Condom Zone, pour le plaisir et la sécurité

Tête à Tête a proposé un parcours interactif et ludique pour promouvoir le préservatif auprès des jeunes. Explications.

JPEG - 19.5 ko

Aujourd’hui, le préservatif reste le socle de la prévention des risques sexuels. À ce titre, il est au cœur de notre métier et des actions de sensibilisation auprès des jeunes publics. Bien que les données actuellement disponibles nous montrent que l’utilisation des préservatifs masculins, notamment, s’est banalisée et n’a cessé d’augmenter particulièrement lors des premières relations sexuelles. Son abandon rapide et les freins à son utilisation restent encore nombreux.

Les idées reçues ont la vie dure et les préservatifs ont encore « mauvaise presse ». Leur image, fortement liée aux infections sexuellement transmissibles (IST), dissuade nombre de couples de l’utiliser comme méthode contraceptive seule. Son nom d’ailleurs évoque souvent le Sida, les risques de l’amour, la défiance, la prudence… Bien loin de l’amour et du plaisir.

Pourtant, si les préservatifs masculins et féminins restent encore aujourd’hui les seuls outils de prévention des IST, ce sont aussi et avant tout des outils de prévention des grossesses non désirées. Ils font partie des méthodes de contraception disponibles sur le marché. Leur utilisation ne demande ni intervention médicale, ni contrôle biologique ou examen clinique. Ils assurent une bonne efficacité contraceptive, sans intervenir sur aucun des rouages physiologiques masculins ou féminins. Dans sa version masculine, le préservatif reste l’unique méthode réversible à la disposition des hommes. À ce titre, il permet, au sein du couple, le partage de la responsabilité contraceptive. Enfin, les préservatifs sont peu couteux, facilement accessibles pour la population générale et en particulier pour les jeunes.

Pour toutes ces raisons, il nous est apparu essentiel, en particulier à une époque où les campagnes sur le VIH-SIDA se font de moins en moins entendre, où les IST sont en recrudescences, où les grossesses non désirées sont encore nombreuses sur notre territoire, de redonner une actualité et une visibilité aux préservatifs. Et ainsi, non seulement de poursuivre la diffusion des messages d’information autour du préservatif comme modalité de protection contre les IST et les grossesses non désirées, mais également comme un objet de sensualité et de plaisirs pour une sexualité épanouie.

Un parcours interactif et ludique

En entrant, le visiteur découvre tout un univers dédié aux préservatifs. Couleurs, matières et illustrations attirent, tout d’abord, son regard vers une petite rétrospective historique. Avec « La petite histoire du préservatif », le visiteur apprend que le préservatif n’est pas une invention récente. En effet, cet objet existe depuis la nuit des temps. Il s’agit sans aucun doute de l’une des premières méthodes de contraception et de protection contre les IST utilisées par l’Homme. Dans l’antiquité, il pouvait prendre des formes rudimentaires. Sa fiabilité pouvait être douteuse. Mais aujourd’hui, les fabricants n’ont pas cessé de faire évoluer et diversifier leurs produits, pour que les préservatifs soient fiables et perçus comme un objet de plaisir. La présentation de la gamme de préservatifs est là pour en témoigner. Toujours plus innovants, les préservatifs sont passés à l’ère du 21ème siècle.

Intéressant de connaître la diversité des préservatifs, mais sait-on toujours bien les utiliser ? Avec l’atelier « La pose du préservatif », le visiteur a l’opportunité d’apprendre à utiliser correctement un préservatif à partir de deux supports pédagogiques « La boîte noire » et le « Puzzle ». En parallèle, il peut découvrir comment s’en procurer et le conserver dans de bonnes conditions.

L’atelier « La négociation » propose au visiteur de renforcer ses capacités à parler et/ou à négocier le préservatif dans une relation affective et sexuelle. À cette étape, il sera amené à travers des mises en situation et d’un jeu de cartes à s’interroger sur les différentes manières de proposer un préservatif et de le négocier dans une relation intime.

Après un oubli, une rupture de préservatif… Que faire ? À partir de mises en situation, l’atelier « La roue du risque » incite le visiteur à réfléchir aux risques liés à la vie sexuelle et leurs conséquences. Un roman-photo réalisé avec des jeunes de Seine-Saint-Denis permet également d’aborder les stratégies de réduction des risques. Le visiteur peut ainsi identifier les ressources et les structures qu’il est possible de solliciter lors de situations à risques.

Pour finir, le visiteur est invité à proposer son message positif sur le préservatif. Les plus créatifs seront affichés.

Condom Zone, pour le plaisir et la sécurité

- Quand : De novembre 2013 à mai 2014
-  : Espace Tête à Tête - Rosny2
- Tél. : 01 48 12 01 01
- Courriel : teteatete@cg93.fr

À LIRE AUSSI

Votre avis sur le revenu de base

13 Départements, dont la Seine-Saint-Denis, ont décidé de s’engager pour étudier la faisabilité du revenu de base. Ils souhaitent recueillir votre avis sur les contours de ce revenu de base.


Tableau de bord de la santé en Seine-Saint-Denis

Fruit de la collaboration entre le Département et l’Observatoire Régional de la Santé d’Île-de-France, ce tableau de bord permet de suivre l’évolution de la situation sanitaire et de ses déterminants en Seine-Saint-Denis.


Schéma en faveur des personnes handicapées

Le Conseil général a adopté le 3ème Schéma départemental en faveur des personnes handicapées


3e Schéma en faveur des personnes âgées

Ce Schéma témoigne d’une volonté d’améliorer continuellement la conditions de vie des séniors

0 | 5 | 10

À LA UNE
Dans  Tête à Tête

Le Tête à Tête reçoit le Prix de la prévention de la délinquance

L’Espace d’écoute situé à Rosny 2 a reçu le Prix Prévention de la Délinquance 2015. Une distinction qui récompense l’action du Département et de la Mission Métropolitaine de Prévention des Conduites à Risques.


Tête à Tête : voyage à travers les 1001 facettes de l’adolescence

Le Tête à Tête est un espace d’information, d’écoute et de prévention pour les 13/25 ans.