print
 

Un téléphone d’alerte pour les personnes âgées vulnérables

Le Département a signé lundi 2 février 2015 une convention avec l’État, permettant la mise en place expérimentale d’un téléphone portable d’alerte pour les personnes âgées en situation de vulnérabilité.

JPEG - 59 ko

Il y a six ans, la Seine-Saint-Denis adoptait le téléphone de grand danger pour les femmes victimes de violences conjugales, initiative pionnière en France. Désormais, il existera aussi le téléphone portable d’alerte pour les personnes âgées en situation de vulnérabilité, autre population à risques.

En partenariat avec l’État, le Département a en effet lancé lundi l’expérimentation d’un appareil dont le déploiement doit renforcer la protection des personnes âgées fragilisées du fait de leur isolement ou d’une perte d’autonomie.
Le but poursuivi : en cas d’agression ou de menace, la personne concernée pourra déclencher via son appareil un signal GPS. Elle sera en même temps mise en relation avec un opérateur qui déterminera l’urgence de l’appel et pourra, le cas échéant, avertir les services de police via un numéro réservé.

Fruit d’une collaboration entre le Département, la préfecture de la Seine-Saint-Denis, la direction territoriale de la sécurité de proximité (DTSP) en Seine-Saint-Denis et la société Vitaris, ce système doit permettre d’endiguer une recrudescence d’attaques sur des personnes âgées isolées, constatée ces dernières années.

Pour l’instant, le dispositif se trouve dans sa phase d’expérimentation : 170 téléphones d’alerte seront ainsi remis dans les prochains jours à des personnes âgées volontaires, domiciliées à Aulnay, Bondy, La Courneuve, Montreuil et Saint-Ouen. Celles-ci testeront le système durant trois mois. A terme, si l’expérimentation est jugée concluante, ce dispositif sera élargi à d’autres personnes réunissant les conditions d’attribution d’un tel appareil.

Les signataires de la convention, regroupant le président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel, la secrétaire d’État chargée de la famille et des personnes âgées Laurence Rossignol, le préfet à l’égalité des chances Didier Leschi et le directeur territorial de la DTSP de Seine-Saint-Denis, se sont félicités lundi du lancement de ce dispositif.
Christophe Lehousse

à lire aussi