print
 

Des collégiens passent en revue le Panorama des cinémas du Maghreb

Dans le cadre du "Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient", qui se terminait dimanche 11 mai 2014, des classes de trois collèges de Seine-Saint-Denis ont rencontré la réalisatrice Uda Benyamina, dont ils ont vu le film "Sur la route du paradis", vendredi au cinéma L’Ecran de Saint-Denis. Impressions.

JPEG - 38.2 ko

La lumière se rallume, les élèves sont encore sous le choc. "Sur la route du paradis", le film d’Uda Benyamina projeté ce vendredi au cinéma L’Ecran de Saint-Denis, est dur : il raconte le quotidien d’une mère maghrébine et de ses deux enfants, tous sans-papiers, obligés de se cacher dans un camp de Roms sous peine d’être renvoyés vers leur pays d’origine.

La réalisatrice, invitée par l’équipe du festival "Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient", dit "chercher avant tout l’émotion" : c’est réussi. Son moyen métrage donne à voir la solidarité entre gens de différentes origines, l’amour d’une mère pour ses enfants, l’aide de certains de leurs concitoyens, mais il montre aussi une face bien plus sombre : la misère sociale, l’ignorance creuset de la bêtise, l’indifférence enfin.

Une fois digérée la chute finale du film, les élèves provenant de trois collèges de Seine-Saint-Denis et habitués des salles obscures grâce au dispositif "Collège au cinéma" (voir encadré), se lancent.

"Est-ce que c’est autobiographique ?" "Qu’avez-vous voulu dire par cette fin ouverte ?" "Est-ce que c’est dur, le métier de réalisatrice ?" Uda Benyamina, enchantée, ne se fait pas prier pour répondre. Non, le film est basé sur un fait divers, mais il y a bien quelque chose d’elle dans cette petite fille, personnage central de l’oeuvre. Le propre des fins ouvertes, c’est que c’est au spectateur d’imaginer. Oui, être réalisatrice, c’est un métier compliqué, "assez complet" mais qui devient facile quand on a le feu sacré.

D’une manière générale, la jeune réalisatrice franco-marocaine de 32 ans insiste sur la passion comme moteur idéal pour réussir à l’école et dans la vie. Et n’hésite pas à évoquer son propre cas : "Je n’étais pas spécialement bonne à l’école. Jusqu’où jour où j’ai compris que j’avais moi aussi des choses à dire et que le cinéma était mon truc". De quoi donner des idées à Beyza, en 4e au collège Louise-Michel de Clichy-sous-Bois, qui se verrait bien elle aussi réaliser un jour son propre film.

L’oeuvre a aussi plu à Lagress, du collège Lucie-Aubrac de Villetaneuse.

En plus du moyen métrage d’Uda Benyamina, les trois classes invitées ont eu l’occasion de voir trois autres films lors de cette demi-journée dans les salles obscures organisée grâce à Cinémas 93 : "Peau de colle", fable espiègle de Kaouther Ben Hania sur une petite Tunisienne, "Pour ton bien" d’Ibtissem Guerda, leçon de vie distillée avec humour, et "Dancing in Jaffa" de Hilla Medalia.

Mais le festival "Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient" n’est évidemment pas réservé aux seuls scolaires. Sa 9e édition s’achève ce week-end avec une remise des prix qui se déroulera dimanche à 19h au cinéma L’Ecran. Si vous souhaitez découvrir des films marocains, libanais, syriens ou rencontrer Mohamed El Aboudi autour de son documentaire "Femmes Hors la loi", il n’est trop tard. Allez, yalla !

http://www.pcmmo.org/

Christophe Lehousse

JPEG - 44.1 ko
Le dispositif "Collège au cinéma"

Dispositif national, développé en Seine-Saint-Denis en 1999 à l’initiative du Département et coordonné par Cinémas93, "Collège au cinéma" propose chaque année quatre films différents sur une thématique bien précise. Cette fois, la sélection tourne autour du corps, les quatre oeuvres choisies étant : "Frankenstein", le documentaire "Dans les pas de Pina Bausch", "Le gamin au vélo" des frères Dardenne et "L’enfant sauvage" de Truffaut. "Ca leur plaît énormément et les rend eux-mêmes acteurs", explique Antoine Darmon, professeur de français au collège Louise-Michel, qui a également emmené sa classe au Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient.
Cette année, le collège Louise-Michel a même choisi d’aller plus loin puisqu’une classe de 4e tournera son propre film, intitulé "Paradise Circus". Il sera projeté à l’occasion d’une exposition sur le thème du corps au cinéma, qui se tiendra à la bibliothèque de Clichy-sous-Bois du 4 juin au 4 juillet.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405