print
 

Le numérique dans les collèges

Gros plan sur le numérique avec Yacine Diallo, responsable du pôle technologies innovantes pour l’éducation à la direction éducation et jeunesse, pilote de l’équipe en charge de déployer le numérique dans les collèges.

Les collèges doivent entrer dans l’ère numérique. Quel est le rôle du Conseil général dans ce processus ?
Le Conseil général s’occupe des infrastructures, et l’Académie de la pédagogie en elle-même. Mais pour le plan numérique, nous avons travaillé main dans la main, car l’équipement informatique qu’apporte le Département général est lié à l’usage qui en sera fait par la suite. Nous avons prévu d’équiper vingt établissements par an en matériels informatiques tels que des ordinateurs, tablettes, rétroprojecteurs etc. Ce rythme ne dépend pas que de nous. Car pour équiper les collèges en fibre optique, et que chacun d’entre eux bénéficie des 50 méga nécessaires à l’utilisation du matériel, il faut profiter de travaux sur des routes, des réseaux etc. Normalement, en 2018, 2019, tous les collèges de Seine-Saint-Denis seront équipés.

Quels sont vos autres rôles ?
Avoir des ordinateurs et des tablettes ne suffit pas à s’assurer de la bonne utilisation du matériel informatique. Nous avons travaillé en amont avec le pôle numérique de l’académie de Créteil pour équiper les ordinateurs en logiciels. A chaque discipline, ses logiciels : réalité augmentée pour faire de la géométrie, logiciel de modélisation 3D pour la technologie, labo de langue pour les langues, montage vidéo pour l’art plastique, etc.

Nous nous chargeons aussi de la mise en place d’environnement de travail numérique (ENT). Il s’agit d’un portail où peuvent interagir élèves, professeurs, administration et parents. Les potentialités de cet outil sont très nombreuses. Les professeurs peuvent y déposer leurs cours, des documents, afin que les élèves puissent les consulter et travailler dessus hors de la classe, et éviter les papivores photocopies. Ils peuvent aussi faire travailler leurs élèves en mode projet sur des blogs. Les élèves peuvent laisser leurs travaux sur l’ENT, pour pouvoir ensuite les modifier où qu’ils soient, ou mettre en ligne les œuvres dont ils sont fiers. Ils peuvent aussi y consulter les devoirs qu’ils ont à faire (fini les oublis). Les parents peuvent ainsi suivre la scolarité de leur enfant. L’administration peut communiquer sur ses actualités, les projets d’établissement, les conseils d’administration, les conseils de classe. Enfin, l’outil permet, à tous les acteurs du collège de communiquer par un système de messagerie.

Que vont changer ces innovations dans l’éducation des collégiens ?
L’objectif est d’intégrer, dans les enseignements, les outils que les collégiens utilisent au quotidien afin qu’ils apprennent avec plaisir. Ces outils permettront de susciter l’intérêt sur les connaissances, les savoirs, ils permettent d’apprendre de manière ludique. Mais la technologie ne touche pas seulement les collégiens : les professeurs vont eux aussi devoir se questionner sur leur manière d’enseigner, qui sera -qui est déjà- moins verticale.

Mettre ses cours sur l’ENT, discuter avec les parents ou les élèves par mail... La transition vers ces nouveaux usages se fait-elle sereinement ?
Nous nous attendions à ce qu’il y ait plus de réticences. Mais les ENT des 12 nouveaux collèges à la rentrée 2014 sont de vraies réussites : ils ont reçu 80 000 visites depuis septembre. Nous avons tenu un conseil numérique le 14 novembre dernier pour faire un premier bilan, et les échos sont plutôt bons. Visiblement, rien de plus normal pour les élèves que d’utiliser l’ordinateur à l’école. Les parents ont une curiosité bienveillante envers le collège de leurs enfants, qui semble être comblée. Dans les espaces réservés aux parents de ces nouveaux collèges, des ordinateurs sont disponibles, et des réunions de sensibilisation et de formation à l’ENT y sont menées progressivement pour ne laisser aucun parent sur le bord de la route. Et les professeurs, qui craignaient d’être sursollicités par les parents, font finalement le constat que la fluidité de la communication évite ce genre de situation. Par ailleurs, ils sont eux aussi formés à intégrer l’outil informatique dans leur cours.

JPEG - 82 ko

Elsa Dupré

à lire aussi