print
 

Lancement de la saison 2 de la plate-forme « Mon stage de 3ème »

Parce que la recherche d’un stage d’observation s’avère parfois une expérience difficile pour les collégiens comme pour leurs parents, le Département de la Seine-Saint-Denis a crée en 2013 une plate-forme numérique, sous forme de site internet, intitulé « Mon stage de 3ème » permettant aux élèves dépourvus de réseaux d’accéder à des stages pour ouvrir leurs horizons et affiner leurs futurs choix professionnels.

Lundi 3 novembre 2014, Stéphane Troussel, Président du Conseil général, présentait aux élèves de 3ème du collège Jean-Vilar à La Courneuve la plate-forme « Mon stage de 3ème » conçu par le Département en 2013, en présence de représentants de l’Éducation nationale, des professeurs et des employeurs-contributeurs qui ont fait part de leurs expériences et de l’enrichissement mutuel de ces stages.

Déjà 344 offres de stage disponibles

Avec un examen à passer et un stage à trouver, l’année de troisième est une année très stressante pour les élèves. Depuis 2013, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis propose de faciliter la vie de ces collégiens. Cette année, 344 offres de stages en entreprise sont d’ores et déjà consultables via la plate-forme numérique « Mon stage de 3ème ».

D’une utilisation très simple, cet outil permet de choisir son stage selon plusieurs critères : le domaine d’activité, la ville dans lequel il est situé, l’employeur. Ce site internet offre de précieux conseils pour rédiger un CV, pour savoir comment se présenter lors d’un stage.

« Il n’y a pas de mauvais stage en soi » explique Olivier Dupuch, principal du collège Jean-Vilar, « tout l’intérêt est de trouver des stages qui font sens ». La bouche-à-oreille a tellement bien fonctionné cette année encore, que le 3 novembre jour officiel du lancement de la plateforme des stages, 35 sont déjà conclus.

Notamment à la SNCF comme l’explique Carlos Magnaval, responsable de formation : « on a une convention de partenariats avec le Conseil général et on a décidé de faire deux vagues cette année, une au mois de décembre qui est malheureusement complète, et une avant les vacances de février. On a orienté le stage sur la découverte des métiers. Tous les stagiaires passeront sur le simulateur de conduite. Nous les ferons travailler sur la réalisation d’une affiche –et comme nous sommes un groupe international- elle sera en anglais. Le critère qui compte le plus chez nous c’est la motivation des stagiaires ».

Monsieur Planton, responsable des ressources humaines chez BNP-Paribas présent sur le lancement de l’opération a regretté le manque de curiosité des stagiaires l’an passé : «  ils étaient peut-être un peu impressionnés. Soyez curieux, n’hésitez pas à poser des questions, soyez acteurs de votre stage. Vous arriverez mieux à le défendre pour votre soutenance, si vous vous y investissez pleinement. Et aussi un conseil, relisez votre lettre de motivation avant de l’envoyer pour éviter un trop grand nombre de fautes d’orthographe ».

Denis Delanoye chargé des collectivités locales au groupe Orange s’est dit satisfaisait des élèves venus en stage à Créteil l’an passé : «  tous les matins ils étaient là, très ponctuels, très enthousiastes. Cette année nous leur proposons de venir en stage Porte de Bagnolet, métro Galieni où nous venons d’ouvrir un nouveau site destiné aux entreprises avec des activités informatiques, numériques et de la facturation. »

De grands groupes, parmi lesquels SFR, Air France, Dell, des PME comme Muse D Territoires, Franciade ou Salvia Développement, des collectivités telles les villes de Bondy et Bagnolet, mais également le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, vont accueillir des collégiens en stage.

Le Conseil général propose de son côté 200 stages dans les crèches, les parcs départementaux, l’informatique, les services sociaux… Pour Stéphane Troussel, de grandes entreprises ont choisi de s’installer en Seine-Saint-Denis, et elles sont de plus en plus nombreuses à jouer le jeu pour offrir des stages : «  J’en ai assez que pour les élèves de Seine-Saint-Denis la recherche d’un stage en entreprise soit plus difficile que pour d’autres  ». S’adressant aux élèves : «  Je veux que vous ayez le choix pour effectuer ce stage. Il est important car il peut donner une idée de métier pour vous orienter après le collège. »

Isabelle Lopez

5 jours pour observer l’entreprise
Ce stage d’observation est aussi la première passerelle entre l’école et le monde du travail. Certains élèves ont pris les devants, comme Amèle, 15 ans, en troisième au collège Jean-Vilar à la Courneuve, qui a choisi de faire son stage dans une pharmacie : « Je veux savoir si ce métier me plaira pour plus tard. C’est ma mère qui a demandé pour moi. Si ça n’avait pas marché, j’aurais aimé faire mon stage dans les bureaux mais lesquels je ne sais pas. » Srivadehi, 15 ans, assise à ses côtés a envoyé son CV à l’Assemblée nationale : «  les dates ne coïncident pas exactement, il faut que je demande une dérogation à mon établissement. J’espère que je vais pouvoir y aller. » Rong Fong, 15 ans, n’a quant à lui pas encore trouvé son stage, il aimerait travailler dans un restaurant.
JPEG - 49.6 ko

Accéder au site : monstagede3e.seine-saint-denis.fr

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400