print
 

Isabelle Duthillier, mécène d’Handi’chien

Isabelle Myrtillier est mécène depuis 2009 pour l’association Handi’chien. Depuis cette date, elle met tout son talent et son savoir-faire au service de cette cause afin d’offrir un chien d’assistance à une personne handicapée. Rencontre.

Monter sur les planches pour jouer ou chanter a toujours été un grand plaisir pour Isabelle Duthillier. Mais depuis 2009, cette amoureuse du théâtre a mis sa passion au service d’une grande cause : permettre à une personne handicapée d’acquérir un chien d’assistance.

Douze bénéciaires en Seine-Saint-Denis ont reçu un labrador d’Handi’chien. Aujourd’hui, dix-huit demandes sont en attente.

JPEG - 85.3 ko

Comment devient-on mécène pour une association comme Handi’chien ?
J’ai eu une amie, dans l’établissement bancaire où je travaillais, qui s’est trouvée dans l’obligation, du jour au lendemain d’être en fauteuil roulant. Elle a bénéficié gracieusement d’un chien de la part de cette association en 2008. Elle m’a demandé alors de l’aider à remercier Handi’chien car un chien coûte 15 000 euros. Ils ont besoin de donateurs ! En effet, entre le coût de l’acquisition du chiot chez un éleveur, les frais d’entretien dans la famille d’accueil, un séjour de 6 mois dans l’un des quatre centres de l’association avec un éducateur pour apprendre leur métier d’Handi’chien, l’ensemble s’élève à 15 000 euros. C’est une somme très importante qu’on ne veut pas faire payer par les bénéficiaires, car s’il fallait le faire, ça serait toujours les mêmes personnes qui pourraient s’acheter un chien d’assistance.

Comment l’avez-vous aidée ?
L’idée, sous la demande qu’elle formulait était, en fait, de trouver des fonds. Plus jeunes, nous avions fait, elle et moi, du théâtre. Elle savait donc que je pouvais chanter, jouer dans des pièces de théâtre, organiser des concerts… Et donc, grâce à ces représentations, je pouvais recueillir des fonds et les remettre à Handi’Chien. Depuis 2010, j’organise au sein de ma société qui possède un auditorium, – une véritable salle de spectacle de 150 places –, des spectacles. Des pièces d’auteurs connus que je joue et que je mets en scène bien souvent ou des pièces que j’écris moi-même… J’ai également créé des spectacles chantés à partir de la biographie de Cole Porter, compositeur et parolier américain, et de Frank Sinatra. Je raconte leur histoire et je chante leurs morceaux les plus connus. Les collègues adorent venir se détendre le midi et profiter du spectacle ! Les spectacles ne sont pas payants, mais quand on décide de dédier l’une des représentations à Handi’chien, on fait circuler le chapeau en fin de spectacle. Et à chaque fois, les collègues sont généreux !

Chez vous, ce n’est pas l’arche de Noé, mais vos amis à quatre pattes sont nombreux…
Il y a trois chats et deux chiennes Cookie et Mona, la toute petite. Cookie a 8 ans et est chez nous depuis 4 ans. C’est une chienne labrador qui a été retirée du programme Handi’chien car son maître Michaël, militaire de carrière, tétraplégique à la suite d’une chute, ne pouvait plus s’occuper d’elle. Elle avait alors 4 ans, et on ne souhaitait pas la redonner à une autre personne handicapée. Quand ce genre de situation se présente, on propose le chien à l’adoption, en général, à des personnes de connaissance. On m’a donc proposé d’adopter Cookie que j’ai accueillie les bras ouverts. Ce n’est pas mon premier chien… Auparavant, j’ai eu deux Colley et puis Dahlia, qui est décédée en janvier dernier. Un déchirement terrible… Et la petite Mona est là, depuis que Dahlia a disparu.

Que sait faire Cookie ?
Cookie sait tout faire ! Elle ouvre et ferme les portes, elle éteint les lumières, si on pose un lien, elle ouvre les placards et les tiroirs et vous apporter ce qu’il y a dedans ! Si votre téléphone sonne, elle peut aller le chercher, si votre trousseau de clé tombe par terre, elle vous le ramasse ! C’est Michaël, lui-même, qui me l’a remise. C’était très émouvant… Quand je fais un concert ou je joue une pièce de théâtre, elle m’accompagne et se tient tranquille. Et puis quand on me de mande ce qu’elle sait faire, elle ne se fait pas prier ! Elle adore ça ! Elle est en représentation. Cookie connaît et répond à 52 commandes. Comme tous les chiens d’assistance, Cookie est très bien éduquée. Elle a accès à tous les lieux publics et personne n’a le droit de refuser un accès à tous les chiens d’assistance. Ils sont éduqués pour rester sages et tranquilles à côté de leur maître.
La présence d’un chien accompagnant une personne en fauteuil est un lien formidable avec l’entourage.

Vous venez d’éditer un livre ?
Laure Perrin, responsable des éditions Akela pour enfants, m’a proposé d’imaginer un livre sur le handi’chien. J’ai été très heureuse de le réaliser, avec un texte pertinent pour comprendre l’histoire d’un handi’chien. Il y a des petits clins d’œil bilingues, des quizz et des dessins humoristiques. Ce n’est pas parce qu’on parle du handicap, qu’il faut être triste ! Les personnes handicapées adorent rire !

Vous avez de nombreux filleuls ?
J’ai quatre filleuls ! Cela veut dire que j’ai entièrement financé l’éducation de 4 chiens, avec mes concerts, mes pièces de théâtre, mes expositions, le livre que j’ai écrit…

Propos recueillis par Claude Bardavid

à lire aussi

Numéro 50 - Mai 2016

Projets d’agriculture urbaine, promotion de la production locale… À travers le département, des citoyens mettent en place des actions pour sensibiliser au bien-manger. Découvrez tous nos reportages !


La Popote Coop, bien dans son assiette

Créée en 2014 sous la forme d’une coopérative d’habitants, cette épicerie-cantine de Noisy-le-Sec, qui propose dans ses rayonnages des produits issus de l’agriculture locale, défend le manger-mieux et la convivialité.


Bellastock : rencontre avec Simon Jacquemin

Bellastock est une association d’architecture expérimentale qui œuvre pour la valorisation des lieux et de leurs ressources. Nous avons rencontré l’un de ses fondateurs Simon Jacquemin.


« Lumière sur le 93 » : une autre Seine-Saint-Denis dans l’objectif des étudiants de Louis-Lumière

Du 11 au 25 mai, en pleine gare du Nord, des étudiants de l’école Louis-Lumière donnent à voir la diversité des savoir-faire professionnels de la Seine-Saint-Denis. Une exposition initiée par le Comité départemental du tourisme du 93, qui vise à donner une autre image du département.


Chroniques d’une directrice d’école de Seine-Saint-Denis

Directrice de l’école élémentaire Marie-Curie à Bobigny, au coeur de la cité Karl-Marx, Véronique Decker raconte ses 31 ans d’enseignement en Seine-Saint-Denis dans « Trop classe », un livre à la fois tendre et revendicatif. A son image.


Jean-Claude Cahagnet, le toqué du 93

Seul chef étoilé de Seine-Saint-Denis, il mène de main de maître son Auberge des Saints-Pères à Aulnay-sous-Bois où il s’est établi depuis 17 ans. Portrait d’un passionné qui, sans paraître y toucher, s’investit beaucoup pour le département.


À Pantin, avec les créateurs de demain

Ouverte en mars 2015, la Maison des Compagnons du Devoir de Pantin, spécialisée dans le travail du cuir, attire des jeunes de toute la France. Petite journée en immersion dans cette institution à cheval sur l’excellence et le vivre-ensemble.