print
 

La Courneuve débarque au palais de Tokyo

Le week-end du 17 mai 2014, le Palais de Tokyo a accueilli l’exposition « Banlieue is Beautiful », organisée par l’artiste américain Monte Laster et son collectif, installé à La Courneuve depuis 14 ans, un événement soutenu par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

JPEG - 45 ko

Depuis le temps qu’elle produit des œuvres d’art étonnantes et qu’elle brasse des cultures de toutes origines, la richesse de la banlieue ne devrait plus être à démontrer. Et pourtant, les préjugés ont la peau dure. Alors, l’Américain Monte Laster et son collectif d’artistes le répètent une nouvelle fois : « Banlieue is Beautiful ».

De vendredi 16 à dimanche 18 mai 2014, les productions scéniques, visuelles ou plastiques d’une vingtaine d’artistes originaires de la Seine-Saint-Denis ou d’ailleurs investissent le Palais de Tokyo.

Il y a par exemple ces portraits de famille, simples et émouvants, de l’Anglaise Joanna Mclennan qui est allée photographier les habitants de la Cité des 4000 chez eux. « L’idée était de montrer un autre côté des banlieues, un aspect jovial et apaisé qui existe lui aussi », témoigne la photographe.

Il y a encore ce court-métrage, intitulé « Respire », réalisé par des jeunes de la Courneuve encadrés par le réalisateur Akim Isker, qui sera présenté samedi.

Et il y a bien sûr les œuvres de Monte Laster, installé depuis 19 ans à La Courneuve, et qui a décidé cette année de faire passer le périphérique à son collectif « Face » (French American Creative Exchange). Depuis 2000, l’association a en effet élu domicile au moulin Fayvon, un lieu historique de La Courneuve, d’où Monte s’ingénie à « retisser les liens d’une société fragmentée ».

« Quand je suis arrivé en 1995 en France, j’ai posé mes valises dans cet endroit parce que j’avais besoin de trouver un grand atelier. Mon séjour devait durer 6 mois et le moulin devait ensuite être détruit. 19 ans plus tard, l’aventure continue », constate ce Texan, natif de Fort Worth, qui a fait de La Courneuve un second chez-lui.

Dans ses œuvres exposées au Palais de Tokyo, l’ancienne barre Balzac de la cité des 4000, détruite en 2011, est omniprésente. Tombé amoureux du lieu et de son histoire, Monte Laster l’a filmée, photographiée sous tous les angles, et même stylisée sous la forme d’une maquette à tiroirs. Autant d’oeuvres que Stéphane Troussel, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, a pu admirer vendredi lors de son passage au Palais de Tokyo.

JPEG - 55.8 ko

Dans son moulin ouvert à tous les vents, Monte Laster a aussi travaillé pendant 5 ans avec une classe de l’école élémentaire Joliot-Curie sur l’évolution de la barre Balzac, documentant un avant et après sa destruction.
Cette classe, justement, est à ses côtés en ce vendredi 16 mai, avec des élèves désormais parvenus en CM1.
Comme l’avenir de La Courneuve et de toutes les villes de la petite couronne s’appelle entre temps « Grand Paris », c’est sur ce concept que les élèves planchent ce jour-là. « Si on ne prend pas en compte les banlieues et leur créativité dans la constitution du Grand Paris, on aura vraiment manqué quelque chose », martèle l’Américain.

Le futur n’attend pas, et les élèves de Joliot-Curie ont donc pour tâche d’inscrire sur des banderoles leurs revendications pour la métropole de demain.
De meilleurs transports, de plus grandes infrastructures sportives, voilà certaines de leurs requêtes. Imman, malicieuse, rêve même de grands monuments pour faire concurrence à la Tour Eiffel. Les architectes de l’atelier international du Grand Paris, installé justement depuis 2008 dans les locaux du Palais de Tokyo, tendent l’oreille, amusés mais tout de même curieux des aspirations de la jeunesse.

Durant ce week-end, les visiteurs ont pu découvrir les œuvres de ces urbanistes en herbe, aux côtés de nombreuses autres créations, d’un live blogging réalisé par le Bondy Blog sans oublier une scène sur laquelle se sont relayés poètes, slameurs et rappeurs.

Christophe Lehousse

A partir de vendredi et jusqu’à dimanche 18 mai 2014 au Palais de Tokyo, de midi à minuit. Accès libre.
Tout le programme

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405