print
 

Le collège Pierre-Curie a été inauguré le 12 septembre à Bondy

Le nouveau collège Pierre-Curie n’a plus rien de semblable, hormis le nom, avec le bâtiment d’autrefois. L’ancien collège était composé de bâtiments disparates dont l’un daté des années 60.

JPEG - 59.1 ko

 Pierre-Curie rayonne à nouveau

« J’aime tout dans ce collège ! » Sylvie Laroche, cheffe d’établissement est enthousiaste. Il faut dire qu’en quatre ans à Pierre-Curie, elle a connu un établissement vétuste, un premier déménagement dans un collège provisoire, deux années difficiles dans des locaux plutôt « justes », un deuxième déménagement et enfin une rentrée « mise en route » dans des locaux tout neufs. Premier constat, le calme. « Les enfants se croisent sans problèmes, il n’y a pas de chahut. Même la cour est calme ! D’ordinaire à la rentrée nous avons souvent des petits conflits hérités du primaire. Cette année, nous n’en avons eu qu’un seul. » Les locaux y sont pour beaucoup. Larges espaces de circulation, fonctionnalité, facilité à s’orienter… « J’aime beaucoup la salle des profs, reprend Sylvie Laroche. L’an dernier ils ne disposaient que de 15m2 et ne pouvaient pas s’y asseoir. La tension y était palpable, comme dans tout le collège. Désormais, la salle est suffisamment vaste pour y tenir des réunions et les professeurs disposent aussi d’une salle de détente et de deux pièces de travail. »

En entrant dans l’infirmerie, on est immédiatement accueilli par le sourire chaleureux de Sylvie Vatin. « J’aime beaucoup mon espace, d’ailleurs j’adore dire cela : mon espace ! » dit-elle en riant. Avec un bureau, une salle de repos et une salle de soins avec guichet vitré pour toujours garder un œil sur ses jeunes patients, plus le bureau médical, elle peut effectivement parler d’espace. L’infirmière connaît tous les élèves, même les sixièmes puisqu’elle travaille également en primaire. Souvent elle les rassure « Dès la rentrée, certains sont venus avec des maux de ventre. Un peu de stress, c’est normal… » dit-elle apaisante.

Karine Martinière, la conseillère principale d’éducation est presque aussi nouvelle que le collège. Elle entame sa deuxième rentrée après une première année dans un lycée de Chelles. « Nouveaux locaux, nouvelle équipe, c’est très stressant mais aussi très excitant ! » Son bureau est stratégiquement placé, en rez-de-chaussée et entièrement vitré. « Je vois aussi bien la cour, la salle d’étude multimédia, le bureau des surveillants que le foyer des élèves, tout comme ils peuvent aussi me voir. Car c’est aussi mon rôle d’être vue. »

Dans son centre de documentation et d’information, Sébastien Baillères est moins enthousiaste. Certes les locaux sont agréables, mais de nombreux couacs témoignent d’un établissement tout neuf construit en mois d’un an et demi, encore à rôder. Tout comme les professeurs d’EPS qui attendent encore les dernières finitions pour profiter enfin du superbe gymnase de 1500m2 avec mur d’escalade. Encore un peu de patience, Pierre-Curie atteindra bientôt son plein rayonnement.

Georges Makowski

JPEG - 59.4 ko

 Fiche d’identité

Reconstruit, le collège Pierre-Curie de Bondy aura une capacité de 600 élèves et pourra servir, grâce à sa cuisine centrale, 400 repas par jour. Une Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis), pour les élèves ayant des troubles cognitifs, y sera également accueillie. Il disposera de 20 salles d’enseignement général, informatisées à raison d’un poste pour 2 élèves, auxquelles s’ajouteront 4 salles spécifiques 1 pour les sciences, 1 pour l’art plastique et 1 pour la musique. Il sera doté d’1 vidéoprojecteur interactif dans chaque salle, d’1 imprimante 3D dans les deux salles de technologie, d’1 vidéoprojecteur 3D dans la salle polyvalente. Il possédera également 203 tablettes numériques ainsi que 2 écrans à affichage dynamique.
Les travaux ont une valeur de 30,96 M€ TTC, sur une surface de terrain de 18 349 m2.

 Le + du collège

Plus encore que les autres collèges, Pierre-Curie disposera d’un équipement sportif majeur, implanté en lieu et place des équipements actuels, avec un gymnase de 1 500 m2 et un plateau sportif extérieur de 2200 m2, proposant un anneau de pistes de course, une aire de saut et différents tracés de terrain multisports.

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400