print
 

Petite enfance : des ambitions et des moyens

Lancé en 2015, le Plan Petite Enfance & Parentalité est désormais sur les rails. Cinq crèches ont déjà fait l’objet d’importants travaux depuis l’été dernier. Celle de Saint-Leu à Villetaneuse à été inaugurée le 29 janvier par Stéphane Troussel, président du conseil départemental.

Fermée depuis l’été dernier, la crèche départementale Saint-Leu à Villetaneuse, qui accueille 55 enfants, a rouvert ses portes le 4 janvier dernier après d’importants travaux de rénovation et de grosses réparations. « Il n’y a aucune comparaison entre avant et après », déclare Badia Ouadah, la cuisinière. A la faveur du Plan Petite Enfance & Parentalité (PPE&P), son office a en effet été totalement rénové et l’ensemble du matériel nécessaire à la confection et conservation des repas de ses petits convives modernisé ou changé à neuf. « Parce qu’il y a plus d’enfants en Seine-Saint-Denis que dans n’importe quel autre département de France, j’ai voulu donner priorité à l’enfance dans les prochaines années. C’est pourquoi j’ai souhaité, malgré les difficultés budgétaires qui subsistent, que notre collectivité engage un effort d’investissement de grande ampleur sur les six prochaines années » a ainsi indiqué Stéphane Troussel, président du conseil départemental, lors de l’inauguration de la crèche vendredi 29 janvier. Durant les travaux, enfants et équipe ont été accueillis par une autre crèche départementale.

JPEG - 72.8 ko

Inauguration de la crèche Saint-Leu à Villetaneuse, le vendredi 29 janvier, par Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental, en compagnie de Michel Fourcade, Conseiller départemental et Maire de Pierrefitte-sur-Seine et de Nadège Abomangoli, Conseillère départementale.

Du sol au plafond

À l’extérieur, les murs de la crèche Saint-Leu sont été « habillés » de panneaux isolants, donnant à l’ensemble du bâtiment une nouvelle jeunesse et un air résolument contemporain. À l’intérieur, tout, du sol au plafond, a été rénové et repeint de frais. Par ailleurs, le directeur bénéficie désormais d’un bureau personnel pour recevoir les parents en toute confidentialité. Chaque section a également son ambiance propre grâce à l’installation de faux plafonds de couleurs différentes. « Les salles de bains ont aussi été entièrement refaites et cela apporte beaucoup de confort aux agents notamment en terme de prévention contre les troubles musculo-squelettiques et de mal de dos et aussi aux enfants car une fois qu’ils ont acquis la station debout, ils n’aiment pas être allongés pour leur toilette ou leur change… », détaille Daniel Gaudot, directeur de la crèche. Côté sécurité, un dispositif de vidéo-surveillance installé dans chaque section permet de contrôler l’entrée de la crèche et aussi de ne plus faire attendre les parents qui viennent y déposer et reprendre leur enfant. Au total, le coût des travaux s’est élevé à 560 000 euros. Les crèches Léon-Blum de Bondy et Quai du Moulin à l’Île-Saint-Denis ont bénéficié des mêmes types de travaux pour respectivement 1 190 000 euros et 756 000 euros. La première rouvrira ses portes courant mars, la seconde dans quelques jours. Quant à la crèche Voltaire à Montreuil, elle a eu droit à une rénovation totale, dans ce cas seuls les murs extérieurs et les planchers sont conservés, pour un coût dépassant les 2 2000 000 euros. D’ici à 2020, douze crèches bénéficieront de travaux de même ampleur.

3500 nouvelles places d’accueil

Adopté en novembre 2014 par le conseil départemental ce plan est doté d’un budget exceptionnel de 80 millions d’euros sur six ans. L’objectif de ce programme est d’améliorer l’accueil des enfants et des familles dans les crèches départementales, les PMI et les circonscriptions d’aide sociale à l’enfance mais aussi les conditions de travail des agents qui y œuvrent chaque jour. Sans précédent, cet effort prévoit également 3 500 nouvelles places d’accueil individuel et collectif — le plan de relance initié en 2008 avait déjà permis la création de 4 600 places supplémentaires. Le PPE&P a également pour vocation de soutenir le vivre ensemble grâce à des aménagements qui favorisent l’accessibilité des structures et l’autonomie de chacun. Mais aussi via des actions de formation destinées aux personnels qui permettront un meilleur accueil des familles dans une démarche d’intégration et de valorisation de la diversité culturelle présente sur le territoire.

Crèche et PMI Jean-Jaurès, premier site polyhandicap

Favoriser l’autonomie des familles
Afin de compenser les déficiences visuelles, auditives, intellectuelles et motrices, le plan petite enfance porte un effort particulier en faveur de l’accueil de tous les handicaps. À terme, six crèches départementales, réparties sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, offriront des aménagements qui permettront, d’une part, une meilleure accessibilité et, d’autre part, favoriseront l’autonomie des parents et des enfants. À la crèche et centre PMI Jean-Jaurès à La Courneuve, premier établissement à bénéficier de cette démarche, les travaux et les agencements ont été achevés en octobre 2015 pour un montant de 170 000 euros. Concrètement, les aménagements ont consisté en l’installation d’une rampe d’accès et la pose de mains courantes, de barres de soutien, de bandes podotactiles et de vigilance, de signalétique, de carrelages et de nez de marches antidérapants. Les cheminements extérieurs ont également été réaménagés, idem pour le local à poussettes. Par ailleurs, des plans de change et de travail multi-niveaux ont été posés et l’ascenseur rénové et équipé d’un dispositif sonore. En 2016, la crèche départementale Jacques-Prévert aux Lilas bénéficiera d’aménagements identiques.

Engagé dans une politique de réduction de son empreinte carbone et d’économies d’énergie depuis plusieurs années déjà, le conseil départemental s’est aussi donné pour objectif d’inscrire les réalisations du plan petite enfance et parentalité dans une démarche de protection de l’environnement. Les travaux d’isolation et pour certains établissements l’installation de nouvelles chaudières, devront permettre de diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments d’ici à 5 ans, mais aussi de réduire les coûts de fonctionnement des sites. Le Plan 2016 n’est pas encore arrêté, mais l’on sait déjà que 5 crèches sont inscrits à son programme. À suivre…

Travaux et aménagement réalisés en 2015 

Crèche Danton au Pré Saint-Gervais (200 000 euros)
Maison des Solidarités au Bourget (500 000 euros)
Déménagement de la PMI et de la circonscription de l’ASE de Clichy-sous-Bois et réaménagement des locaux (coût global 350 000 euros)
Circonscription du service sociale de Villemomble (470 000 euros)
PMI Daniel-Renoult à Montreuil, les travaux seront achevés au printemps, (200 000 euros)
Regroupement de la circonscription du service sociale, de la circonscription de l’ASE et le PMI du Blanc-Mesnil (300 000 euros)

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405