print
 

Le collège Louise-Michel a été inauguré le 15 septembre à Clichy-sous-Bois

Les locaux de l’ancien établissement, datant de 1967, ont laissé place à un bâtiment lumineux et spacieux, bien doté en matériel informatique. Des conditions qui aideront grandement à un enseignement de qualité pour tous.

JPEG - 83 ko

 Louise-Michel, un temps d’avance

11h, changement de salle, les élèves soufflent un moment dans la cour du nouveau collège. Ninoa, Yasmina, Ceylan, Samia et Amy, toutes en 3e, se racontent les dernières nouvelles de la rentrée. Et elles ne se font pas prier pour chanter les louanges du nouvel établissement. « C’est bien mieux qu’avant. Il y a plus d’espace, tout est neuf et il y a des ordinateurs dans toutes les salles », explique Ceylan. « On s’est déjà servi du nouveau matériel en option, avec un professeur de technologie, pour un cours sur le lancement d’entreprise », ajoute Ninoa. « Y a même une imprimante 3D », conclut Yasmina.

Un rapide coup d’œil dans les salles de classe confirme les propos de la bande de copines : chaque espace compte un ordinateur pour deux élèves et un vidéoprojecteur interactif sur lequel de nombreux professeurs s’appuient déjà pour dynamiser leur cours. A cela s’ajoutent les quelque 200 tablettes numériques qui vont prochainement sortir de leurs cartons.

Jean-Victor Marie, documentaliste de l’établissement, leur a d’ailleurs déjà trouvé une fonction. Il a conçu une séquence de présentation de son CDI autour de ces tablettes, où chaque 6e sera renvoyé par un QRcode à une mini-animation 3D : « Ils verront ainsi un Cerbère au rayon mythologie, une comète en astronomie. Cela leur permettra de comprendre la pertinence de classer les choses par matières et ils se souviendront de l’organisation du CDI ».

Même si les enseignants en sont à différents stades de leur appropriation du numérique, tous sont reconnaissants de l’effort fait en matière d’ équipement informatique, rendu possible grâce à un investissement du Conseil général à hauteur de 5,5 millions d’euros pour les 12 nouveaux collèges.

« Pour l’instant, je me sers surtout du vidéoprojecteur interactif pour leur montrer des séquences d’orchestre ou de danse, explique de son côté François Balanche, professeur de musique, du reste enchanté par les conditions acoustiques de sa nouvelle salle. Plus avant dans l’année, je compte utiliser des logiciels de son comme Audacity pour travailler sur des prestations d’élèves ».

Le caractère innovant en matière numérique a du reste été souligné par François Hollande lors de sa visite des lieux le 2 septembre dernier. A cette occasion le président de la République n’avait d’ailleurs pas hésité à dire que Clichy avait « un temps d’avance », lui qui a appelé de ses vœux un grand plan numérique pour l’école à la rentrée 2016.

Le principal du collège, Lotfi Bourgou, se félicite lui aussi de l’accent mis sur le numérique, y voyant « tout sauf un gadget ». « C’est une vraie chance pour nous. Il va permettre à certains élèves en décrochage d’avoir à disposition un outil plus adapté à leurs besoins. Un outil ludique, dynamique, interactif. D’ailleurs, c’était une très forte attente des professeurs ».

Entre temps, 12h30 ont sonné, dans cet établissement où les cours ne durent pas une heure, mais 45 minutes. Dans la salle de détente, la directrice de la SEGPA, Brigitte Gogibus, et une partie de son équipe pédagogique cassent la croûte. Le collège de Clichy-sous-Bois compte en effet une Section d’enseignement général et professionnel adapté, qui s’adresse à des élèves en difficultés scolaires et sociales en leur proposant un projet pré-professionnel. En l’occurrence, des formations à deux champs professionnels : celui de l’habitat et de l’hygiène-alimentation-services.

Là aussi, la satisfaction prédomine, mais Brigitte Gogibus pointe tout de même quelques imperfections. « C’est sans commune mesure avec ce qu’il y avait avant, estime-t-elle. Mais des problèmes demeurent : dans notre atelier hygiène-alimentation-service il n’y a pas assez d’outils et dans celui de l’habitat, il manque un espace de 50 mètres carrés ».

En déambulant dans les couloirs, on tombe enfin sur Julien Mazars, professeur d’EPS. En cette rentrée pas comme les autres, il dit se sentir léger. Lui qui a déjà enseigné une première fois à Louise-Michel entre 2005 et 2007 n’a pas oublié les anciens temps : « en 2005, quand le gymnase a brûlé, nous n’avions plus d’installations, plus de matériel. Là, c’est un bonheur de faire cours dans le nouveau gymnase. On sent aussi que les élèves ont envie de garder les locaux en bon état. Enfin, les gens n’appelleront plus ce bahut en secret Louise-Misère ».

Christophe Lehousse

JPEG - 67.6 ko

 Fiche d’identité

Dans sa nouvelle configuration, le collège Louise-Michel accueillera 600 élèves ainsi que 96 en Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) orientée sur deux champs professionnels :

  • hygiène Alimentaire
  • services et Bâtiment.

Sa cuisine centrale et son réfectoire permettront de nourrir 400 demi-pensionnaires.
Le pôle collège ouvert comprendra 1 salle polyvalente, 1 salle d’exposition, 1 bureau des parents, 1 pôle sportif, ainsi qu’1 mare et 1 jardin pédagogiques. Un centre aquatique et un centre d’information et d’orientation compléteront ces équipements. Le collège disposera enfin de 7 logements de fonction.
Les travaux ont une valeur de près de 42 M€ TTC, sur une surface du terrain de 23 902 m2.

 Le + du collège

Louise-Michel sera le premier collège du département équipé d’une piscine. Un équipement qui bénéficiera également aux Clichois, puisqu’il sera ouvert en dehors du temps scolaire, pour favoriser l’apprentissage de la natation. Il vient s’ajouter à la salle d’éducation physique et sportive et au plateau sportif extérieur, avec plateau d’évolution, pistes de course et aire de saut.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405