print
 

Le collège Dora-Maar a été inauguré le 18 septembre à Saint-Denis/Saint-Ouen

Situé en face de la Cité du cinéma, ce nouveau collège permettra de faire face à la forte croissance démographique dans les parties sud de Saint-Denis et nord de Saint-Ouen.

Ce site, facilement accessible, a la particularité d’être situé à cheval sur les deux communes. Il permettra de rééquilibrer les effectifs avec les collèges Jean-Jaurès de Saint-Ouen et Iqbal-Masih de Saint-Denis.
Les équipements numériques ont permis au principal de penser et mettre en place des projets éducatifs axés sur l’audiovisuel.

JPEG - 74 ko

 Palette de couleurs et clap de lancement

Façade de bois, huisseries de fenêtre vert vif : aucun problème pour distinguer le collège Dora-Maar au milieu des immeubles de bureaux de la rue Ampère. Une fois passé le sas d’entrée, les élèves arrivent sous un préau en partie vitré, de quoi attendre au sec l’heure de monter en classe. Même si on entre pour la première fois à Dora-Maar, impossible de ne pas y repérer les escaliers.

Alors que les couloirs déclinent le gris sous différentes nuances apaisantes, sur le sol de gros carrés jaune vif montrent la voie vers les autres niveaux. Violettes, oranges, les portes des salles de classe sont autant de signaux pour les élèves. Il leur sera difficile de justifier un retard avec l’habituel : « Je m’ suis perdu, M’dame… » Hervé Mamino, le chef d’établissement, apprécie particulièrement « la peinture rouge vif des murs du patio. Avec le soleil qui s’y réflète, tous les visages offrent alors une palette de rouge du plus bel effet ! D’une manière générale, j’aime beaucoup la gestion de la lumière dans ce bâtiment. Puits de lumière orange, grande baie vitrée… »
Les collégiens doivent également y être sensibles puisque d’après Hervé Mamino, la rentrée a été étonnamment calme. « Ce tout nouveau collège intercommunal rassemble des enfants de Saint-Ouen et de Saint-Denis. Il est situé en quelque sorte à la frontière et il était possible que les jeunes ne s’y retrouvent pas et le dégrade assez vite. Ils doivent s’y sentir chez eux car jusqu’alors aucun tag, aucune dégradation n’a eu lieu. »

Alors que d’ordinaire les collèges sont situés à proximité des grands pôles d’habitation, la cité située en face du collège Dora-Marr est bien particulière et offre des atouts bien singuliers. « Il suffit de traverser la rue pour se retrouver dans la Cité du Cinéma, explique Hervé Mamino. Nous comptons mener à bien des partenariats avec cet équipement, montrer aux élèves qu’une foule de possibilités s’offre à eux. Le projet éducatif du collège compte par ailleurs des Parcours artistiques renforcés ou des Parcours engagement de l’élève pour tous les élèves. » Ce dernier est un éveil à la citoyenneté permettant aux élèves de devenir acteurs de leur collège, en gérant le foyer par exemple. Les parcours artistiques offrent le choix entre une trois thématiques artistiques : théâtre (avec le Théâtre Gérard-Philipe, centre dramatique national à Saint-Denis), cirque et audio-visuel. Le collège dispose d’ailleurs d’une salle d’atelier audiovisuel et son espace vert en gradins permet des projections en plein air. Alors… Moteur !

Georges Makowski

JPEG - 56.2 ko

 Fiche d’identité

Le nouveau collège intercommunal de Saint-Denis/Saint-Ouen aura une capacité de 700 élèves et pourra servir 400 repas par jour. Une Ulis (unité localisée pour l’inclusion scolaire) et 1 Segpa (section d’enseignement général et professionnel adapté) de 64 élèves y seront également accueillies.
Il disposera de 26 salles de cours, dont 8 entièrement informatisées, 4 spécifiques pour les sciences, 1 pour l’art plastique et 1 pour la musique. Il sera doté d’1 vidéoprojecteur interactif dans chaque salle, d’1 imprimante 3d en technologie, d’1 vidéoprojecteur 3D dans la salle polyvalente. Il possédera également 233 tablettes
numériques ainsi que 2 écrans à affichage dynamique.
Les travaux ont une valeur de 21,82 M€ TTC, sur une surface de terrain de 9 732 m2.

 Le + du collège

Par sa situation, face à la Cité du cinéma, le collège intercommunal ne pouvait qu’être lié au 7e art. Il le sera plus encore grâce à sa salle d’atelier audiovisuel (pour s’initier à la création cinématographique) et son espace vert en gradins, sorte d’amphithéâtre prévu pour permettre des projections de plein air.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405