print
 

Pour l’amour de l’art : le soutien du Conseil général aux parcours éducatifs

Le Conseil général participe activement à la politique artistique et éducative des collèges de Seine-Saint-Denis via des parcours Culture et Art au collège, des résidences d’artistes ou encore des parcours de découverte urbaine.

Produire son propre parfum ? S’amuser à fabriquer la bande-son d’un film ? Tout cela au collège, et en compagnies d’experts dans leur matière ? Grâce aux parcours Culture et Art au collège (CAC), soutenus financièrement par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, c’est possible.

Parce que le collège se doit d’être un point de rencontre entre des artistes ou des chercheurs et des élèves, parce que ce type de parcours permet aussi souvent d’appliquer les programmes scolaires de manière ludique, le Département s’investit depuis maintenant 6 ans dans le financement de ces parcours pédagogiques au collège.

Conçus par des artistes en partenariat avec le corps enseignant autour d’un parcours de 40 heures dans l’année, puis validés par le Département, ces dispositifs font la part belle à une certaine interdisciplinarité entre les matières. Cette année, le Conseil général, en partenariat avec l’Education nationale et la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile de France, en aura financé 300, à hauteur de 1,1 million d’euros, dans 117 collèges de Seine-Saint-Denis.

Mais l’investissement du Conseil général au profit d’une rencontre entre culture et éducation prend également la forme des projets In Situ, résidences d’artistes dans différents établissements du département. Cette année, 11 créateurs, dont l’auteur de BD Mathias Picard ou la structure de cuisiniers-artistes Les Grandes Tables ont ainsi élu domicile dans des collèges de Seine-Saint-Denis. En intervenant auprès des collégiens, ces acrobates, danseurs ou encore architectes donnent l’occasion aux élèves de nouer un véritable dialogue avec eux, ce qui renforce finalement la créativité de tout le monde.

Enfin, deux autres dispositifs ont vu le jour plus récemment dans le cadre du programme éducatif départemental (PED) : 12 parcours de découverte urbaine qui amènent les élèves à découvrir le patrimoine architectural de la Seine-Saint-Denis, ainsi que des programmes d’éducation par l’image.

Les 300 projets CAC : http://micaco.cg93.fr/resultats
Les 11 projets In Situ : www.seine-saint-denis.fr


Un exemple de résidence In Situ au collège Raymond-Poincaré de La Courneuve :

Durant toute une année, le musicien Denis Charolles et son collectif des "Musiques à Ouïr" ont initié des élèves de 6e au rapport voix/instrument et les ont sensibilisés à la notion d’improvisation. Ce projet a aussi été assorti de sorties culturelles - au conservatoire d’Aubervilliers, à la sculpture du Cyclop de Jean Tinguely à Milly-la-Forêt, à l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (IRCAM) - qui ont incité les élèves à développer leur capacité d’écoute et leur créativité.

Un exemple de résidence In Situ au collège Gérard-Philipe d’Aulnay-sous-Bois :

Le collectif d’urbanistes ETC, qui réfléchit à la constitution de l’espace public par ses habitants, est intervenu pendant une année auprès d’une classe de 5e du collège Gérard-Philipe. Leur mission : refaçonner un square situé juste derrière l’établissement. Très vite, les élèves se sont pris au jeu, proposant des formes de mobilier urbain ainsi que des espaces de jardins partagés.

Un exemple de résidence In Situ effectué aux collèges Edouard Herriot et Léon Jouhaux de Livry-Gargan :

Les Arts culinaires se sont invités aux Collèges Édouard-Herriot et Léon-Jouhaux de Livry-Gargan grâce à la structure culturelle F93.

Les Grandes Tables, imaginées par Fabrice Lextrait et installées dans des lieux culturels, ont développé le projet des Grandes Carrioles. Une idée de Marie-José Ordener, marionnettiste et passionnée de cuisine, qui explore la dimension artistique et culturelle de l’art culinaire et développe la cuisine de rue. Dans ces Carrioles où se retrouvent un artiste et un cuisinier, les collégiens ont montré tout leur talent en préparant des repas.

Un exemple de parcours CAC réalisé au collège Poincaré de la Courneuve :

Le 26 avril 2013 au théâtre Jacques-Prévert à Aulnay-sous-Bois avait lieu la restitution du projet des élèves de 5ème du Collège Raymond-Poincaré à La Courneuve avec le collectif Lutherie Urbaine. Au programme, un superbe ciné-concert avec « Sur un air de charleston » de Jean Renoir !

Un exemple de parcours de découverte urbaine effectué par le collège Thorez de Stains :

Une classe de 5e du collège Maurice-Thorez à Stains s’est penchée sur l’histoire de sa ville dans le cadre d’un parcours de découverte urbaine.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400