print
 

Le collège Jean-Moulin a été inauguré le 11 septembre à Aubervilliers

Entièrement reconstruit, le collège Jean-Moulin d’Aubervilliers, dont les anciens locaux dataient de 1975, peut maintenant se targuer de couloirs spacieux, d’un gymnase et de salles de classes équipées de matériel numérique.

JPEG - 80.5 ko

 Aubervilliers fait peau neuve

En ce mercredi matin, Adriano et Arouna, qui sortent de leur cours d’espagnol, ont le sourire. Si le beau temps de ce début septembre y fait, leur nouveau collège y est aussi pour beaucoup. « C’est bien, j’aime bien les couloirs : ils sont spacieux. Ca sent bon le neuf », se réjouit Arouna. « Ca n’a rien à voir avec l’ancien collège. Là, c’est agréable, les conditions de travail sont vraiment meilleures. », renchérit Adriano. Lui veut travailler plus tard dans le secteur médical, et Arouna dans l’automobile, mais pour le moment, ces deux-là ne regardent pas si loin : ils entendent bien profiter à fond des nouveaux locaux pour leur dernière année dans l’établissement.

Le temps de monter à l’étage de la direction, et l’on se rend effectivement compte de la métamorphose des lieux : les locaux vétustes de l’ancien collège ont laissé place à un CDI flambant neuf, des salles de classe lumineuses et de larges couloirs, peints dans différentes couleurs – jaunes pour le rez-de-chaussée, rouges pour le premier étage, verts pour le second.

« Tout ce qui reste encore de l’ancien établissement est en train d’être détruit », complète le nouveau principal des lieux, Valéry Devillers-Braun. « Le bâtiment qu’on trouve encore sur la droite en entrant deviendra une halle sportive couverte, et un autre édifice, en cours de démolition, va laisser place à un conservatoire d’arbres ainsi qu’à une piste d’athlétisme. Le tout sera terminé pour la rentrée 2015, mais nous sommes déjà opérationnels ».

Avec des ordinateurs dans toutes les salles de classe, des vidéoprojecteurs interactifs qui sont petit à petit installés, la transfiguration des lieux est palpable. Un changement qui profite notamment aux 4 classes SEGPA – de la 6e à la 3e - que compte l’établissement. Les quelque 60 élèves de cette section vont en effet pouvoir travailler dans des salles de classes qui leur sont spécialement consacrées ainsi que dans deux ateliers spécialisés, situés au rez-de-chaussée : production industrielle et hygiène-alimentation-services.

« Par rapport à l’ancien collège, c’est sans comparaison possible », affirme Bahia Ako, directrice de la section SEGPA. « Les locaux sont magnifiques, les salles spacieuses et pour la surveillance, c’est idéal ».
Il y a tout de même un « mais » dans le bilan de rentrée de cette femme énergique, qui se charge de nous faire faire le tour des deux ateliers. « Nous rencontrons pour l’instant des problèmes dans ces deux ateliers : en production industrielle, les conditions de sécurité ne sont pour l’instant pas réunies et en hygiène-alimentation, les ordinateurs ne nous ont pas été livrés ».
Une fois ces problèmes résolus, les élèves des lieux bénéficieront toutefois de très bonnes conditions de travail : plan de travail dans les cuisines du restaurant pédagogique pour le bloc hygiène-alimentation-sécurité ; ponts de montage et tuyaux d’aspiration des gaz d’échappements pour l’atelier de réparation cycles et cyclomoteurs en production industrielle.

Côté enseignants, on se dit aussi globalement satisfait. Pour tous, la dotation en matériel informatique – 1 ordinateur pour deux élèves dans toutes les salles de classe et même 15 chariots de tablettes numériques – est une vraie chance. « J’apprécie tout particulièrement l’effort en équipement numérique », estime ainsi Linda Emirian, professeure d’histoire-géo. « Je me suis déjà servie du vidéoprojecteur interactif et c’est très pratique. Ce matin par exemple, mes 3e avaient une frise chronologique sur la 1er Guerre Mondiale à compléter. J’ai pu leur projeter le document au tableau et nous l’avons rempli ensemble. »

L’équipe des professeurs de sport, qui a encore à résoudre un petit problème de jeu de clés, se félicite elle du nouveau gymnase mis à sa disposition. « Cela va nous permettre d’organiser nos séances sans avoir forcément à sortir de l’établissement. », expliquent Cédric Pichereau et Mamadou Faye. A vos marques, prêts, partez !

Christophe Lehousse

JPEG - 75.2 ko

 Fiche d’identité

Ce collège d’Aubervilliers aura une capacité de 700 élèves et y seront servis 400 repas par jour.
Celui-ci comprendra 19 salles banalisées et 8 salles complètement informatisées, il disposera aussi d’une SEGPA (Section d’enseignement général et professionnel adapté) de 64 élèves avec deux champs professionnels :

  • hygiène alimentaire services
  • production industrielle.

Il sera équipé d’1 vidéoprojecteur interactif dans chaque salle de classe, 1 imprimante 3D en technologie, 1 vidéoprojecteur 3D dans la salle polyvalente. Et possédera aussi 233 tablettes numériques ainsi que de 2 écrans à affichage dynamique.
Les travaux ont une valeur de 28,53 M€ TTC sur une surface du terrain de 17 621 m2.

 Le + du collège

Le collège disposera d’un véritable équipement sportif, inexistant actuellement, avec une salle d’Éducation Physique et Sportive de 360 m2, un plateau sportif
extérieur dont un terrain de handball et deux terrains de basket couverts.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405