print
 

Le Département fait un geste pour les librairies indépendantes

Jeudi 18 octobre 2014, le Conseil général a adopté en séance plénière l’exonération d’une taxe qu’il percevait jusqu’ici de la part des librairies indépendantes. Une mesure qui, si elle reste soumise à certaines conditions, témoigne de la volonté du Département de soutenir le tissu des librairies indépendantes.

JPEG - 62 ko

Sur ce coup-là, Jacques-Etienne Ully se dit satisfait. Ce gérant de la librairie « Folies d’Encre- Un autre monde » installée à Aulnay-sous-Bois et président de l’association Librairies 93, voit d’un bon œil l’exonération de la part départementale de la contribution économique territoriale (CET) - en fait l’ancienne taxe professionnelle - qui a été décidée jeudi à l’unanimité par le Conseil général.

Même si la mesure est partielle - elle ne s’applique qu’aux 7 librairies indépendantes de Seine-Saint-Denis possédant le label LIR de la part du Ministère de la Culture mais s’étendra à toutes les autres qui obtiendront ce label - la plupart des professionnels du département estiment qu’elle va dans le bon sens.

En choisissant de se passer de cette taxe – quelque 2000 euros en moyenne à l’année pour chaque libraire – le Département souhaite en fait apporter son soutien à un secteur fragile, mais essentiel à la vitalité du territoire.

« Même si cette exonération est plus symbolique qu’autre chose, on l’accueille très favorablement, explique ainsi Jacques-Etienne Ully. Psychologiquement, c’est positif parce que cela prouve que la puissance publique pense à nous. Et puis, nos marges sont tellement faibles que même 2000 euros ne sont pas négligeables. Ca va par exemple permettre d’embaucher quelqu’un en extra à Noël ou de passer un coup de peinture sur les murs », analyse ce libraire installé depuis 2005 à Aulnay et dont le chiffre d’affaires se monte à 400 000 euros.

Pour les 17 librairies indépendantes que compte à ce jour la Seine-Saint-Denis, toutes les aides sont bienvenues : leurs marges extrêmement faibles doublées de loyers souvent élevés et la concurrence de la grande distribution ou de géants de l’internet comme Amazon les placent en effet dans une situation de précarité. « A cela s’ajoute une spécificité locale : le livre, comme tout produit culturel, coûte cher et en Seine-Saint-Denis, le pouvoir d’achat est plus faible qu’ailleurs », rappelle Jacques-Etienne Ully.

Même son de cloche chez Jean-Marie Ozanne, fondateur en 1981 à Montreuil de « Folies d’Encre », la toute première librairie indépendante du département et qui compte entre temps 7 autres librairies dans son réseau.

« Tous les coups de pouce sont bons à prendre, explique-t-il. Je ne peux pas vous dire ce que cette exonération représente exactement à l’année, mais il est sûr que cela va nous permettre d’assurer le rôle culturel qui est le nôtre. Par exemple, nous recevons toutes les semaines un auteur. Mais ces animations représentent des coûts : il faut payer l’équipe qui reçoit l’auteur, les affiches faites pour l’occasion. De ce point de vue, cette exonération représente une aide appréciable ».

JPEG - 55.4 ko

Transmettre le goût de la lecture, assurer l’attraction culturelle d’un lieu, contribuer à faire vivre une ville, c’est ainsi que ces libraires perçoivent leur profession. Et c’est pour les aider dans cette tâche que le Département a donc choisi d’arrêter de percevoir cette taxe. « L’aide peut paraître assez peu significative, mais au moins nous envoyons un signal. Par ailleurs, on ne peut pas parler de manque à gagner pour le Département », a estimé en séance Emmanuel Constant, vice-président du Conseil général en charge de la culture.

Pour autant, les libraires indépendants appellent à en faire davantage pour préserver le tissu existant en Seine-Saint-Denis.
« Il faut souhaiter que les pouvoirs publics aillent plus loin dans leur défense des libraires indépendants. Un des leviers d’action est notamment celui des commandes publiques, insiste Jean-Marie Ozanne qui regrette que beaucoup d’intercommunalités fassent peu des cas des libraires indépendants. « Beaucoup d’entre nous ne peuvent pas lutter face à un grossiste qui se fait fort de répondre à un marché de 5 ou 6 bibliothèques. Certains pouvoirs publics ont ainsi l’illusion de faire des économies, mais ce n’est qu’une illusion. »
Et Jacques-Etienne Ully d’appeler aussi les communes à soutenir les librairies par une politique de loyers qui leur soit favorable. « On voit qu’aujourd’hui la plupart des librairies qui résistent ont des loyers ultra-modérés. Si les villes veulent conserver leurs librairies ou même en faire naître de nouvelles, il faut créer les conditions pour cela, louer des locaux à des taux préférentiels et proposer des baux adaptés ».

Christophe Lehousse

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405