print
 

Dix ans après : une soirée d’hommage et d’échanges

Lundi 26 octobre, le Département de la Seine-Saint-Denis organisait à la Dynamo de Banlieues Bleues à Pantin une soirée hommage à Zyed Benna et Bouna Traoré. Un moment d’émotion et d’échanges avec des acteurs de la vie associative, élus, artistes...

La soirée commençait par le témoignage de Siyakha Traoré sur la perte de son frère Bouna, les révoltes qui suivirent, les années à attendre qu’on rende justice aux deux adolescents et leur famille.

Leurs avocats, Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman évoquaient le 18 mai 2015, le jour où la relaxe des policiers a été prononcée. « On a alors pas jugé en droit mais au travers d’un prisme idéologique : on ne peut donner raison à une famille de banlieue contre la police. »

Un hommage a été rendu à l’engagement de Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois, récemment disparu.

Après une émouvante improvisation de la flûtiste Naïssam Jalal, Yussef Bouzidi président d’honneur AClefeu, rappelait la nécessité d’une démarche de co-construction avec les habitants.

Zorica Kovacevic, directrice de l’APCIS expliquait que son association à Stains privilégiait une approche globale. « Lorsque quelqu’un vient à notre porte, c’est qu’il a un ensemble de problèmes. On ne lui dit pas pour le logement, va là-bas, la santé ailleurs, le soutien scolaire de tes enfants plus loin encore... On écoute, on prend tout et on règle petit à petit. »

Charlène Guicheron a créé l’entreprise N-SENS. Lauréate 2014 du concours "Espoirs de l’économie en Seine-Saint-Denis" dans la catégorie "Jeune entrepreneur", elle raconte pourquoi et comment elle s’est installée à La Courneuve et quels sont les avantages à embaucher du personnel de Seine-Saint-Denis. Le rappeur Rost témoignait ensuite de son engagement au travers de son association Banlieues Actives.

Puis le groupe Yepa venu des Lilas prenait possession de la scène pour un set de quatre chansons énergisantes.

Le maire de Clichy-sous-Bois Olivier Klein posait ensuite la question : « Pourquoi une partie de la population en stigmatise-t-elle une autre ? Les caméras sont aujourd’hui braquées sur Clichy et on parlera encore d’émeutes, mais combien seront présentes dans quelques jours pour notre soirée de mise à l’honneur des jeunes diplômés ? »

Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis rappelait le rôle du Département dans le rattrapage des inégalités sur son territoire et son engagement aux côtés des villes et des associations qui agissent sur le terrain.

Enfin, le rappeur Kery James concluait la soirée, accompagné d’un percussionniste et d’un clavier : « Banlieusard et fier de l’être. »

Georges Makowski

à lire aussi

Mobiliser les acteurs du Département

Sans se substituer aux responsabilités de l’État, des entreprises et de la Région, l’action du Département pour l’emploi consiste principalement à mobiliser les acteurs et à créer les conditions de mise en œuvre d’initiatives et d’actions nouvelles autour d’un enjeu décisif : que le développement économique du territoire profite aux habitants.


Dix ans après novembre 2005 : Le Département réduit les inégalités

Depuis toujours, le Département de Seine-Saint-Denis s’investit pour tenter de réduire les inégalités dont souffre sa population. En agissant dans le cadre des missions qui lui sont confiées comme l’aide sociale, la construction et l’entretien des collèges mais également en s’impliquant pour l’éducation des jeunes, en facilitant l’accès à l’emploi, en participant à l’amélioration des transports.