print
 

Palette de couleurs au Collège Jean-Baptiste-Corot au Raincy

Reportage avec celles et ceux qui le fréquentent déjà au quotidien.

L’inauguration du 12ème collège de la rentrée 2014 a eu lieu le mardi 18 novembre au Raincy en présence d’élèves, de parents, du personnel éducatif et d’élus.

JPEG - 84.4 ko

Sur la baie vitrée en façade, des visages géants d’adolescents en couleurs accueillent les collégiens. Cette œuvre de la photographe Beat Streuli a été créée spécialement pour le Collège Jean-Baptiste-Corot du Raincy dans le cadre du 1% artistique. Elle donne le ton d’un bâtiment où les élèves ont toute leur place.

Dans l’avenue Thiers, les lignes horizontales noires et orangées du nouveau collège Corot tranchent avec les immeubles d’habitation. Passé le porche et le sas de sécurité, les élèves prennent possession de la cour, immédiatement sous les fenêtres d’Hélène Ramon, la cheffe d’établissement. « Mon adjoint Hubert Varasse et moi-même pouvons toujours avoir un œil sur les élèves. D’une façon générale, la disposition des différents espaces a été particulièrement bien pensée. Par exemple, le bureau du conseiller d’orientation psychologue donne directement sur le Centre de documentation et d’information. »

Un CDI qui, avec de nombreux ordinateurs et cinq salles de travail, pourra pleinement jouer son rôle dans l’apprentissage de l’autonomie de travail. Le bâtiment a été conçu comme un outil éducatif, au service de l’ensemble de la communauté scolaire, élèves, enseignants, administratifs, personnel d’entretien et parents. Ces derniers disposent d’une entrée particulière donnant sur un espace réservé particulièrement bien équipé. Une salle de réunion avec ordinateur, une salle polyvalente avec un large écran 3D, une salle d’expo. Un équipement demandé par le Département pour y faire vivre la notion de « collège ouvert ».

Les élèves et professeurs viennent seulement de prendre possession des lieux à la rentrée des vacances d’automne, mais n’ont pas eu de mal à prendre leurs marques. Sarah, Lola et Philippe sont d’accord pour dire qu’ « avec le code couleur réservé à chaque étage, il est facile de se repérer. »

Même unanimité à propos des casiers : « Ils sont en nombre suffisant pour les demi-pensionnaires, nos sacs sont en sécurité pendant qu’on mange. Et on y dépose les cahiers et livres dont on n’a pas besoin le matin ou l’après-midi, c’est toujours ça de moins à porter ! »

Autre avantage, la largeur des couloirs et leur luminosité : « On a moins l’impression d’être les uns sur les autres, on se bouscule moins et il y a moins d’embrouilles » explique Lola. Philippe lui ne tarit pas d’éloges sur le gymnase et le plateau d’évolution sportive : « On peut faire de l’escalade, du basket, plein de choses ! Et c’est tout neuf, ça fait plaisir d’y aller ! »

Sarah, Lola et Philippe apprécient désormais d’être demi pensionnaires : « C’est nettement meilleur qu’avant ! Les légumes ont maintenant le goût de légumes ! » Même s’ils regrettent que le réfectoire soit un peu juste en superficie, ils apprécient la vue sur un lac bordé d’arbres. Hélène Ramon voit un autre intérêt à la présence au collège d’une cuisine de fabrication : « Au-delà de la qualité des repas, cette cuisine a également un rôle éducatif. Nous pouvons organiser des semaines avec des thématiques gustatives, montrer les différents métiers de bouche… »

Mais le grand changement pour les élèves comme pour les professeurs, c’est la présence d’équipement numérique de qualité dans chacune des salles. Un ordinateur pour le professeur, un ordi pour deux élèves, un vidéoprojecteur interactif « maintenant, ça marche ! » s’exclame Sarah. Emmanuel Durand, professeur d’histoire géographie peut désormais « mettre en phase son enseignement avec la technologie actuelle. J’intègre à mes cours des images satellites, je fais travailler les élèves sur Google Maps… » Mais pour lui, la principale qualité du collège Corot est « qu’il soit un établissement écologiquement viable. C’est fondamental pour apprendre le développement durable, désormais l’un des grands axes de l’enseignement de la géographie au collège. »

Georges Makowski

Découvrez les 11 autres collèges inaugurés à la rentrée 2014

JPEG - 67.3 ko

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405