Évolia 93 : "Je veux rester chez moi"

Evolia 93, une plateforme départementale structure et soutient la filière de l’aide à domicile en Seine-Saint-Denis, se bat pour le maintien de l’aide à domicile des personnes âgées.

« Evolia 93 est un opérateur technique, présent sur le terrain, qui vient en appui à la politique sociale du Conseil général. Cette plateforme fédère les associations, entreprises et CCAS qui eux-mêmes exercent des services auprès des personnes âgées et handicapées », explique sa directrice Céline Blondeau.

Depuis sa création en 2008, Evolia porte un regard attentif sur les besoins qui émergent en Seine-Saint-Denis, afin d’accompagner au mieux le développement de secteurs en pleine expansion. Celui de la dépendance explose, avec en filigrane le soutien aux aidants à domicile et leur besoin accru de professionnalisation. « Car voilà l’enjeu de demain, insiste Céline Blondeau. De plus en plus, les personnes âgées l’expriment fortement : elles souhaitent rester chez elle, à domicile, le plus longtemps possible. »

Un lieu de ressources et d’échanges

Régulièrement, la plateforme basée à Pantin, propose donc des rencontres individuelles et collectives aux responsables d’associations. « Il est utile pour ces dirigeants de trouver un lieu ressources où ils puissent échanger sur leurs pratiques, participer à des groupes de travail sur des thématiques très précises. Nous organisons
également des formations en direction des responsables de secteur qui sont en prise
directe avec les personnes âgées et leurs familles. » Une démarche qualité indispensable pour le bien-être des personnes âgées et de leurs aidants.

Unique en France
Au fil du temps, une logique de partenariat s’est installée, avec la mise en place d’une borne de lecture mutualisée pour les chèques emploi service ADPA mis en place par le
Conseil général. « Trois millions de chèques correspondant à trois millions d’heures sont lus ici, explique la responsable de la plateforme. 14 structures départementales ont décidé d’acquérir ensemble cet outil plus efficace, plus rapide et plus sécurisé. Et c’est Evolia 93 qui pilote cette dynamique ! » Dispositif unique en France, il illustre la réelle coopération qui peut exister entre services d’une même filière.
www.evolia93.fr

En chiffres
92 c’est le nombre de structures que fédère Evolia 93 sur le territoire de la Seine-Saint-Denis.
2000 c’est le nombre des salariés intervenant dans le département, au sein de ces

« Bonjour Madame Addario ! »
Chaque semaine, Béatrice Aduayi , aide à domicile, se rend chez Madame Addario pendant deux heures, à Montreuil. Reportage.
JPEG - 81.6 ko

« Bonjour Madame Addario, comment allez-vous ? Que voulez-vous que je fasse aujourd’hui ? » Comme chaque jeudi, Béatrice Aduayi grimpe les trois étages à pied pour se rendre chez Suzanne Addario (80 ans). Au programme, passer l’aspirateur, faire la poussière, laver les sols. « Je connais bien la maison, alors cela va très vite.

La vaisselle, je ne m’en occupe pas ! C’est l’affaire de Madame Addario ! » Et si d’aventure, elle sent que celle-ci ne va pas très bien, un coup de fatigue ou un coup de blues, elle commence à « papoter », comme elle dit, dans un large sourire, histoire de la remotiver et lui remonter le moral. C’est aussi cela, la présence d’une aide à domicile chez une personne âgée.

Quant à Béatrice, – elle a commencé à travailler là, il y a un peu plus de deux ans à la sortie de l’hôpital de M. Addario – elle ne compte pas son temps. « Quand mon mari était encore là, se souvient la dame, Béatrice faisait trois heures par semaine. Cela me permettait de faire les courses, l’esprit tranquille. Quand, je rentrais, elle était encore là, alors que sa journée était terminée, pour que mon mari ne reste pas seul. »

L’aide d’Evolia 93

L’Assiad (Association pour les soins infirmiers à domicile), est une structure basée à Montreuil, qui propose de nombreux services : de l’aide à domicile, des services de soins, services aux personnes handicapées et personnes âgées, du jardinage, de la garde à domicile de jour, de nuit…

Béatrice a débuté dans ce métier en 1996 dans cette association, et depuis, ne l’a jamais quittée. « C’est ma fierté ! » dit-elle. Sa directrice, Amélie Cailliez, entretient d’excellentes relations avec Evolia 93, la plateforme départementale qui structure et soutient la filière de l’aide à domicile en Seine-Saint-Denis. « Grâce à l’existence de cette plateforme, je peux en tant que dirigeante, comme d’autres, participer à des réunions, à des formation et échanger avec mes collègues. Lorsqu’on a à faire face à un problème, un service juridique tout à fait compétent nous aide à trouver une réponse.

Jusqu’à la création d’Evolia, rajoute Amélie Cailliez, j’étais vraiment isolée et je devais me débrouiller toute seule. » Pour simplifier l’accès aux services d’aide à domicile, le Département a mis en place des chèques ADPA (Allocation départementale personnalisée d’autonomie). Chaque mois, Madame Addario reçoit un carnet de chèques représentant une heure du montant de la participation qui lui reste à charge. « Une fois par mois, je verse à l’association le nombre de chèques correspondant au nombre d’heures que Béatrice a effectué pour moi. Pour le complément, j’adresse un chèque bancaire à l’Assiad. »

JPEG - 88.5 ko

Amélie Cailliez, directrice de ASSIAD (Association pour les Soins Infirmiers à Domicile), utilisatrice de Evolia.

Déménager ?

Trois étages sans ascenseur, avec des marches hautes et étroites, cela représente à chaque fois, un effort pour cette personne âgée. Béatrice, elle-même en a en connu les affres lors d’une chute ! « Mes filles souhaitent que je déménage et que je me rapproche d’elles », confie Suzanne Addario. Mais on sent bien chez elle, le dilemme qui la partage. Toute sa vie est dans ce logement où avec son mari et ses filles, elle a vécu… Devra-t-elle le quitter, abandonner tous ses souvenirs et son voisinage pour repartir à zéro ailleurs, mais dans un nouveau logement exempt de danger et à proximité d’une de ses filles ?

Claude Bardavid

à lire aussi

Virginie Kahn

La journaliste Virginie Kahn a réalisé un court métrage commandé par le Conseil général sur le téléphone portable d’alerte pour les femmes en très grand danger. Rencontre.


Claude Ponti, l’histoiriculteur

Tromboline et Foulbazar Kastatroffe, Blaise et le Château d’Anne Hiversère… Dans ses albums, Claude Ponti cultive un monde poétique où les mots poussent selon son envie.


Numéro 41 - Novembre/Décembre 2014

40 pages d’information et un dossier "L’avenir se fabrique en solidaire".


Maguy Marin

Avec un spectacle mêlant théâtre, chant et danse, la chorégraphe Maguy Marin donne la parole aux Espagnols venus vivre ici, dans le quartier de "la petite Espagne". Interview.