print
 

Collège international à Noisy-le-Grand - Inauguration le 5 septembre

Quatre sections internationales, un équipement tout numérique, une absence de notation : le collège international de Noisy-le-Grand, le 3e en Ile-de-France, le 11e en France, est novateur à plus d’un titre. Reportage, un jour avant son inauguration, vendredi 5 septembre.

 Des citoyens du monde formés à Noisy-le-Grand

JPEG - 59.4 ko

« Nihao ». Hélène, entrée en classe de 4e, nous souhaite la bienvenue en chinois. Il y a quelques jours, elle a eu son tout premier cours de mandarin, qu’elle a choisi en 2e langue vivante. « La prof est très gentille, on s’amuse bien, on a appris à compter jusqu’à 5 », s’enthousiasme la jeune fille. Comme quelque 200 autres élèves – pour l’instant, le collège ne compte que des 6e et des 4e mais dès l’année prochaine, l’effectif doublera avec des entrées à tous les niveaux – Hélène a donc fait sa rentrée dans le collège international de Noisy-le-Grand.

Devant le bâtiment flambant neuf situé dans le nouveau quartier des Bas-Heurts, les pelleteuses s’affairent encore, mais dedans tout est déjà opérationnel. Et puis, quoi de plus normal qu’un petit résidu de chantier pour un établissement de cette ambition : quatre sections internationales (arabe, portugais du Brésil, anglais américain et chinois donc), un nombre conséquent d’ateliers pédagogiques prévus en plus des heures de cours traditionnelles et des partenariats avec des établissements étrangers en perspective...

À cela s’ajoute un internat d’une capacité totale de 140 places, qui héberge déjà 60 élèves, venus d’Ile-de-France, de la métropole ou même d’ailleurs. « A terme, il doit aussi y avoir 25 correspondants étrangers pour que les élèves puissent échanger au jour le jour », explique Joël Guignolet, le principal de l’établissement.

« L’objectif idéal, c’est le bilinguisme de chaque élève », poursuit ce jeune principal, adossé à la grille du navire couleur crème et bois dont il a désormais pris la barre. « Mais l’important, c’est de faire en sorte qu’ils aillent le plus loin possible dans leurs capacités et de les ouvrir à d’autres cultures ».

Très concrètement, en plus du programme commun à tous les collèges de France, un 6e de Noisy-le-Grand suivra donc un enseignement spécifique, délivré dans la langue de sa section internationale, de l’histoire-géo en arabe, portugais ou anglais, ou des mathématiques s’il a choisi le chinois. Des heures d’initiation aux trois autres langues sont également prévues, dans l’optique du choix de la LV2 dès la 5e. Aucun doute : avec une telle préparation, les élèves seront prêts à pousser la porte du futur lycée international qui se dressera dans deux ans à une centaine de mètres d’ici.

JPEG - 62.8 ko

Tout un programme donc, qui demande beaucoup d’investissement et de motivation aux 26 professeurs que compte le collège. Certains postes ont notamment été profilés, pour trouver des enseignants à même de dispenser des cours d’histoire dans les quatre langues cibles. C’est le cas d’Alexandre Ktenas, professeur d’histoire-géo qui donnera une partie de ses cours dans la langue de Steinbeck.

« Donner ces cours demande pas mal d’organisation entre les enseignants des différentes sections, témoigne ce professeur ultra-motivé qui enseignait auparavant à Aulnay-sous-Bois. L’idée dans ces cours, c’est d’éviter le français pour amener l’élève à penser en anglais, en portugais etc. Mais pour cela, il faut déjà avoir abordé certaines notions sur les heures d’histoire-géo en version française. Parce qu’un élève ne peut évidemment pas comprendre une notion dans une langue étrangère s’il ne l’a pas vue dans la sienne ».

Voilà pourquoi le collège de Noisy se revendique non seulement international, mais aussi expérimental. Le carillon électronique qui retentit dans les couloirs vient justement rappeler un des aspects expérimentaux des lieux : les cours ne durent que 45 minutes au lieu de l’heure habituelle... « C’est pour dégager du temps pour les ateliers de sport, d’art ou autres qui doivent avoir lieu l’après-midi », explique Aude Chevallier, professeure d’arts plastiques, qui songe justement à monter un atelier autour de la photo.

Autre caractéristique peu habituelle : l’absence de notation. Au lieu des traditionnelles notes, les élèves recevront des grilles d’évaluation, qui passeront en revue leurs compétences. « C’est une des choses qui m’ont amené à postuler ici, avec le fait que l’enseignement soit conçu autour du numérique », insiste Christophe Gérard, prof de maths. Dans sa carrière, un enseignant passe son temps à faire la moyenne de choses qui n’ont aucun rapport entre elles et par ailleurs, je pense que la notation bloque un élève. »

45 minutes, ça passe vite, la cloche retentit de nouveau. Juste le temps de passer par la cour, conçue en espaliers, pour y voir les élèves jouer et échanger leurs premières impressions. « Adeus », nous dit Celia, avant que l’on passe la porte.

Christophe Lehousse

 Ce qu’ils pensent de leur nouveau collège

Sabrina, qui entre en 4e, section arabe :

Faïm, qui entre en 6e, section arabe :

Celia, qui entre en 4e, avec américain en LV1, portugais en LV2 :

JPEG - 59.8 ko

 Fiche d’identité

Le nouveau collège international à Noisy-le-Grand aura une capacité de 400 élèves, pourra servir autant de repas et intégrera un internat qui, à terme, accueillera 140 collégiens.
Il disposera de 17 salles de cours, dont 6 entièrement informatisées, 3 spécifiques pour les sciences, 1 pour l’art plastique et 1 pour la musique.
Il sera doté d’1 vidéoprojecteur interactif dans chaque salle, d’1 imprimante 3D en technologie, d’1 vidéoprojecteur 3D dans la salle polyvalente.
Il possédera également 160 tablettes numériques, 2 écrans à affichage dynamique et 180 claviers chinois mandarin, arabe littéraire et portugais.
Les travaux ont une valeur de 25,70 M€ TTC, sur une surface de terrain de 9 925 m2.

 Le + du collège

Premier du département et deuxième de la région, le collège international offrira à ses élèves des conditions d’étude exceptionnelles, un apprentissage renforcé de l’anglais, l’arabe, le chinois ou le portugais, ainsi qu’un projet pédagogique intégrant la découverte d’autres cultures et des voyages à l’étranger.