print
 

Pour le climat, fédérer les énergies

À quelques mois de la Conférence internationale sur le climat (COP21) qui se déroulera au Bourget, le Département agit pour le respect de l’environnement et le développement durable. Parce que la préservation de la planète passe par chacune et chacun de nous.

JPEG - 83.8 ko

« Mais monsieur, je suis pas scientifique moi », se justifie Mohammed, questionné par Julien Auffret, de l’association des Petits Débrouillards. La réponse de l’animateur est immédiate : « Mais si tu l’es, c’est juste que tu ne le sais pas encore ! »

À raison de quatre séances, cette classe de 4e du collège Raymond-Poincaré de La Courneuve réfléchit sur le changement climatique, sur le lien entre émissions de CO2 et hausse des températures.

En ce mercredi de décembre, Asma, Marwane ou Mouna ont donc pu comprendre les conséquences du dérèglement climatique sur la planète à partir de petites expériences scientifiques : « Par exemple, on a prouvé que le CO2 acidifiait les océans. On a pu le démontrer avec du jus de chou rouge qui réagit au dioxyde de carbone. C’était marrant », explique Mohammed, devenu plus bavard.

Les tests scientifiques proposés par les Petits Débrouillards s’inscrivent au sein d’un parcours plus large, proposé cette année à plusieurs établissements par le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis : après le volet scientifique, les élèves travailleront ensuite sur les enjeux économiques et politiques du débat sur le climat, jusqu’à organiser une mini COP21 où ils joueront à défendre les intérêts de différents pays.

« On aimerait que les enfants soient au courant de ce qui se passe autour d’eux. Le dérèglement climatique, on leur en parle beaucoup mais on ne leur explique jamais vraiment tout. Du coup, quand on a appris que le Conseil départemental proposait ce genre de parcours, on a postulé », explique Mélanie Perrin, leur professeure de SVT.

Parce que la Seine-Saint-Denis est le territoire le plus jeune de France, le Conseil départemental a décidé de sensibiliser les citoyens de demain à la nécessité de se battre pour le climat. C’est pourquoi il intervient aussi dans d’autres établissements, comme le collège Marais-de-Villiers à Montreuil, dont une classe passera cette année encore une semaine au parc départemental Georges-Valbon à la maison Edouard-Glissant, spécialisée dans les thématiques du développement durable.

Lutter contre la précarité énergétique

Mais lutter pour le climat, c’est aussi travailler sur d’autres domaines-clés, parmi lesquels l’habitat. Par manque de moyens, trop de familles connaissent encore une forme de précarité énergétique qui grève leur facture et leur fait dépenser trop d’énergie.

Le Conseil départemental soutient les particuliers pour améliorer leur isolation ou leur moyen de chauffage. Depuis septembre, l’aide au propriétaire occupant a ainsi été remplacée par la subvention Rénov’habitat 93, dont peuvent bénéficier tous les propriétaires à revenus modestes.

C’est par exemple le cas de Marie Adao et de Mohamed Bekkaye, qui viennent d’emménager avec leurs enfants à Noisy-le-Sec. Grâce au cumul des aides de l’Agence nationale pour l’habitat (Anah) et du Conseil départemental, ils ont pu engager chez eux des travaux conséquents.

L’installation d’une chaudière à condensation, d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) et de nouvelles fenêtres devrait leur assurer un gain énergétique de 70%. Sur un montant global de travaux de 35000 €, la moitié a été prise en charge par des subventions, dont 10% par Rénov’habitat 93. « Sans ces aides, jamais nous ne nous serions lancés dans un chantier pareil » explique Marie Adao.

Dans la chaleur de la terre

Sur les constructions neuves aussi, les énergies se mobilisent. À Neuilly-sur-Marne par exemple, l’Office public de l’habitat 93 a récemment fait sortir de terre un bâtiment basse consommation, destiné à reloger partiellement les habitants de la tour Versailles, dans le quartier des Fauvettes, vouée à la démolition. Cette résidence de 67 logements sociaux fonctionne exclusivement à partir de la géothermie, qui consiste
à utiliser la chaleur de l’eau en sous-sol.

JPEG - 117.6 ko

Malika Kraimia, qui a emménagé en septembre, apprécie :
« Avec mes enfants, on se sent vraiment bien ici. L’isolation est bien meilleure que dans la tour : là-bas, j’avais dû acheter du joint pour les fenêtres. Ici, la chaleur reste, même sans chauffer beaucoup. »

Autre levier pour agir sur l’environnement : les transports en commun et les aménagements favorisant les modes de circulation doux. Dernier exemple en date, le T8 qui relie depuis le 16 décembre les stations de Saint-Denis – Porte de Paris, Villetaneuse et Epinay, sur un trajet de 8,45 km.

Si la Région a porté le projet à 91%, le Conseil départemental a néanmoins déboursé 14 millions d’euros dans l’aménagement des espaces publics aux abords du tram.

Et les idées ne manquent pas pour l’avenir : porté par le Département, le bus T Zen 3, entièrement électrique, devrait ainsi relier huit communes centrales du territoire à l’horizon 2020. De quoi prouver largement que les collectivités locales ont leur place aux côtés des instances nationales et internationales à la Conférence sur le climat.

Christophe Lehousse

Lien utile : Le site du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du
climat (GIEC)

Verbatims

Sakada Ly, habitant de Pantin et chargé de projet dans l’association Les Petits Débrouillards.
"Un autre modèle"
« Beaucoup d’associations s’attachent à montrer que l’on peut vivre autrement que sur un modèle fondé sur la seule consommation. Le rôle de la puissance publique, c’est de soutenir ces initiatives. Il faut aussi insister sur la sensibilisation de tous. »

Cathy Lamri, coordinatrice de La Voie est Libre, éco-festival qui se tient tous les ans
en septembre sur l’A186 à Montreuil

"Unir nos voix"
« On aimerait bien que notre éco-festival de 2015 soit un préambule à la COP21.
Pour nous, ça fait sens puisque, dès notre première édition en 2009, nous nous inscrivons dans cette thématique. La COP21 doit être ce moment où politiques et habitants se réunissent pour décider en commun de notre avenir. »

Mouna Essabah, élève de 4e au collège Raymond-Poincaré de La Courneuve
"Changer nos habitudes"
« Il faut qu’on travaille sur nos habitudes, chacun peut faire quelque chose. Il faut essayer de se déplacer plus à pied, avoir des voitures électriques et des produits qui tiennent plus longtemps. »

Philippe Fanartzis, directeur des relations institutionnelles chez Paprec, entreprise de recyclage
"Optimiser le recyclage"
« On essaie de pousser le recyclage le plus loin possible. En améliorant nos techniques, en limitant nos émissions de gaz à effet de serre. Durant la COP21, nous ouvrirons nos sites de La Courneuve et du Blanc-Mesnil aux délégations. »

Michaël Evrard, directeur de l’Agence locale de l’énergie et du climat de Plaine Commune
"Expériences innovantes"
« Pour la Seine-Saint-Denis, la COP21 doit être une opportunité pour discuter d’expériences innovantes : de réhabilitation expérimentale des bâtiments, de gestion de la biodiversité de l’agriculture... »

La COP21, kézako ?
Vingt-et-unième du nom, la Conférence internationale sur le climat doit accueillir du 30 novembre au 11 décembre 2015 les représentants de 195 nations au Parc des expositions du Bourget sous l’égide des Nations unies.
Face au réchauffement climatique, l’objectif est de parvenir à un accord global qui limiterait la hausse des températures à 2 degrés d’ici à 2100. En marge de la conférence officielle, la COP21 accueillera aussi un village de la société civile

à lire aussi

5è Conférence départementale Plan Climat Air Énergie

La 5è Conférence départementale Plan Climat Air Énergie intitulée Donner corps à la COP : explorer de nouvelles manières de faire ensemble, a eu lieu le 10 décembre 2015 au Bourget à Espaces Générations climat de la COP21.


La Seine-Saint-Denis conquise par la géothermie

Après avoir connu un premier forage précurseur à Tremblay il y a 30 ans, la Seine-Saint-Denis voit les exemples de géothermie se multiplier sur son territoire. Dernière inauguration en date : la nouvelle usine de géothermie de Villepinte, mise en service lundi 7 décembre.


Mieux vivre en ville grâce à l’agriculture de proximité ?

Présente à la COP21, la Seine-Saint-Denis est venue débattre avec des Italiens, Suisses, Anglais, Marocains, Espagnols, Américains de la pertinence de développer en ville une agriculture de proximité.


Dans le secret des délégations brésilienne, marocaine ou encore chypriote

Ils sont étudiants en relations internationales dans des universités de Seine-Saint-Denis. Grâce notamment à un partenariat avec le Département, ils ont pu intégrer la délégation d’un des 150 pays actuellement représentés à la COP21. Premières impressions.


Inauguration de la galerie des solutions et du stand du Département

Depuis le 30 novembre la Seine-Saint-Denis accueille le public sur son stand à l’espace Générations climat, plus loin vous trouverez la Galerie des solutions, deux espaces inaugurés le mardi 2 décembre.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30