print
 

Clap de fin pour Cap Brésil 2014

Des images plein la tête. Jeudi 4 juin 2015, les 16 chanceux du collège Nelson-Mandela du Blanc-Mesnil qui avaient eu l’opportunité de partir à Rio pendant la Coupe du monde de football ont présenté un film qui vient clore trois ans de travaux autour d’un beau projet pédagogique. Leur équipée brésilienne avait été soutenue par le Conseil départemental.

Comment résumer trois ans de travaux, d’efforts, de plaisir autour d’un projet pédagogique en 35 minutes top chrono ? Comment tout dire en si peu de temps ? C’est le défi auquel se sont confrontés 16 élèves du collège Nelson-Mandela du Blanc-Mesnil lorsqu’il s’est agi de faire un film à partir de l’expérience qu’ils avaient vécue. Et quelle expérience : une semaine au pays du football en pleine Copa do Mundo !

L’été dernier, du 23 juin au 1er juillet, Clovis, Gabrielle ou encore Salamata - à l’époque en 4e - étaient en effet partis à Rio de Janeiro pour y faire un reportage sur la perception de l’événement par les différentes nations. Accessoirement, ils s’étaient aussi offert un petit moment de plaisir, avec France-Equateur au Maracana ! Mais ce temps fort ne marquait que l’aboutissement de trois longues et belles années de travail, orchestrées par une équipe de professeurs ultra-motivés.

Dans la salle obscure du cinéma Louis-Daquin du Blanc-Mesnil, jeudi 4 juin, les coeurs ont donc battu plus fort - au moins aussi fort qu’une batucada brésilienne - au moment de la présentation de leur film, intitulé « Du Blanc-Mesnil à Rio. Un autre football au collège Nelson-Mandela ».

Mission réussie à 100 % pour ces collégiens. Si le réalisateur Abdel Ryan Houari a donné un coup de pouce au montage, tout le reste provient de l’inspiration de nos documentaristes en herbe.
Réalisé sur le mode flash-back et émaillé de petites saynètes qui rejouent les différentes étapes du projet, l’oeuvre donne un bon aperçu de toutes les dimensions de cette initiative pédagogique. Découverte du journalisme donc, avec quelques formations données au préalable par des journalistes de L’Equipe, mais aussi lutte contre le décrochage scolaire via le sport. Sur les 16 élèves partis au Brésil, une partie fait en effet partie de l’option foot nouée avec le club voisin du Blanc-Mesnil Sport Football (BMSF). « Et puis, ce projet comportait aussi une sensibilisation à la thématique de l’égalité hommes-femmes avec plusieurs reportages effectués sur le sujet », explique Loïc Szerdahelyi, professeur de sport à l’origine de ce rêve devenu réalité.

JPEG - 68.6 ko

A l’heure du bilan, il était difficile pour certains de retenir leur émotion. « C’était génial, magique... Je m’en souviendrai toute ma vie », affirme Amira qui estime que cette expérience lui a aussi donné plus de confiance pour réaliser son projet professionnel : devenir puéricultrice. Laurie, elle, insiste sur l’aspect fédérateur de l’aventure : « ça nous a tous rapprochés, y compris avec les Brésiliens que nous avons rencontrés et dont j’ai gardé certains contacts ».

Au cours de leur séjour carioca, les 16 élèves – 8 filles, 8 garçons - avaient en effet rencontré de jeunes correspondants d’un établissement de Rio, le collège Pedro-Secundo, qui leur avaient par la suite rendu la pareille en venant les voir au Blanc-Mesnil.

Côté vocations aussi, cette aventure aura provoqué des prises de conscience ou des semi-révélations. Après s’être elle-même essayée au maniement de la caméra et avoir participé à la rédaction d’une gazette, Fatoumata est ainsi tentée par une carrière dans le journalisme, même si elle hésite encore. Yahaya, quant à lui, marche peut-être dans les pas de ses glorieux aînés qu’il a vus au Maracana puisque le jeune homme de 15 ans vient d’être repéré par l’Inter Milan. La saison prochaine, il partira donc en Italie pour tenter de devenir footballeur professionnel. « En plus de me faire rêver, le Brésil, ça m’a aussi donné de la confiance en moi, personnellement et sur le terrain. C’est sûr, ce voyage m’a fait grandir », témoigne celui qui évoluait jusque là comme défenseur central au BMSF.

JPEG - 55.8 ko

Dans les discours des adultes, c’étaient aussi la fierté et parfois même l’incrédulité qui revenaient. « Ce projet, c’est une merveilleuse illustration du fait que même en REP (Réseau d’éducation prioritaire), on peut réaliser de grandes choses », se félicitait le principal Xavier Houdot qui disait parfois devoir encore se pincer pour s’apercevoir que ce pari avait été mené à terme. Qu’il se ressaisisse vite, car Loïc Szerdahelyi et ses collègues ont déjà une autre idée derrière la tête. « L’Euro de football 2016 pourrait être propice pour un projet similaire, toujours autour du sport et du journalisme », réfléchissait à haute voix ce professeur de sport monté sur ressorts entre deux accolades avec ses élèves. Comme tous les films à succès, « Cap Brésil 2014 » pourrait donc avoir une suite...

Christophe Lehousse

En savoir plus :
La page Facebook du projet : https://www.facebook.com/pages/Cap-Br%C3%A9sil-2014/1394171967487483

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 405