print
 

Pierrefitte voyage en Ovalie

Mercredi 14 mai 2014, le collège Gustave-Courbet de Pierrefitte est allé jouer au rugby sur les terrains du centre national de Marcoussis, dans le cadre d’une opération de la RATP contre les incivilités dans les transports.

JPEG - 60.2 ko

10h, centre national du rugby à Marcoussis. Le car officiel du XV de France arrive et se gare sur la place principale. Fabrice Binda, chauffeur des Bleus, s’efface pour laisser passer les joueurs. Ceux-ci descendent, la mine radieuse, des étoiles dans les yeux.

Les « joueurs » pour l’occasion, ce sont deux établissements de la région parisienne, dont le collège Gustave-Courbet de Pierrefitte, invités à Marcoussis dans le cadre des « Mercredis du rugby », une opération mise en place par la RATP pour lutter contre les incivilités dans les transports. Fêtant déjà sa 8e édition, le dispositif est une réussite et a encore été appliqué cette année dans 11 collèges de l’Ile-de-France, dont quatre en Seine-Saint-Denis*.

L’idée, simple et efficace, est résumée par Michel Bietrix et Fabrice Binda, agents de prévention à la RATP qui rendent régulièrement visite aux collégiens : « Nos interventions visent à leur faire comprendre que de la même manière qu’il existe des règles du jeu dans le sport, il existe des règles de bonne conduite dans les transports ».

Ahmed Mechouch, autre intervenant de la RATP auprès des collèges, développe : « Nous faisons d’abord venir les élèves au dépôt de bus pour qu’ils voient en quoi consiste notre métier. Là, nous faisons déjà le rapprochement avec le rugby via des petits quiz. Puis il y a ce deuxième temps à Marcoussis. Après ça, les enfants ont un regard différent sur les agents. Ils se rendent compte qu’on est des êtres humains et pas des robots derrière des machines ».

Sous un soleil bienveillant, la journée commence sur les chapeaux de roue : découverte du terrain synthétique non couvert de Marcoussis. En contrebas s’entraînent les moins de 20 ans nationaux et Yannick Bru, l’entraîneur des avants de l’équipe de France, passe faire un saut : les élèves sont impressionnés.

Après des petits jeux éducatifs de passe à sept, on rentre aussitôt dans le vif du sujet. Ludovic Decorme, formateur à l’école de rugby de Cergy-Pontoise, initie les 6e de la section sportive du collège Courbet à un geste bien spécifique : le plaquage.

L’atelier remporte un franc succès. Les garçons, inscrits à la section foot du collège, et les filles, qui pratiquent le handball, aiment en effet découvrir un nouveau geste, comme l’explique Kamel :

Les filles non plus ne sont pas en reste. Croire que le rugby est un sport réservé aux garçons serait un comble, ici à Marcoussis, qui s’apprête à recevoir à partir du 1er août la Coupe du monde de rugby féminin. Et Kalista, Séverine, Emma sont bien décidées à rappeler à leurs coéquipiers qu’il faut compter sur elles.

Au passage, Ludovic Decorme et Jérôme Brunemer, conseiller territorial au comité de rugby du Val d’Oise, en profitent pour distiller quelques notions sur le vivre-ensemble et le respect de l’adversaire. Des éléments que les agents de prévention avaient déjà abordés au cours de la première entrevue, au moyen de visuels spécifiques au transport : carton rouge à la fraude, aux insultes et aux incivilités de toutes sortes.
L’initiative est également vue d’un très bon œil par les enseignants. « Il est évident qu’un tel atelier rayonne par la suite : si les élèves apprennent quelques règles de civisme dans les transports, cela a aussi un impact dans leur vie de tous les jours », explique Thomas Drouilleau, responsable de la section sport du collège Courbet avec Cédric Risser.

Et au moment du repas, qu’ils prennent aux côtés des pensionnaires du centre, les élèves montrent qu’ils savent ce qu’est un comportement civique : on pourrait entendre les drops du terrain avoisinant...

L’après-midi passera ensuite à la vitesse d’un débordement de All-Blacks : initiation au drop et à la transformation aux 22 mètres, parcours avec slalom intégré et petit match pour finir. Alpha, Thomas, Kamel, Séverine, Kalista, Emma et toute la bande reçoivent enfin leur diplôme avec les yeux qui brillent.

Certains espèrent déjà voir venir l’international Benjamin Fall dans leur collège en juin, au cas où leur classe remporterait un petit concours organisé par la RATP qui consiste à illustrer par une maxime façon Lafontaine l’image d’une grenouille sautant un portillon.

Une chose est sûre : ce voyage en Ovalie les aura transportés d’enthousiasme et ils y repenseront à chaque fois qu’ils monteront à bord d’un bus.

JPEG - 45.6 ko

*Cette année, des élèves des collèges Saint-Exupéry à Noisy-le-Grand, Louise-Michel à Clichy sous Bois, Jean-Jaurès à Montreuil, et Gustave-Courbet à Pierrefitte ont pu profiter de l’opération des « Mercredis du rugby ».

Christophe Lehousse

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405