print
 

François Hollande au collège Louise-Michel, sur fond de rentrée numérique

Le collège Louise-Michel, l’un des 12 nouveaux collèges de cette rentrée 2014 en Seine-Saint-Denis, a reçu mardi 2 septembre, la visite du Président de la République François Hollande et de la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem. L’occasion pour le Président de saluer la politique ambitieuse du Département en matière d’équipement numérique des collèges.

JPEG - 51.2 ko

« Clichy et la Seine-Saint-Denis sont en avance ». Ce n’est pas le Département qui le dit, mais François Hollande. Mardi matin, le président de la République a visité, en compagnie de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem le collège Louise-Michel de Clichy-sous-Bois, l’un des 12 nouveaux collèges sortis de terre en cette rentrée 2014 grâce au plan exceptionnel d’investissement du Conseil général.
Et le président de la République s’est dit impressionné par la politique volontariste du Département en faveur de ses collèges, et notamment en matière d’ambition numérique. Comme les 11 autres nouveaux établissements qui s’apprêtent à être inaugurés en cette rentrée, le collège Louise-Michel a en effet fait le pari des nouvelles technologies mises au service de l’enseignement.

Des nouveaux collèges raccordés au très haut débit, quelque 200 tablettes par établissement, un vidéoprojecteur interactif par salle de classe, des ordinateurs dans chaque salle pour permettre d’alterner enseignement classique et recherches sur internet, 60 portables en salle de sciences : l’effort multimedia fourni par le Département est considérable.

De quoi séduire un président de la République qui a lui-même annoncé mardi un « grand plan numérique pour l’école » qui devra être appliqué à la rentrée 2016.
« Le numérique doit être une grande ambition pour nos élèves parce qu’il est un excellent outil pédagogique et qu’il est aussi synonyme d’innovation. Il représente une bonne partie des emplois de demain », a jugé François Hollande. Et de détailler les volets de son plan numérique : « former les élèves au codage pour maîtriser l’informatique, former les enseignants à ces nouvelles techniques et lutter contre la fracture numérique » pour que personne ne soit laissé au bord du chemin.

Il se trouve qu’une partie de ces préconisations a été anticipée par le département de la Seine-Saint-Denis. Comme l’explique Stéphane Troussel, le président du Conseil général : « à l’occasion de notre plan exceptionnel d’investissement en faveur des collèges, nous nous sommes posé dès 2010 les questions de fond sur la conception même de ce que doit être un collège moderne. Et nous avons décidé d’aller vers des collèges « tout numérique » en les équipant en conséquence et en supprimant les salles informatiques classiques ».

Pédagogie différenciée

Une petite visite des lieux en ce jour de rentrée confirme rapidement ses propos. Dans une salle spécialement équipée, le documentaliste Jean-Victor Marie accueille ainsi les 6e SEGPA avec une curieuse machine, une imprimante 3D, dont disposent désormais les 12 nouveaux collèges. Le but de cet enseignement : amener les élèves à créer un monstre en plastique pour ensuite lui porter l’estocade d’une manière toute symbolique. « Cela marche particulièrement bien avec des élèves qui rencontrent des difficulté de lecture ou d’écriture. Là, le fait de leur imaginer un monstre à partir d’une modélisation virtuelle, ça délie les langues et les plumes », explique Jean-Victor Marie. Sans qu’ils s’en aperçoivent, les élèves arriveront ensuite beaucoup plus facilement à décrire leur créature et à raconter sa disparition dans un conte qui formera au final un recueil avec les textes de leurs camarades.

Le temps de traverser la cour, de jeter un œil sur la nouvelle piscine en construction, de passer dans le CDI où se tient une table ronde sur le numérique, et Christophe Noullez développe un autre exemple. Durant les 2 ans de construction du nouveau collège, ce professeur de technologie a travaillé sur une modélisation du nouvel établissement grâce à un logiciel d’architecture. « Je me suis toujours demandé comment on édifiait un bâtiment tel que celui-ci. Du coup, en construisant une maquette du collège en 3D, on a pu se rendre compte des différentes étapes », explique Lala Diakité, une des participantes au projet, qui aimerait plus tard travailler « dans le design ».

Les enseignants aussi sont à l’unisson. S’ils attendent encore de compléter leur connaissances techniques par des formations, ils voient cet investissement multimédia d’un très bon œil. « C’est positif, incontestablement », affirme Antoine Darmon, professeur de français. « D’une part parce que certains élèves n’ont pas forcément accès à ce genre de technologie à la maison. Donc le fait qu’ils se familiarisent ici avec le monde qu’ils vont trouver en sortant du collège, c’est bien. D’autre part, nous aussi allons être amenés à renouveler nos pratiques, ce qui est synonyme de dynamisme ».
La prochaine étape du chantier : élargir ce pari exceptionnel à l’ensemble des 125 collèges du département, pour que la Seine-Saint-Denis puisse conserver son fameux temps d’avance.

Christophe Lehousse

- Ce qu’ils pensent de leur nouveau collège

Maï-Linh Nadal, professeure d’arts plastiques :

« Les deux dernières années ont été dures, à cause des travaux. Mais là je suis ravie : nous avons droit à un collège tout beau, tout propre, avec beaucoup de moyens. Avant, j’étais dans une toute petite salle, le point d’eau dont j’avais besoin était à l’extérieur. Maintenant j’ai une très grande salle, plusieurs postes d’ordinateurs et une bonne réserve pour entreposer les matériaux. Ca donne envie d’enseigner et de transmettre »

Christian Vabé, parent d’un élève de 5e :

« C’est une belle vitrine. J’aime bien ce secteur-là désormais. A l’époque, quand on arrivait à Clichy, ça donnait l’image d’une ville banale. Là, ça en jette. Ca donne une image positive, celle d’une école qui a toute sa place dans la ville. Aujourd’hui, je suis fier d’être Clichois. L’année dernière, on n’avait pas tout ça. C’est un renouveau. »

Moussa Touré, élève qui rentre en 3e :

« Par rapport à avant, il y a davantage d’espace et c’est plus joli. J’ai aussi pu visiter le chantier du collège parce que je faisais partie d’une classe « construction collège ». C’était intéressant : on a pu observer ce qu’était le gros œuvre et le second œuvre. Plus d’équipements numériques, c’est bien aussi : c’est plus facile d’apprendre avec un vidéoprojecteur et des tablettes. Je veux vraiment profiter de ma dernière année ici »


La rentrée au nouveau collège Louise-Michel en quelques tweets


à lire aussi

Des collèges 100% connectés !

Le collège numérique n’est plus un rêve futuriste, c’est une réalité en Seine-Saint-Denis. Grâce au plan exceptionnel d’investissement du Conseil général, 12 nouveaux collèges sont inaugurés lors de cette rentrée scolaire hors norme, qui consacre l’ambition numérique d’un département qui offre un temps d’avance à sa jeunesse.


Collège international à Noisy-le-Grand - Inauguration le 5 septembre

Projet particulier dans le paysage de ces 12 nouveaux collèges qui ouvriront à la rentrée 2014, ce collège va intégrer le cercle restreint des établissements publics dont les élèves ressortent a minima bilingues. Remportez son badge !