserveront un espace à part entière : la Maison des parents.

Le rôle des parents est primordial dans la réussite de leurs enfants, et ils ne peuvent être tenus à l’écart de la vie du collège. Même si le collège est, en soi, un espace bien défini, avec ses missions, ses propres règles de fonctionnement, ses références éducatives, l’enfant ne laisse pas son vécu quotidien à la porte du collège en y entrant.
Aujourd’hui, alors que l’interdépendance entre le collège et son environnement tend à se renforcer, le parent doit, plus que jamais, être un partenaire et pas seulement l’autorité responsable à laquelle on s’adresse quand l’enfant pose problème à l’institution scolaire. Tout doit être mis en œuvre pour l’informer, pour l’associer au maximum au projet d’établissement, et pour lui fournir des outils qui lui permettent de suivre la scolarité de son enfant.

La relation qu’entretiennent les parents d’élèves avec le collège est paradoxale. D’un côté, les parents attendent beaucoup du collège et souhaitent s’impliquer au mieux dans la scolarité de leurs enfants ; de l’autre, ils ressentent ce lieu comme inaccessible ou peu enclin à les accueillir, à les entendre, à les comprendre.

Pour parvenir à établir cette relation le collège du 21e siècle doit concrètement faire une place aux « parents partenaires ». C’est la vocation de la Maison des parents, prévue au sein du pôle « collège ouvert » des nouveaux établissements. Aisément accessible depuis la circulation du pôle et depuis le hall d’accueil, cet espace est conçu pour :
  • accueillir les activités des associations de parents,
  • permettre l’organisation d’activités parents-élèves,
  • rendre possibles l’initiation des parents à l’outil informatique et leur accès à l’Environnement numérique de travail Celi@ mis en place par le Conseil général.

Lieu privilégié pour l’échange entre les parents, ces locaux, propices à la confidentialité, favoriseront la rencontre avec l’équipe éducative.

 Des espaces adaptés aux collégiens

Espace évolutif et convivial, le collège de demain est d’abord conçu pour répondre aux besoins des élèves.

JPEG - 7.9 ko

Le passage en sixième est une étape marquante dans la vie de l’élève, synonyme de changements significatifs : nouvel établissement, nouveaux enseignements, multiplication des professeurs et des salles de classe…. Tout cela intervient à un âge où l’enfant a encore besoin d’être sécurisé par un cadre de proximité et par des repères qui lui sont familiers. Si de tels moments participent à sa construction en tant qu’individu et au développement de son autonomie, ils ne doivent pas être vécus comme des ruptures.

Une nécessaire continuité pédagogique pour éviter les ruptures, souvent mal vécues par les élèves, l’institution scolaire doit rechercher les meilleures articulations possibles entre les différents niveaux du système éducatif — primaire, collège et lycée —, à travers l’expression d’une continuité pédagogique. Cette continuité passe par l’enseignement, mais elle repose aussi sur l’organisation fonctionnelle des établissements.
Ainsi, la conception des nouveaux collèges obéira au respect de certains critères architecturaux et fonctionnels :

  • Une salle de classe unique pour les divisions de sixième. Pour aller dans le sens d’un lien entre l’école élémentaire et le collège, le Département de la Seine-Saint-Denis et les instances académiques départementales ont prévu que, dans les nouveaux collèges, chaque division de sixième se verra attribuer une salle de classe unique dans laquelle elle suivra tous les enseignements qui ne nécessitent pas de locaux spécifiques.
  • Une organisation rationnelle du pôle « enseignement ». Les espaces d’enseignement seront clairement identifiables au sein de l’établissement et présenteront une forte proximité entre eux. Ces dernières disposeront aussi de liaisons aisées avec les autres pôles ou espaces du collège pour permettre une circulation fluide et confortable des élèves.
  • Une classe évolutive. Les espaces d’enseignement seront conçus de façon
    à rendre possibles différentes organisations des mobiliers et des équipements en fonction de la pédagogie utilisée.
« Arriver en 6e, c’est impressionnant, le collège est grand et il y a beaucoup de nouvelles choses à découvrir. C’est rassurant de savoir que je n’aurai pas toujours à chercher ma salle de classe. »
Bandhu, élève de primaire.

Des espaces périscolaires propices à l’épanouissement
Lieu d’apprentissage, le collège est aussi un lieu de vie où le jeune doit pouvoir se sociabiliser, se détendre, se divertir. Dans cette perspective, le programme-type des collèges du 21e siècle prévoit la création d’un pôle « vie du collège » regroupant des espaces d’activités destinés aux élèves en dehors des heures de cours :
> La cour de récréation. Ce lieu de socialisation essentiel au sein du collège devra comporter des espaces paysagers structurants, des aires de jeux collectifs, des espaces et des équipements permettant, pour les
uns, la rencontre en petits groupes, pour les autres, la réflexion individuelle. La cour devra être facile à surveiller.
> Le foyer des élèves et les salles d’activités. Ces espaces réservés au jeu, à la détente, aux activités associatives, permettront aux élèves de se retrouver ensemble, dans une situation proche de l’autonomie et de l’autogestion. Ils seront équipés de points d’accès informatiques. La proximité des bureaux des personnels d’encadrement facilitera leur surveillance.
> La salle d’études multimédia. Implantée à côté du bureau des assistants d’éducation, elle constituera un espace numérique de travail ou d’activités ludiques, où les élèves pourront venir travailler en groupes ou individuellement, sous la surveillance du personnel d’encadrement.

JPEG - 40.5 ko

 Restauration scolaire : éducation au goût, équilibre alimentaire et détente

La pause méridienne constitue un moment essentiel pour le bien-être des collégiens. C’est pourquoi le programme-type des nouveaux collèges met l’accent sur la conception d’un espace de restauration de qualité, propice à la convivialité et à la détente.

Le temps consacré à la restauration est très important pour l’équilibre des élèves. Il doit constituer, au milieu d’une journée de travail souvent longue, un moment de calme et d’agrément, afin de leur permettre de reconstituer leur force d’attention.

Soucieux de faire bénéficier le plus grand nombre d’élèves possible d’une pause méridienne de qualité, le Département de la Seine-Saint-Denis prend en charge une partie du coût du repas, en fonction des ressources de chaque famille. L’objectif n’est pas seulement de permettre aux élèves de prendre leur repas sur place, mais de leur organiser un temps de pause dans leur journée d’apprentissage, de leur offrir des repas de qualité, équilibrés et diversifiés, et de leur donner la possibilité de pratiquer des jeux, des activités culturelles ou artistiques. En ce sens, la pause méridienne
n’est pas un « temps mort » dans la journée mais bien une séquence de l’emploi du temps des élèves et une composante à part entière du projet d’établissement.

Il en résulte que, dans la conception des nouveaux collèges, une attention particulière est portée aux locaux et aux équipements de la restauration scolaire.

La première priorité de la restauration scolaire est de fournir un repas de qualité aux demi-pensionnaires, tout en garantissant les conditions d’hygiène et de sécurité alimentaire. Ainsi, il est prévu d’implanter neuf cuisines centrales pour fabriquer et livrer les repas des collèges servant moins de 400 repas par jour. Les autres disposeront de leur propre cuisine de production. Celle-ci sera conçue de façon à intégrer au mieux les questions liées à sa fonctionnalité et à son entretien :

  • une construction de plain-pied pour éviter la manutention inutile,
  • des équipements et des matériaux de revêtement faciles à entretenir,
  • peu d’espaces de circulation entre chaque zone de la cuisine pour ne pas complexifier les procédures d’entretien.
Le mobilier et les revêtements de sol des salles de restauration sont choisis pour faciliter le travail d’entretien des agents dans les collèges.
Pascal Flores, référent restauration des collèges, Conseil général.

 Le centre de ressources au cœur du nouveau collège

CDI, salles de travail, espaces de dialogue et d’apprentissage, sont des éléments fédérateurs de la communauté éducative.

JPEG - 10.4 ko

Alors qu’il constitue un lieu d’enseignement à part entière, un lieu de connaissance et de recherche, le centre de documentation et d’information (CDI) a trop souvent été relégué dans une position d’arrière-plan au sein des établissements scolaires. Mais aujourd’hui, dans un contexte de multiplication et de diffusion accélérée des informations via Internet et les nouvelles technologies, il apparaît encore plus nécessaire d’offrir aux élèves une approche qualitative des ressources à leur disposition et de leur apporter un soutien efficace dans la compréhension et l’analyse de celles-ci.

C’est le rôle du centre de ressources, outil d’autant plus précieux que les nouvelles pratiques d’enseignement font de plus en plus appel à la recherche et à l’investigation personnelles des élèves.

Pour les enseignants aussi, il constitue un lieu central, puisqu’ils peuvent y actualiser leurs connaissances, y mener des recherches, y travailler individuellement ou en groupes. Le professeur documentaliste, membre à part entière de l’équipe pédagogique, a en outre, dans le cadre des ENT, un rôle de référent et de conseil pour le choix et l’organisation de l’ensemble des ressources accessibles en ligne pour les élèves et les enseignants de l’établissement.

Toutes ces raisons font que, dans le programme-type des nouveaux collèges, le centre de ressources est conçu comme un espace fédérateur et dynamique de la communauté éducative. Du point de vue fonctionnel et architectural, cela conduit à l’implanter au cœur de l’établissement, au carrefour des grandes circulations fréquentées par les élèves et par les enseignants. Il doit ainsi être facilement accessible depuis la vie scolaire, les locaux des enseignants et les salles d’enseignement.

 Des salles pour les enseignants

Afin d’accueillir le travail des enseignants, le programme-type du collège prévoit des locaux différenciés, consacrés d’une part à la détente et aux échanges, et d’autre part au travail individuel et collectif.

JPEG - 50.5 ko

 Un collège irrigué par les nouvelles technologies

L’intégration de l’outil numérique et des nouvelles technologies dans l’espace éducatif constitue l’un des aspects les plus innovants du collège du 21e siècle.

S’il est un domaine où le collège se doit d’être évolutif, c’est bien celui des technologies innovantes de l’éducation (TIE). Sans aller dans le sens de la surenchère, le collège du 21e siècle intégrera les outils technologiques modernes et sera conçu selon une approche prospective permettant d’intégrer les technologies à venir.

 Un collège respectueux de l’environnement

Que ce soit dans leur conception ou dans leur fonctionnement, les nouveaux collèges relèvent le défi du développement durable et de la qualité écologique.

JPEG - 8.1 ko

Fidèle à sa politique en faveur du développement durable, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis a élaboré un programme environnemental type précisant les exigences environnementales à prendre en compte. Cette volonté se traduit d’abord dans les qualités énergétiques attendues des nouveaux établissements.

Ces derniers répondront a minima aux critères des bâtiments basse consommation (BBC 2012). Sept collèges utiliseront un système de géothermie sur pieux pour capter la chaleur du sol et l’utiliser comme énergie de chauffage, avec appoint de panneaux solaires (rechargeant les nappes de chaleur l’été). Trois collèges atteindront le niveau « zéro énergie ». Leur principe de fonctionnement : limiter les consommations avec une isolation très performante, puis compenser les consommations résiduelles par une production d’énergie renouvelable.

Deux collèges seront chauffés grâce à la biomasse bois (utilisation de granulés de bois), et trois autres se serviront des réseaux de chaleur urbains. Les toitures végétalisées sont systématisées pour favoriser la rétention ou la récupération des eaux de pluie. La terre végétale contribuera également à l’isolation thermique du bâtiment.

L’autre aspect environnemental privilégié par la nouvelle architecture éducative est la place des espaces verts. Leur rôle sera à la fois de contribuer à la qualité paysagère des établissements et de participer à une démarche écologique fondée sur la responsabilité vis-à-vis des ressources, en particulier de l’énergie, de l’eau et de la biodiversité.

Un pôle « nature » sera aménagé au sein du pôle « collège ouvert » de chaque établissement. Il sera constitué d’une mare et d’un jardin pédagogiques, ainsi que d’une aire de compostage. Ces aménagements seront réalisés par les élèves dans le cadre d’un projet pédagogique spécifique.

D’une manière générale tout, au sein des collèges, est pensé pour rendre possibles la systématisation des pratiques d’éco-gestion et la sensibilisation
des élèves au développement durable (par exemple par la participation au tri sélectif au sein de l’espace de restauration).

 Des espaces modulables au service de la pédagogie

Réponse architecturale aux besoins pédagogiques, le principe de modularité des espaces est une innovation essentielle des nouveaux collèges.

Dans un siècle où les modes de connaissance, les outils d’apprentissage et d’information ne cessent d’évoluer, l’une des gageures de l’institution scolaire est de réussir à accompagner et à intégrer ces mutations. Les enseignements, les programmes, les pratiques et les outils pédagogiques reflètent déjà ces changements. Le déroulé traditionnel de la classe – le professeur face à l’ensemble des élèves dans un scénario et une mise en scène qui s’appliquent indifféremment à tous – laisse de plus en plus place à une diversité des pratiques : position centrale ou latérale du professeur dans la salle, développement du travail en groupe et du travail autonome des élèves, utilisation des outils numériques…

Les espaces modulables améliorent les conditions d’enseignement et permettent davantage d’interactions avec mes élèves.
Sandrine, enseignante dans un collège de la Seine-Saint-Denis.
JPEG - 61.5 ko

 Une pédagogie du patrimoine

Sensibiliser les usagers du nouveau collège à l’histoire de sa construction est le meilleur moyen de lui donner une dimension patrimoniale, qui l’inscrira
dans la durée.

Des générations de collégiens sont appelées à se succéder dans les nouveaux collèges. Certes, ces derniers vont évoluer et se transformer, mais ils conserveront les fondements architecturaux qui ont présidé à leur conception. D’où l’importance de transmettre aux générations futures les clefs pour comprendre les choix d’aujourd’hui.

Il s’agit de faire en sorte que, à travers la connaissance du collège, des conditions de sa création, de son histoire, les adultes et les élèves qui en seront les usagers se l’approprient. Cette appropriation ne peut que favoriser une démarche de respect à l’égard du bâtiment et des équipements, et elle entre pour une bonne part dans l’intérêt et le plaisir que les usagers auront à « pratiquer » l’établissement.

PDF - 7.5 Mo
Présentation complète (.PDF)
À LIRE AUSSI

Projet éducatif départemental

En s’appuyant sur son expertise, ses ressources et en analysant les besoins du territoire, le Département fait le choix d’œuvrer pour la réussite de tous.


723 millions pour le PEI

Un ambitieux plan de construction et de rénovation.


Bilan du plan de relance des modes d’accueil

Adopté en 2008, le plan de relance des modes d’accueil du jeune enfant a atteint ses objectifs, pourtant ambitieux


Pour lutter contre le décrochage scolaire

Drop-In Project associe la Seine-Saint-Denis et la ville d’Istanbul dans une dynamique partagée qui permet d’échanger sur la réalité du décrochage scolaire

0 | 5 | 10

Dans  Enfance, Éducation & Jeunesse

Projet éducatif départemental

En s’appuyant sur son expertise, ses ressources et en analysant les besoins du territoire, le Département fait le choix d’œuvrer pour la réussite de tous.


723 millions pour le PEI

Un ambitieux plan de construction et de rénovation.


Bilan du plan de relance des modes d’accueil

Adopté en 2008, le plan de relance des modes d’accueil du jeune enfant a atteint ses objectifs, pourtant ambitieux


Pour lutter contre le décrochage scolaire

Drop-In Project associe la Seine-Saint-Denis et la ville d’Istanbul dans une dynamique partagée qui permet d’échanger sur la réalité du décrochage scolaire


Le numérique dans les collèges

Une photographie quantifiée sur le numérique dans les collèges du département fruit d’une enquête inédite auprès du personnel de direction, des enseignants et des coordinateurs TICE


Prévention de la violence à l’école

Pour promouvoir un cadre éducatif serein pour les élèves et les personnels des collèges, le Département a créé une Mission pour la prévention de la violence à l’école


Odyssée jeunes

Un programme d’aide à la réalisation de voyages scolaires organisés par les collèges de Seine-Saint-Denis


1340 agents techniques interviennent au quotidien

Le Département met en œuvre des actions de maintenance et d’entretiens pour offrir aux collégiens et aux équipes enseignantes les meilleures conditions d’accueil et d’enseignement


Objectif : l’excellence pour tous

En visant l’excellence pour tous, le Département de la Seine-Saint-Denis entend préparer l’avenir

0 | 10