print
 

Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques

Paris et la Seine-Saint-Denis se rapprochent dans le domaine de la prévention, pour augmenter leur capacité d’action face à des problématiques communes.


C’est à Pantin, rue Delizy, que la Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques s’est installée le 1er juillet 2013 officialisant le rapprochement de la Mission de prévention des conduites à risques du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Mission de prévention des toxicomanies de la Mairie de Paris.

 La Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques

La structure et l’équipe
La Convention : votée le 11 février 2013 en Conseil de Paris et le 28 février 2013 en Assemblée départementale de Seine-Saint-Denis.
Le comité de pilotage : il se réunit trois fois par an. Il comprend un représentant de chaque Conseil général et un représentant de chaque administration et a pour objet le suivi des actions mutualisées entre les deux Missions. Ces actions font l’objet d’un reporting trimestriel et d’un rapport annuel comprenant une évaluation du travail en commun et des résultats.
Composent ce comité de pilotage : L’adjoint au Maire de Paris en charge de la santé publique, le Conseiller général délégué chargé de la prévention des conduites à risques de la Seine-Saint-Denis, la directrice générale de la DASES-Paris, la directrice générale adjointe des services départementaux de la Seine-Saint-Denis, les responsables des missions de Paris et de la Seine-Saint-Denis.
L’équipe des deux Missions se compose de 27 personnes dont 17 réunies dans les nouveaux locaux de Pantin.

 L’histoire des deux Missions

Créée en 1996, la Mission de prévention des conduites à risques du Conseil général de la Seine-Saint-Denis est chargée de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique départementale de prévention des conduites à risques. S’inscrivant à l’articulation de l’action sociale, du soin, de l’éducation, de la prévention, des loisirs, de l’économie et de l’insertion, elle permet de redéfinir les coopérations dans le sens d’une plus grande synergie entre différents champs et registres d’action (réduction des risques, protection de l’enfance, prévention spécialisée, santé mentale, hébergement, aide sociale, minima sociaux, emploi, animation socioculturelle, enseignement, politique de la ville...). Elle concerne les adolescents et les jeunes, mais aussi les adultes vulnérables amenées à engager des conduites les mettant en danger.

L’objectif de fond de la mission de prévention des conduites à risques est de réduire les risques, d’en prévenir l’exacerbation, en s’appuyant sur la compréhension des processus à l’œuvre dans leur production et en se positionnant comme une ressource en recherche-développement (information, animation de débats, prêt d’outils, formations, évaluations, recherche-action...) avec le projet de contribuer à la compréhension, à la sensibilisation et à la mobilisation des différentes catégories d’acteurs en relation avec les personnes en difficulté du département.
Elle est composée de deux entités : un centre ressources et le Tête à Tête (espace d’information dédié aux jeunes de 13 à 25 ans, installé dans le centre commercial Rosny II).

Une équipe de 11 professionnels anime le centre de ressources, lieu d’échanges où peuvent s’adresser les professionnels, institutionnels et associatifs, confrontés aux conduites à risques de leur public et désireux de développer des actions de prévention.

Créée en 2002, la Mission de prévention des toxicomanies de la Mairie de Paris est chargée de coordonner la mise en œuvre des orientations politiques de la Ville de Paris dans le champ des toxicomanies. L’entrée dans les conduites à risques et les consommations de produits psychoactifs étant d’origine multi-factorielle, son intervention prend en compte la problématique des addictions et de leur prévention dans sa globalité, à la croisée de plusieurs politiques : l’éducation, l’action sociale, les soins, la jeunesse, la politique de la ville… Ses objectifs : prévenir les usages, retarder l’âge des premières consommations, réduire les risques sanitaires et sociaux liés à la consommation, soutenir les parcours de réinsertion des usagers de produits psychoactifs, agir sur les nuisances inhérentes aux drogues pour contribuer à la tranquillité publique. La méthode : identifier les pratiques nouvelles et pertinentes des acteurs de terrain afin de les valoriser, favoriser la transversalité et l’interdisciplinarité à travers le pilotage de groupes de travail, permettre la mise en réseau des acteurs par thème ou par territoire pour mutualiser les compétences, organiser la rencontre entre experts, chercheurs, professionnels de terrain et usagers, améliorer la connaissance du phénomène " drogues, addictions et conduites à risques " via des recherches, des cycles de formation, des conférences-débats. Tout ceci contribuant à inventer des réponses adaptées.

La Mission, composée de 6 professionnels, soutient et subventionne une quarantaine d’associations et de structures engagées dans la prévention des usages, la réduction des risques sanitaires et sociaux liés à l’usage de drogues, la médiation ainsi que l’accompagnement à l’insertion d’usagers de produits psychoactifs précarisés.
Dès l’origine, les relations entre les deux missions se sont appuyées sur la même base éthique et des objectifs et modes d’intervention communs.

JPEG - 60.2 ko

 Premier chantier partagé : le Plan crack en 2005

Le territoire du Nord-Est de Paris était confronté au phénomène du crack et des polytoxicomanies. Pour répondre à ces problèmes de santé publique et de nuisances subies, l’État a mis en place le Plan crack confiant le volet prévention aux deux Missions.
Ce travail, regroupant des professionnels des deux départements, a produit en 2006 un référentiel pour la prévention, Comprendre le sens des conduites à risques pour agir en prévention. Depuis, la notion de conduites à risques abordant l’ensemble des facteurs à l’oeuvre dans cette problématique, dont les addictions, s’est imposée peu à peu pour orienter l’action des missions et en particulier leur travail en commun, développé de façon continu jusqu’à ce jour.

 Projets partagés depuis 2006

Recherches-actions et groupes de travail
Plan crack Nord-Est parisien, Comprendre le sens des conduites à risques pour agir en prévention, mars 2007. Publication

Pour répondre aux différents problèmes liés à la présence de crack et de polytoxicomanies : consommation, trafic, violence, état sanitaire déplorable des usagers de drogues désocialisés... la préfecture de Paris a mis en œuvre un plan crack dans le Nord-Est parisien (2005-2007). Ce plan comportait un volet « prévention », copiloté par les deux Missions, d’autant plus pertinent que dans cet environnement se conjuguent les difficultés sociales et l’accroissement de la précarité économique ; l’engagement dans l’économie informelle peut concerner les jeunes plus vulnérables (en décrochage scolaire, en rupture familiale…) qui amorcent ainsi un processus où ils vont amplifier les prises de risques. Pour ses participants-éducateurs, animateurs, assistants sociaux, infirmières, psychologues, médecins, policiers, conseillers en insertion, etc., soit, en tout, 70 professionnels intervenant à Paris et en Seine-Saint-Denis - il s’agissait d’identifier ensemble les processus de production des conduites à risques sur ce territoire et d’articuler des actions préventives cohérentes.

Animé par une anthropologue et réuni à cinq reprises en ateliers thématiques, ce groupe a produit un livret Comprendre le sens des conduites à risques pour agir en prévention. Cette publication est utilisée aujourd’hui comme outil dans nombre de structures et d’équipes de première ligne.

En 2008, une seconde phase de travail s’est engagée. Deux modalités ont été retenues pour la poursuite de ces travaux :
faire connaître et valoriser des actions de prévention des conduites à risques existantes : 4 ateliers menés en Seine-Saint-Denis et à Paris pour la Valorisation des pratiques de prévention, sur des thèmes clés identifiés : déscolarisation et citoyenneté, parentalité, l’école de la rue, troubles de l’exil et conflits de culture. 2008-2009.

Objectif : susciter les échanges et engager une réflexion avec l’ensemble des participants sur les postures professionnelles, les outils et des dispositifs qui facilitent la démarche de prévention des conduites à risques.

comprendre les processus d’inscription dans l’économie de la rue :
1- La recherche action engagée
Processus d’inscription dans l’économie de la rue : quelles stratégies de prévention ? Malika Amaouche.
Enquête ethnographique nord de Paris, Stains, Saint-Ouen et en Seine-Saint-Denis, janvier 2010. Publication

Cette démarche conduite dans le Nord-Est de Paris avec l’État et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis autour de l’engagement des jeunes dans le trafic et l’identification de stratégies de prévention adaptées a abouti à une enquête ethnographique. Fondée sur des récits de vie de jeunes, de familles et le discours de professionnels à Paris et en Seine-Saint-Denis, elle a été conduite en 2008 et 2009.

La restitution en 2010 de l’étude Processus d’inscription dans l’économie de la rue, quelles stratégies de prévention ?, a permis de lancer des groupes de travail réunissant des acteurs des champs de la protection de l’enfance, de la prévention, de l’insertion, de la jeunesse et de la sécurité.

2- Les groupes de travail
Groupes de travail transversaux sur le thème Engagement des jeunes dans le trafic, quelle prévention ? juillet 2012. Des groupes de professionnels des deux territoires animés par les chefs de projet des deux missions avec deux chercheurs Pierre Roche et Pascale Jamoulle. Synthèse
Cette question interroge l’intervention sociale et éducative mise au défi des trafics. À la suite de l’étude sur le thème de l’inscription dans l’économie de la rue (2010), des ateliers pluri-professionnels animés par des chercheurs en sciences sociales ont été mis en place.

En 2011, 36 participants de Paris et de la Seine-Saint-Denis répartis en 2 groupes ont participé à 6 séances de travail avec pour question centrale : « Quelle part peut prendre la prévention pour réduire les dommages liés aux trafics de drogues et son emprise sur une fraction de la jeunesse ? »

Les objectifs :
- se qualifier dans l’optique de la mise en place d’actions de prévention,
- être en capacité de se positionner auprès de jeunes et de familles concernées,
- produire des outils de connaissances et de références communes.

Une restitution des travaux a réuni l’ensemble des participants des 2 ateliers ainsi que leurs équipes en octobre 2012.

Conférences et restitution de travaux
Colloque métropolitain Drogues, conduites à risques : quelles politiques, quelle prévention ? jeudi 24 et vendredi 25 novembre 2011, à Bagnolet. Actes

Le colloque métropolitain Drogues, conduites à risques : quelles politiques, quelle prévention ?, organisé les 24 et 25 novembre 2011 par la Mairie de Paris, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et le Forum français pour la sécurité urbaine a permis de rassembler professionnels et élus sur les questions liées aux drogues et aux conduites à risques, en France comme à l’étranger. Ce colloque qui a réuni plus de 600 personnes a été globalement très apprécié du public. Il a accueilli des experts internationaux de la Global Commission de l’ONU et des élus des deux territoires. Parallèlement aux séances plénières, des séances de prise en main d’outils de prévention étaient proposées, à destination notamment des acteurs de terrain.

Journée de restitution des travaux sur le thème Engagement des jeunes dans le trafic, quelle prévention ? et de présentations d’expériences le 22 octobre 2012 au Forum des images. Actes

Cette journée co-organisée avec la Seine-Saint-Denis et le Forum pour la sécurité urbaine « Engagement des jeunes dans les trafics : quelle prévention ? » au Forum des images a accueilli plus de 540 participants. Il s’agissait d’un temps de restitution des travaux engagés par les 2 missions, et avec l’appui de chercheurs, avec des professionnels de terrain sur ce sujet sensible.
Le public de professionnels accueillis était varié : services départementaux, associations de prévention, services de l’Etat : Rectorat, DDCS, ARS, Police.
Les suites de ces travaux : engagement d’un groupe pour des actions concrètes avec la Mission 93 et la DPVI dans le 19e.

 Mission métropolitaine de prévention des conduites à risques

41, rue Delizy - Pantin - Bâtiment A - 5e étage, Accès métro 5 - Église de Pantin ou RER E - Pantin. Tél. : 01 71 29 26 91

À LIRE AUSSI

Santé vous bien !

Forum prévention, bien-être physique et psychique, santé de l’enfant, accès aux droits du 1er au 10 octobre à Noisy-le-Grand.
Pendant une semaine, venez rencontrer des professionnels et des associations du monde de la santé et participer aux nombreuses animations organisées pour tous les publics et tous les âges !


Tableau de bord de la santé en Seine-Saint-Denis

Fruit de la collaboration entre le Département et l’Observatoire Régional de la Santé d’Île-de-France, ce tableau de bord permet de suivre l’évolution de la situation sanitaire et de ses déterminants en Seine-Saint-Denis.


Schéma en faveur des personnes handicapées

Le Conseil général a adopté le 3ème Schéma départemental en faveur des personnes handicapées


3e Schéma en faveur des personnes âgées

Ce Schéma témoigne d’une volonté d’améliorer continuellement la conditions de vie des séniors


À la PMI, on dépiste et on accompagne

Le service de PMI est engagé depuis toujours dans la prévention et le dépistage précoce des situations de handicap

0 | 5 | 10

Dans  Santé & Prévention

Appel pour la santé en Seine-Saint-Denis : remerciements

Appel pour la défense de la santé en Seine-Saint-Denis lancé par des élus, universitaires, professionnels de la santé et représentants du monde associatif.


IST, faites vous dépister !

Vous souhaitez faire le point sur votre situation vis-à-vis des IST (VIH et sida, hépatites, chlamydiae, gonocoque, syphilis et toutes autres infections) ?


Centres de planification familiale

Un lieu pour répondre à vos questions sur la sexualité, la contraception, l’avortement, les IST...


Vaccinations, évitons les occasions manquées

La vaccination permet de réduire les inégalités face à la maladie. En Seine-Saint-Denis, les vaccins sont disponibles dans près de 300 lieux...


L’Aide pour une Complémentaire Santé

L’ACS permet aux assurés sociaux d’accéder aux soins et à un système de protection sociale.


Les sages-femmes de PMI

Vous êtes enceinte ! Les sages-femmes de Protection Maternelle et Infantile sont à votre disposition.


Tuberculose, information et dépistage

La tuberculose reste une maladie présente dans la région Île-de-France.


Centres de PMI

Un réseau de proximité remarquable pour assurer le suivi des enfants de 0 à 6 ans.


Tête à Tête !

Le Tête à Tête est un espace d’information, d’écoute et de prévention pour les 13/25 ans.


Prévention bucco-dentaire

La santé bucco-dentaire fait partie des priorités du Département en matière de santé publique.