La Popote Coop, bien dans son assiette

Créée en 2014 sous la forme d’une coopérative d’habitants, cette épicerie-cantine de Noisy-le-Sec, qui propose dans ses rayonnages des produits issus de l’agriculture locale, défend le manger-mieux et la convivialité.

JPEG - 49 ko

Samedi, jour de marché à Noisy-le-Sec. Farida et Elfadda, accompagnée de sa fille, prennent un thé dans le fond de la Popote coop. Calées au fond de coussins orangés et molletonnés, les deux amies, auxiliaires de vie scolaire, disent se sentir bien dans ce lieu, où elles viennent régulièrement, le week-end ou même en semaine après le boulot. « On a découvert il y a deux ans, à l’ouverture. Ici c’est chaleureux et accueillant. C’est clairement un lieu qui manquait à Noisy. », explique Elfadda. « Côté épicerie, on achète surtout des produits cosmétiques. Niveau prix, ça va. Et puis, ça nous arrive aussi de manger, la carte est variée et c’est abordable », complète Farida.

Les deux femmes sont installées juste à côté des rayonnages de l’épicerie où l’on peut découvrir des produits qu’on ne trouverait certainement pas dans un supermarché classique : de la bière de Montreuil, du miel de Noisy-le-Sec, de la confiture de Romainville ou encore du chocolat « Chapon » de Chelles.

Proposer des produits de qualité à des prix raisonnables et faire du repas un moment de vie sociale, c’est en effet le pari de La Popote. Née sous la forme d’une coopérative d’habitants, cette épicerie-restaurant répand depuis septembre 2014 ses bonnes odeurs de cambuse conviviale dans la rue Jean-Jaurès de Noisy-le-Sec. Acheté via une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) composée de 55 membres, le local, anciennement un magasin de chaussures, s’est paré des rêves et aspirations d’un joyeux collectif.

« Dès le départ, la lutte contre la malbouffe était inscrite au cœur du projet », raconte Alain, l’un des 55 « coopérateurs ». Derrière lui, on peut distinguer une ardoise détaillant la composition de paniers bio du Val de Loire qu’une entreprise d’insertion basée à Thiais vient livrer chaque jeudi.

« A côté de ça, La Popote, c’est aussi un lieu de vie qui accueille régulièrement des soirées culturelles », précise Nicolas, autre sociétaire, chargé de relations publiques dans le théâtre au civil. Car la Popote, c’est aussi ça : une tour de Babel où chacun a mis ses compétences au pot - un consultant en création d’entreprises, une juriste, une musicienne ou encore un plombier à la retraite.

JPEG - 58.5 ko

« Et puis, il nous importait aussi que ce soit un projet rentable, ajoute Marie, une autre co-fondatrice. La Popote, c’est certes une coopérative, mais c’est aussi une entreprise qui a créé des emplois (d’ailleurs subventionnés à hauteur de 300 euros par mois par le Département, ndlr) ». Pour présider aux destinées du lieu, on trouve effectivement une équipe de 3 salariés, Clément, le chef pâtissier, Clarisse, affectée aux fourneaux et Garance, préposée plus particulièrement à l’épicerie, tous couvés du regard par Ali, le gérant. « C’est bien qu’un lieu comme ça crée de l’emploi pour des jeunes du coin », souligne ce restaurateur expérimenté, passé auparavant par le bar du Trianon à Romainville.

A eux quatre, ils ne sont jamais à court d’idées pour faire évoluer la carte, proposer des soupes ou encore des buffets variés. « On débat souvent de la carte. Garance essaie de nous proposer des produits de saison et souvent, elle a du flair », témoigne Clément, jeune Noiséen recruté via la mission locale. « Vous n’avez pas idée à quel point la Popote a dynamisé la rue et proposé une offre alternative », ajoute Clarisse qui passe entre les tables pour suggérer la formule du jour : rôti de veau au curcuma et pommes grenailles suivi d’une mousse au mascarpone, le tout pour 12 euros.

JPEG - 35.5 ko

A notre tablée, une conversation enflammée s’engage entre « popoteurs » : éducation, égalité des chances, pédagogies alternatives, tout y passe. Chacun y va de son argument, contre-argument, nuance de sens. La bouteille de Saumur Champigny fait le reste. Et si le vivre-ensemble, c’était aussi le manger-ensemble ?

Christophe Lehousse

à lire aussi

Numéro 50 - Mai 2016

Projets d’agriculture urbaine, promotion de la production locale… À travers le département, des citoyens mettent en place des actions pour sensibiliser au bien-manger. Découvrez tous nos reportages !


Bellastock : rencontre avec Simon Jacquemin

Bellastock est une association d’architecture expérimentale qui œuvre pour la valorisation des lieux et de leurs ressources. Nous avons rencontré l’un de ses fondateurs Simon Jacquemin.


« Lumière sur le 93 » : une autre Seine-Saint-Denis dans l’objectif des étudiants de Louis-Lumière

Du 11 au 25 mai, en pleine gare du Nord, des étudiants de l’école Louis-Lumière donnent à voir la diversité des savoir-faire professionnels de la Seine-Saint-Denis. Une exposition initiée par le Comité départemental du tourisme du 93, qui vise à donner une autre image du département.


Chroniques d’une directrice d’école de Seine-Saint-Denis

Directrice de l’école élémentaire Marie-Curie à Bobigny, au coeur de la cité Karl-Marx, Véronique Decker raconte ses 31 ans d’enseignement en Seine-Saint-Denis dans « Trop classe », un livre à la fois tendre et revendicatif. A son image.


Jean-Claude Cahagnet, le toqué du 93

Seul chef étoilé de Seine-Saint-Denis, il mène de main de maître son Auberge des Saints-Pères à Aulnay-sous-Bois où il s’est établi depuis 17 ans. Portrait d’un passionné qui, sans paraître y toucher, s’investit beaucoup pour le département.


À Pantin, avec les créateurs de demain

Ouverte en mars 2015, la Maison des Compagnons du Devoir de Pantin, spécialisée dans le travail du cuir, attire des jeunes de toute la France. Petite journée en immersion dans cette institution à cheval sur l’excellence et le vivre-ensemble.


Isabelle Duthillier, mécène d’Handi’chien

Isabelle Myrtillier est mécène depuis 2009 pour l’association Handi’chien. Depuis cette date, elle met tout son talent et son savoir-faire au service de cette cause afin d’offrir un chien d’assistance à une personne handicapée. Rencontre.