print
 

Les familles et les enfants d’abord !

Chaque année, plus de 28 000 nouveaux bébés naissent dans le département, soit 16% des naissances de toute l’Ile-de-France. La Seine-Saint-Denis est l’un des territoires français les plus jeunes et féconds. Proposer des solutions d’accueil adaptées aux parents et soutenir les familles pour aider ces enfants à bien grandir et s’épanouir sont autant de défis d’importance à relever au quotidien, dans un contexte budgétaire pourtant très tendu. Un dossier réalisé par Annette Debéda.

En 2008, un premier plan de relance des modes d’accueil de la petite enfance avait été adopté. 4 600 places d’accueil avaient été ouvertes - dont les deux tiers chez des assistants/es maternels/lles.

Nouveau plan

Le 16 octobre 2014, un nouveau plan en faveur de la petite enfance et de la famille a été adopté par le Conseil général.

D’ici à 2020, douze des cinquante-cinq crèches départementales feront l’objet d’une rénovation lourde ou d’une reconstruction. Les quarante-trois autres crèches bénéficieront de travaux de modernisation et de grosses réparations. Une ligne de crédits en investissements sera réservée à la réalisation des travaux d’urgence. Tout en garantissant de meilleures conditions d’accueil aux enfants et à leur famille et en favorisant de meilleures conditions de travail pour le personnel, les programmes de rénovation ou de modernisation des crèches comme des centres de PMI, et des circonscriptions sociales (PMI, service social, aide sociale à l’enfance) permettront aussi d’améliorer l’accessibilité et la performance énergétique des bâtiments. Au total, l’effort financier de la collectivité pour rénover l’ensemble de ces bâtiments se portera à 40 millions d’euros sur cinq ans.

Trois premières crèches feront l’objet d’une rénovation lourde dès l’année prochaine : Voltaire à Montreuil (qui rouvrira à la rentrée 2015), Floréal à Romainville et Jean-Jaurès à La Courneuve. Les travaux entrepris dans cette dernière crèche permettront d’en faire le premier établissement exemplaire en matière d’accessibilité pour tous types de handicaps.

Favoriser l’initiative et l’innovation

Le plan « Petite enfance et Parentalité » prévoit de créer 3 500 nouvelles places, dont 2 500 en accueil collectif et 1000 places en accueil individuel. 20 millions d’euros y seront consacrés. Dans ce cadre, le Département a décidé de mettre en place une nouvelle aide à l’investissement afin de favoriser la création de places d’accueil au sein de structures publiques ou privées (communes, hôpitaux, associations, entreprises).

Parallèlement, un soutien supplémentaire sera apporté à la création de maisons d’assistantes maternelles (MAM) – il en existe déjà huit dans le département. Ces solutions innovantes et sécurisantes permettent d’offrir de meilleures conditions d’accueil aux enfants, grâce à une mutualisation des moyens et en limitant les effets de l’isolement des assistants maternels.

Rééquilibrage

Des dispositifs visant à garantir un meilleur équilibre territorial ont été également imaginés, avec la mise en œuvre d’aides à l’investissement pour la création de places d’accueil ciblées prioritairement sur les territoires les plus déficitaires en solution d’accueil, où les familles sont les moins riches et où le Département n’intervient pas déjà à travers ses crèches départementales.

Garantir l’égalité, c’est veiller à accompagner les familles sur tout le territoire, depuis la naissance de leur enfant et à chaque étape de sa vie. C’est aussi, apporter un soutien adapté à tous les parents, et notamment ceux dont l’enfant souffre d’un handicap. L’ensemble des travaux de rénovation ou d’amélioration des bâtiments abritant les crèches feront l’objet d’une mise aux normes conformément à la loi sur le handicap du 11 février 2005. Des solutions innovantes permettant de compenser les déficiences visuelles, auditives, intellectuelles et motrices seront mises en œuvre partout où cela sera possible. Enfin, un programme de formation des agents des crèches et des assistants/es maternels/les complétera utilement les travaux afin de permettre un accueil adapté des enfants et des parents en situation de handicap.

JPEG - 91.9 ko

à lire aussi

Services d’accueil de jour : souffler et se reconstruire en famille

En 2001, le Conseil général ouvrait le premier Service d’accueil du jour à Bondy. Puis un second, en 2008, à La Courneuve. Dépendant de l’Aide sociale à l’enfance, ces structures ont pour vocation d’accompagner les parents d’enfants de 0 à 6 ans, confrontés à des difficultés.


« Lever les appréhensions liées au handicap »

Au sein du service de Protection maternelle et infantile, l’Instance de médiation et de recours mène un travail d’information et de dialogue avec les professionnels, afin d’assurer à l’enfant en situation de handicap et à ses parents, un accueil de qualité. Explications de Anne Peyssou, puéricultrice et référente de l’IMR.


Orge Mômes, Épinay-sur-Seine : la MAM du bonheur

Une MAM (Maison d’assistantes maternelles), c’est avant tout une idée toute simple : se regrouper et mettre en commun ses ressources pour accueillir des bébés dans un lieu sécurisant et adapté. Visite guidée de l’une des huit MAM déjà ouvertes dans le département.


Bienvenue aux parents !

La question de la place des parents comme partenaires actifs est centrale dans le projet éducatif des crèches départementales. À la crèche La Bergère de Bobigny, une nouvelle expérience a été menée en 2014. Rencontre avec l’équipe de direction.


En chiffres

328 crèches accueillent 13 977 bébés en Seine-Saint-Denis, dont 2 970 dans les 55 crèches départementales. Découvrez les autres chiffres.