print
 

Portrait de deux cheffes d’entreprise

"Devenir cheffe d’entreprise en Seine-Saint-Denis, parcours de créatrices et repreneuses d’entreprises : motivations, difficultés et réussites". Cette table-ronde était organisée le 8 mars 2014, avec 30 femmes et des représentant-e-s des réseaux de soutien à la création d’entreprises. Portrait de deux d’entre elles.

Portraits de cheffes d’entreprise

à lire aussi

En chiffres

Alors que la Seine-Saint-Denis est un département particulièrement dynamique en matière de création d’entreprises (3e département d’Île-de-France et 8e de France), seulement 23 % d’entreprises y sont créées par des femmes (contre 31 % en Île-de-France).


Devenir cheffe d’entreprise en Seine-Saint-Denis

Des milliers d’entreprises sont créées chaque année en Seine-Saint-Denis mais, moins encore qu’ailleurs, elles sont le fait de femmes. Pour comprendre les causes de cette sous-représentation de l’entrepreneuriat féminin et valoriser ce dernier, le Conseil général a réuni cheffes d’entreprise et partenaires économiques le 8 mars à l’Hôtel du Département. Une première étape, pour l’élaboration d’un plan d’action sur le sujet.


Créateurs de nos quartiers

Monter leur propre entreprise est leur rêve. Mais un rêve longtemps refoulé, car considéré, par les autres ou elles-mêmes, comme inaccessible. Au sein du Groupement des créateurs de Seine-Saint-Denis, elles ont trouvé l’accompagnement, la confiance et la solidarité nécessaires pour se lancer.


Sensibiliser les jeunes

Du 17 au 22 mars se déroulera une semaine de sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin. Une opération dont la première édition avait été lancée dans un lycée des Lilas l’an dernier par Najat Vallaud-Belkacem et Sylvia Pinel, ministres des Droits des femmes et de l’Artisanat, du commerce et du tourisme.


Danielle Dubrac « Les filles influencées dans leur choix »

Danielle Dubrac, cheffe d’entreprise, première vice-présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris en Seine-Saint-Denis (CCI 93), analyse les raisons pour lesquelles encore trop peu d’entreprises sont créées par les femmes.