print
 

Jean-Jaurès refait le débarquement à vélo

Du 20 au 27 juin, équipés de vélos recyclés, 20 élèves du collège Jean-Jaurès de Pantin ont parcouru les 250 km qui séparent Caen de la pointe de la Hague. Un projet pédagogique monté par cinq professeurs ultra-motivés et qui a bénéficié du soutien du Conseil général.

JPEG - 81.1 ko

"On est vraiment contents. Certains élèves sont ressortis complètement transformés de ce projet." C’est déjà la deuxième fois qu’il participait à une telle équipée, mais l’émotion est palpable dans la voix de Benoît Faillard, professeur de sport au collège Jean-Jaurès de Pantin.

Après une première expérience réussie en 2013, 20 élèves de 4e sont partis sur les routes de Normandie à vélo, en commémorant notamment les 70 ans du Débarquement. Un projet interdisciplinaire par excellence : en plus des incontournables références à l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, les 20 chanceux ont aussi eu droit à des cours appliqués en biologie - avec la biodiversité des dunes - en technologie - avec des vélos qu’ils ont retapés eux-mêmes - et en sport, évidemment.

La semaine n’aura pas été de tout repos : encadrés par 5 professeurs au total - Vincent Sinaud, Capucine Rey, Alice Legrand, Abdel Ameur et donc Benoît Faillard - les élèves fonctionnaient en autonomie, ils devaient se préparer la cuisine et dormir en camping.

Mais le jeu en valait la chandelle : les 20 acteurs de l’échappée belle sont revenus enchantés, comme en témoigne leur blog, réalisé tout au long de leur périple.
Fiers de l’effort physique accompli : "On nous avait prévenus que ça allait être dur mais c’était pire que ce que l’on pensait. Les montées ici, elles ne sont pas normales, ça monte tellement qu’on n’arrive même pas à pousser le vélo des fois", écrivent-ils.

Et plus soudés qu’avant : "On a appris que chacun a ses défauts et ses qualités mais on peut vivre ensemble. On a aussi appris que dans la vie, il ne faut jamais être difficile. Il faut prendre ce qu’on a et vivre avec les gens qui sont là. Vivre en communauté, c’est fou ! "

Chez les professeurs aussi, on ne voulait plus s’arrêter au moment de lister les temps forts de cette aventure. "La visite du cimetière américain de Colleville et de la pointe du Hoc, avec ses cratères d’obus, c’était vraiment un moment impressionnant", se souvient Benoît Faillard. "Certains paysages ont aussi émerveillé les élèves, comme les dunes à Carteret ou l’arrivée, très symbolique, à la pointe de la Hague."
Cette initiative, plaisante et enrichissante sur le moment, aura aussi assurément des retombées bénéfiques pour la suite. "Ce projet a été extrêmement bénéfique pour certains élèves qui n’étaient pas forcément à l’aise en classe", témoigne Benoît Faillard. "Ils ont mûri, compris ce que cela supposait de vivre ensemble. On a hâte de les revoir l’année prochaine en troisième."

Du coup, on en redemande chez les enseignants comme chez les élèves : l’année prochaine, un projet de Tour de France est déjà dans les tuyaux. L’objectif sera cette fois de visiter jusqu’à quatre régions de France : l’Alsace, la Normandie, les Landes et la Provence, une première étape se déroulant fin septembre, puis trois autres début juin. "Une nouvelle fois, ce sera avec des quatrièmes, sélectionnés sur leur motivation, pas sur leurs résultats scolaires. Comme les années précédentes, nous prendrons soin de lier ces activités avec le programme scolaire", détaille Benoît Faillard. A Jaurès, on est décidément les rois de la Petite reine.

Le diaporama du projet Jaurès à vélo :

Christophe Lehousse

Suivre l’épopée du projet Jaurès à vélo au jour le jour via leur page Facebook

à lire aussi