print
 

Opération anti-gaspi au collège Madame de Sévigné de Gagny

Dans le cadre de la semaine du développement durable, des élèves du collège Madame de Sévigné de Gagny ont souhaité sensibiliser leurs semblables au gaspillage alimentaire en organisant une pesée des déchets à l’occasion d’un repas de midi à la cantine.

JPEG - 59.7 ko

Leurs tee-shirts blancs marqués « Stop aux déchets alimentaires » captent l’attention des autres élèves, en ce jeudi midi a priori comme les autres. Armés de patience et de leurs convictions, les fers de lance de la journée « anti-gaspi » se sont répartis en deux groupes.

Dans le hall de la cantine, Léonie, Kiara et les autres attendent les plateaux pour recueillir les restes. Le but : les peser pour faire prendre conscience aux autres élèves de la quantité de déchets produits par un collège de 420 demi-pensionnaires.

A la sortie du réfectoire, Léo, Garance et d’autres organisent eux un atelier enquête. Leur objectif : savoir si les élèves ont laissé des choses sur leur plateau, pour quelle raison, et s’ils sont sensibilisés à la question du gaspillage alimentaire.

Les réponses de leurs vis-à-vis sont aussi variées que la cuisine du lieu. Certains ne saisissent pas trop le sens de la démarche, d’autres au contraire se montrent intéressés. « C’est vrai qu’on a tendance à trop consommer », convient Marjorie, en 3e. « Ce genre d’actions peut être utile, mais moi je ne jette pas beaucoup », nuance Awa, sa copine.

25 kg par an et par personne

Parfois, un dialogue s’engage entre les sondeurs et les sondés. Elsa est la plus revendicative de l’équipe « anti-gaspi » : « Saviez-vous que tous les ans, chaque personne en France jette 25 kg de nourriture en moyenne ? »

Le but n’est pas de culpabiliser, juste de faire prendre conscience, pour ajuster ses portions à son appétit. L’action s’inscrit d’ailleurs au cœur de toute une semaine où ont été proposés des menus bio, commerce équitable et produits de proximité.

C’est qu’au rayon développement durable, le collège Madame de Sévigné, labellisé récemment « établissement en démarche de développement durable » par l’académie de Créteil, n’en est pas à ses débuts.

Régulièrement, une commission développement durable constituée d’éco-délégués se réunit ainsi pour proposer des initiatives. Cette fois-ci, les élèves se sont donc mis en quête de solutions pour essayer de produire moins de déchets. Parmi les parades envisagées : proposer trois tailles d’assiettes différentes pour les entrées, en fonction des appétits de chacun. Ou multiplier les opérations de communication, comme ces couvertures que les élèves confectionnent pour habiller les carnets de correspondance.

Club nature

Et puis, il y a le compost, une initiative qui a vu le jour il y a un an. Une bonne partie des déchets du collège - les légumes, certaines entrées et les fruits entamés - partent ainsi vers la benne à compost installée dans le coin jardin du collège. « Ce compost servira ensuite pour nos plantations », explique Bénédicte Testa, professeure d’histoire-géographie qui encadre par ailleurs un « club nature ». Elle est secondée par Olivier Rohr, agent technique de maintenance qui s’est récemment spécialisé dans cette technique du compostage.
« Nous avons aussi planté des épinards, des radis noirs, des carottes. Ça nous fait des petites récoltes et on voit comment les choses poussent », renchérit Garance, en 6e.

Cette fois, ce seront donc 7,5 kg de tomates sur 30 utilisés et 8 kg de légumes sur 15 qui partiront au compost. Les 12,5 kg de viande et 17,5 kg de féculents ne pourront malheureusement pas entrer dans la composition du fertilisant et passeront par pertes et profits.
« Certains déchets sont malheureusement difficilement évitables, puisque nous sommes tenus de respecter la chaîne du froid et du chaud, donc quand un plat est proposé au self, il est automatiquement jeté s’il n’est pas pris », ponctue Evelyne Delfau, la principale du collège.

« Si certaines personnes peuvent repartir de la cantine en ayant compris qu’il faut faire quelques efforts pour moins jeter, c’est déjà ça », conclut Léonie, avant de partir en cours.

Christophe Lehousse

JPEG - 51.4 ko

Madame de Sévigné part au Bénin

Etablissement étiqueté en démarche de développement durable, le collège Madame de Sévigné de Gagny s’efforce de répondre présent sur différents plans. A côté du volet environnemental, il y a aussi le volet solidarité : du 23 avril au 5 mai, un groupe de 16 élèves partira ainsi aider un orphelinat de la ville d’Hévié, au Bénin. Des collectes de draps et de médicaments ont été organisés pour cette occasion. Des manuels scolaires seront également délivrés à des établissements de Savalou et Akpakpa.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405