print
 

Les lutteurs de Seine-Saint-Denis s’attaquent à l’Europe

On pourrait presque parler d’équipe de Seine-Saint-Denis ! Sur les onze lutteurs français en Finlande du 1er au 6 avril pour disputer les championnats d’Europe, cinq sont licenciés dans notre département.

Aurélie Basset vient du CMASA Aulnay et Bagnolet lutte 93 fournit le reste des effectifs avec Akhmed Aibuev, Tarik Belmadani, Evrik Nikoghosyan et Mélonin Noumonvi. Et encore, le champion du monde bagnoletais Steeve Guenot est blessé !

Alain Bertholom, président de la fédération française de lutte et lui-même formé à Bagnolet, explique cette forte représentation : « La Seine-Saint-Denis est une terre de lutte depuis toujours, avec des clubs très structurés comme Bagnolet, Aulnay, Rosny… Et cela va continuer car il y a de bons dirigeants, de bons entraîneurs, donc il y a et aura encore de bons lutteurs. »

Avant la bataille pour l’Europe, revue d’effectif de l’équipe 93

JPEG - 59.1 ko

Aurélie Basset est engagée en – de 55kg, une des nouvelles catégories :

Elle affiche clairement ses ambitions et s’est donné les moyens de les atteindre :

JPEG - 62.8 ko

En lutte libre, on ne compte qu’un seul représentant de Seine-Saint-Denis, Akhmed Aibuev engagé en – de 86 kg. Son palmarès ne reflète pas sa valeur, car venu de Tchétchénie à 9 ans, il a longtemps attendu sa naturalisation pour participer au championnat de France, le gagner et être sélectionné en équipe de France.

Trois Séquano-Dionysiens sont sélectionnés en gréco-romaine, le point fort de Bagnolet Lutte 93.

JPEG - 59.9 ko

Guéri de sa blessure au pouce, engagé dans la nouvelle catégorie de -59 kg, Tarik Belmadani devra perdre un kilo supplémentaire et éviter une nouvelle blessure.

Cinq fois champion de France, 2ème des Jeux méditerranéens, 9ème des J.O. de Londres, il est bien décidé à se faire enfin une place sur le podium d’un grand championnat.

Pour ces championnats d’Europe, Tarik ne craint aucun adversaire en particulier :

JPEG - 43.4 ko

Evrik Nikoghosyan (-75 kg) est remonté à bloc. Lui aussi vient d’être naturalisé, dans la foulée, il est devenu champion de France et après des années de travail dans l’ombre, sans compétitions officielles, il a hâte de briller.

Evrik s’est déjà mesuré aux meilleurs lors de tournois, mais désormais ce sera pour une médaille.

JPEG - 56.1 ko

Mélonin Noumonvi est le capitaine de cette équipe. Ce spécialiste de la gréco-romaine en est le doyen et le plus médaillé. Vice-champion du monde 2009, 5ème des J.O. de Londres et de Pékin, 10ème à Athènes, il possède quatre médailles de bronze européennes et a envie d’enfin décrocher l’or qui lui manque.

Avec les nouvelles catégories, Mélonin a dû faire un choix difficile :

Georges Makowski

à lire aussi