print
 

La balade de Jimmy Vicaut au meeting de Montreuil

Mardi 7 juin 2016, le meeting de Montreuil a vu son poulain, Jimmy Vicaut, passer le mur du son et égaler son propre record d’Europe, établi l’année dernière. A deux mois des Jeux, le sprinter du CA Montreuil a frappé fort, dans une soirée qui a aussi connu d’autres belles performances.

JPEG - 73.1 ko

Mardi, Usain Bolt et compagnie ont dû apprendre à situer Montreuil sur une carte. Tout ça grâce à l’enfant du pays, Jimmy Vicaut. L’athlète du CA Montreuil 93, qui avait déjà enflammé la piste du Stade de France l’année dernière en égalant le record d’Europe de Francis Obikwelu en 9s86, a récidivé à l’occasion de la 8e édition du meeting de Montreuil.

Devant 4000 spectateurs aux anges, Jimmy Vicaut a réalisé un départ canon et déposé tous ses concurrents dès les premiers mètres. Comme dans un rêve. Même l’accolade avec Roger Bambuck, premier athlète français à avoir détenu le record du monde du 100m et lui aussi ancien pensionnaire du CA Montreuil, a dû sembler irréelle à Jimmy Vicaut. On savait le Bondynois en forme après sa belle rentrée en 9s99 pour sa première ligne droite de la saison à Rome, mais de là à établir la meilleure performance mondiale de l’année…

Même le principal intéressé s’avouait songeur après une telle prestation. « Pour moi, c’est une surprise. Je ne pensais pas faire 9s86. La première fois, quand j’avais fait ce temps l’année dernière au Stade de France, j’avais l’impression de voler. Là je ne sais pas, c’était différent. C’est peut-être le relâchement, le fait aussi de courir chez moi, devant ma famille. C’est bien sûr un coup de boost. »

Effectivement, c’est peu de dire que Jimmy Vicaut courait mardi devant un public acquis à sa cause. Au bout de sa ligne droite de folie, tous les gamins du club ou presque se pressaient autour du co-recordman d’Europe pour obtenir un autographe. Nathan, Lefried et Auguste, sprinters en herbe chez les minimes et benjamins du CA Montreuil, se voulaient même formels : « Jimmy, avec cette forme, il fera un podium à Rio ».

JPEG - 51.9 ko

Expérimenté malgré ses 24 ans, le sprinter au maillot jaune et bleu s’empressait de calmer le jeu. « Cette course, bien sûr que j’en suis fier. Après, il ne faut pas s’emballer. Ça ne veut rien dire par rapport aux Jeux. L’année dernière, je fais déjà 9s86 et pourtant je termine seulement 8e aux championnats du monde. »

« Surprise », cela allait décidément être le maître-mot de la soirée. Car peu de temps auparavant, un autre athlète avait déjà créé une petite sensation sur la piste du stade Delbert. Et là encore, il portait la casaque jaune et bleue. Sur 110 mètres haies, le jeune Aurel Manga donnait envie de fredonner la chanson du regretté Pierre Vassiliu : « Qu’est-ce qu’il fait ? Qu’est-ce qu’il a ? Qui c’est celui-là ? »

En 13s 25, cet athlète fluide terminait en effet sur les talons de Pascal Martinot-Lagarde (13s 23) en pulvérisant son record personnel. Et sans ce vent trop favorable, ce touche à tout de 24 ans, passé dans ses jeunes années par le handball avant de faire connaissance avec le tartan, aurait même réalisé les minimas olympiques en un claquement de doigts.

JPEG - 104.7 ko

« Le temps n’est pas homologué ? Ce n’est pas bien grave », philosophait après coup le jeune homme, arrivé au CA Montreuil il y a 2 ans. « Je ne me prends pas la tête avec les minima. Je viens de tout juste de reprendre les haies après deux années de sprint sur le plat. Donc je prends tout ce qu’il y a à prendre. »

Gâtés, les spectateurs du meeting de Montreuil, une fois de plus entièrement gratuit ? Certes oui, et ce n’était pas fini. Car sur 400m haies, la Lilloise Phara Anarchasis accrochait de fort belle manière les minimas pour Rio. Avec sa quatrième place en 55s84, cette sympathique athlète s’octroyait ainsi le droit de voir Rio en individuel comme sans doute en collectif, sur le relais 4x400m.

Bon d’accord, il y eut bien quelques petites désillusions comme les abandons en série des Tricolores sur le 1500m : d’abord le vice-champion olympique du 3000m steeple Mahiedine Mekhissi puis Morhad Amdouni. Pour Alexandra Tavernier, seulement 4e au marteau et toujours à la chasse à la qualification pour Rio, ça toussotait aussi un peu avec 68m96.

Et si tout ne se faisait pas dans la facilité dans cette belle soirée, l’obstination de certains faisait aussi plaisir à voir. Ainsi sur 800 mètres, Clarisse Moh avait peut-être manqué les minimas pour les championnats d’Europe à une seconde près (2 min 02), mais la Montreuilloise ne s’avouait pas vaincue pour autant. « Evidemment, je suis un peu déçue. Ce soir, je ne passe pas très loin, mais je coince dans les 25 derniers mètres. Je suis seulement à une seconde et demie du ticket pour Rio. Je vais vraiment me donner à fond pour ne pas avoir de regrets », assurait la jeune femme dont ce serait les premiers Jeux.

JPEG - 84.7 ko

La détermination des athlètes, la passion d’un club, un succès populaire… la 8e édition de Montreuil, c’était tout cela. Une semaine auparavant, on redoutait encore que des trombes d’eau ne s’abattent sur le stade et noient sa belle piste flambant neuve. Mais au-dessus des Grands Pêchers, il faisait finalement grand beau. Grâce à la balade de Jimmy et à Manga, le super-héros.

Christophe Lehousse

à lire aussi