print
 

Le collège Jacqueline-de-Romilly a été inauguré le 17 septembre au Blanc-Mesnil

Entièrement neuf, le 5e collège du Blanc-Mesnil est un des 12 nouveaux collèges inaugurés cette rentrée. Jacqueline-de-Romilly, lui, redonne vie au quartier industriel de la Molette et met notamment à la disposition de ses élèves des salles équipées d’ordinateurs, un gymnase et une cuisine centrale.

JPEG - 78.1 ko

 Jacqueline-de-Romilly, tout sauf antique

« C’est vraiment beau et on a du bon matériel ». « Beaucoup d’élèves n’ont pas cette chance ». A peine sorties de leur cours de musique, Marine, Eduina, Sofia, Yousra et Inès claironnent à quel point elles sont heureuses d’avoir fait leur rentrée en 6e à Jacqueline-de-Romilly. « Et en plus, il y a une super vue », lâche Eduina en point d’orgue.

En effet, le panorama n’est pas mal : depuis le 3e étage du bâtiment aux grandes baies vitrées, où se trouvent les salles de musique et d’arts plastiques, on découvre une bonne partie de la Seine-Saint-Denis. Au loin, les fusées du Musée de l’air et de l’espace du Bourget accrochent l’œil du spectateur. « De quoi stimuler l’inspiration », lâche en rigolant Ahmed, un des assistants d’éducation qui se dit lui aussi « impressionné » par les bonnes conditions de travail dans l’établissement.

Deux étages plus bas, le confort n’est pas mal non plus : dans son tout nouveau CDI dont les étagères sont en train d’être garnies, Anne Mignot est en train de passer en revue ses prochaines commandes de livres.

« Je suis ravie », témoigne la documentaliste qui travaillait auparavant au collège René-Descartes, un autre collège du Blanc-Mesnil. « Le CDI est doté de 12 postes informatiques et de tablettes numériques qui vont permettre aux élèves d’être formés à la recherche documentaire. Et puis, créer un fonds documentaire dans un établissement entièrement neuf est quelque chose de passionnant ».

Côté enseignants, c’est aussi la satisfaction qui prédomine. 14 postes d’ordinateurs dans chaque salle de classe ainsi qu’un vidéoprojecteur interactif dans tous les espaces de cours, forcément, ça change la vie. « Le matériel numérique permet de faire un cours plus animé, c’est incontestablement un plus », estime Kevin Dauphy, professeur d’histoire-géo. « Pour les élèves, il y a plus d’interactivité et on peut les sensibiliser aux bonnes pratiques d’internet, à comment chercher une information ».

Si tous sont convaincus par la pertinence de l’utilisation du numérique, certains pointent tout de même quelques couacs en cette rentrée, dus selon eux à la mise en route. « Il y a encore des problèmes de branchements pour être reliés au réseau », constatent par exemple Lucas Pellerin et Christelle Marçon, respectivement professeurs de sciences physiques et de SVT.
« Une fois que tout sera opérationnel par contre, je pense que le numérique a toute sa légitimité : par exemple il y a une vraie pertinence à utiliser Google Earth pour des cours de géologie », ajoute l’enseignante de sciences de la vie et de la terre.

Il faut aussi dire que l’établissement en est tout juste à sa mise en route : 5e collège du Blanc-Mesnil, sa belle silhouette aux arêtes surlignées de jaune vient petit à petit donner vie à l’ancienne friche industrielle de La Molette. Ses quelques 350 élèves – l’établissement ne compte pas encore de classe de 3e cette année – vont progressivement atteindre le chiffre de 500.

« C’est une bonne rentrée, stimulante, avec tous les défis que suppose un nouveau collège », souligne Miguel Manuel Tesson, le principal des lieux. « Nous avons notamment deux dispositifs particuliers : une classe d’accueil d’enfants primo-arrivants qui ne parlent pas ou peu le français et suivent donc un enseignement spécifique. Et un atelier-relais, composé à l’heure actuelle de 7 élèves en voie de décrochage scolaire, et dont le but est de leur redonner la motivation ». Basée hors les murs, cette section doit cependant prendre de plus en plus de consistance sur les lieux-mêmes de collège, selon les souhaits de Miguel Manuel Tesson.

La sonnerie retentit : il est déjà midi. Les 130 demi-pensionnaires sprintent vers le réfectoire. Au menu, saumon au beurre blanc ou lapin à la moutarde, concoctés par la toute nouvelle cuisine centrale. Bon appétit bien sûr !

Christophe Lehousse

JPEG - 38.5 ko

 Fiche d’identité

Le 5e collège du Blanc-Mesnil aura une capacité de 600 élèves et pourra servir, grâce à sa cuisine centrale, 400 repas par jour.
Il disposera de 25 salles de cours, dont 8 entièrement informatisées, 4 spécifiques pour les sciences, 1 pour les arts plastiques et 1 pour la musique. Il sera doté d’1 vidéoprojecteur interactif dans chaque salle, d’1 imprimante 3D en technologie, d’1 vidéoprojecteur 3d dans la salle polyvalente.
Il possédera également 203 tablettes numériques ainsi que 2 écrans à affichage dynamique.
Les travaux ont une valeur de 25,20 M€ TTC, sur une surface de terrain de 12 657 m2.

 Le + du collège

Certifié haute qualité environnementale par l’organisme Certivéa, le nouveau collège
met en œuvre les meilleures pratiques actuelles en termes de performances énergétiques et environnementales, grâce notamment à la géothermie, une chaudière à gaz naturel, des panneaux solaires et des toitures végétalisées.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400