print
 

Le collège Cesaria-Evora a été inauguré le 19 septembre à Montreuil

Neuvième collège de la ville, Cesaria-Evora vient dynamiser le quartier des murs à pêches de Montreuil et joue la carte de la modernité avec ses couloirs spacieux, son futur gymnase et ses équipements numériques.

JPEG - 72.6 ko

 Cesaria-Evora a la pêche

Du troisième étage, on a une belle vue d’un côté sur le quartier des Hauts de Montreuil et de l’autre sur les premiers pâtés de maisons de Rosny-sous-Bois. Le collège Cesaria-Evora, avec sa façade dans les tons miel et bois, s’insère bien dans le cadre de verdure des murs à pêches de Montreuil. Le calme rejaillit aussi sur les élèves, ravis de faire leur rentrée dans un établissement flambant neuf.

« Par rapport à avant, c’est nettement mieux, ici tout est neuf ! » s’exclament par exemple Luna et Margot, désormais en classe de 4e et qui allaient auparavant à la cité scolaire Jean-Jaurès, située un peu plus bas. « On a aussi des ordinateurs dans chaque salle, ce qui fait que nos sacs sont moins lourds », complète Hakim, qui sort tout juste de son cours d’arts plastiques.

Trois étages plus bas, au bureau de la vie scolaire dont les grandes baies vitrées donnent sur la cour et ses volets bariolés, on est du même avis. « Je pense sincèrement que c’est à l’heure actuelle le plus beau collège de Montreuil, témoigne Joanne Daviau, assistante d’éducation qui a travaillé auparavant dans d’autres établissements de la ville. Le seul point perfectible serait d’avoir plus de bancs dans la cour. Mais sinon, je trouve ça très fonctionnel », poursuit la jeune femme.

Neuvième collège de la ville, Cesaria-Evora a été pensé pour délester les autres établissements d’une partie de leurs effectifs. Cette année, 330 élèves répartis entre 6e, 5e et 4e (les 3e ne s’ajouteront que l’année prochaine) y ont fait leur rentrée, un chiffre qui atteindra progressivement les 600. Et comme les 11 autres collèges sortis de terre dans le cadre du Plan exceptionnel d’investissement du Conseil Général, ce nouvel établissement se veut résolument numérique.

« C’est un collège où il n’ y a pas de manuels scolaires, où tous les manuels sont numériques, explique sa principale Martine Mittet. Le nouveau matériel numérique – 14 postes par salles notamment – permettra en effet d’abandonner le recours aux traditionnelles ressources papier. « Pour autant, cela ne veut pas dire que les élèves n’écrivent plus, insiste Mme Mittet. Il y a toujours des cahiers et des exercices par écrit à faire pendant le cours. En revanche, pour l’élève, c’est un gros progrès au niveau du poids du cartable ».

Parmi les 32 enseignants, ce défi numérique a été relevé avec enthousiasme. Même si certains pointent tout de même des dysfonctionnements qu’ils espèrent passagers. « C’est une rentrée à la fois stimulante et perturbée. Stimulante parce qu’il s’agit de s’approprier les lieux et de faire vivre le nouvel établissement. Perturbée parce qu’une partie du matériel numérique ne fonctionne pas pour l’instant », souligne Jean Chambon, professeur d’histoire-géographie.

Dans leurs salles respectives du deuxième étage, Miguel Sousa, enseignant de mathématiques, et Laura Decaro, prof de français, se veulent de bonne composition. « Sur le plan des locaux, on est très satisfaits. Ca n’a rien à voir avec les conditions de nos établissements précédents. », assurent ces deux jeunes enseignants.

« Et une fois les problèmes techniques réglés, le projet tout numérique est lui aussi séduisant : en maths, je peux par exemple leur donner des exercices interactifs, c’est plus ludique et ça passe mieux », estime Miguel Sousa. « Grâce aux tablettes numériques qui s’ajoutent aux ordinateurs, on pourra aussi démultiplier les postes. Chaque élève pourra ainsi aller à son rythme », ajoute Laura Decaro.

D’ici quelques mois, en janvier très exactement, le gymnase attenant à l’établissement sera lui aussi opérationnel. Les élèves, qui utilisent pour l’instant les installations de la ville et notamment le gymnase Arthur-Ashe, n’auront ainsi plus à sortir de l’enceinte de l’établissement. Chaque jour, Cesaria-Evora fait entendre un peu plus sa voix.

Christophe Lehousse

JPEG - 44.8 ko

 Fiche d’identité

Le 9e collège de Montreuil aura une capacité de 600 élèves et pourra servir, grâce à sa cuisine centrale, 400 repas par jour.
Il disposera de 17 salles de cours, auxquelles s’ajouteront des salles spécifiques pour les sciences, l’art plastique et pour la musique.
Il sera doté d’un vidéoprojecteur interactif dans chaque salle, d’une imprimante
3D
en technologie, d’1 vidéoprojecteur 3D dans la salle polyvalente. Il possédera également 203 tablettes numériques ainsi que 2 écrans à affichage dynamique.
Les travaux ont une valeur de 26,78 M€ TTC , sur une surface de terrain de 10 385 m2.

 Le + du collège

Le collège est un modèle d’écologie, l’une des exigences de la nouvelle architecture éducative du Département. Une prouesse technique, rendue possible par son isolation très performante, l’installation de panneaux photovoltaïques et d’une chaudière mixte à bois et au gaz.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400