print
 

Carton plein pour l’Intégrathlon

Du 14 au 18 mai 2014, la 5e édition de l’Intégrathlon, manifestation sportive réunissant handicapés et valides et soutenue par le Conseil général, a une nouvelle fois accueilli un public nourri et ravi par les nombreux ateliers proposés.

Cette grande manifestation sportive, soutenue par le Département, s’adresse à la fois aux scolaires et au grand public et rencontre d’année en année, un succès grandissant.

JPEG - 58.7 ko

Un long et beau dimanche d’Intégrathlon

Antoine est aux anges : il vient de triompher d’un mur de 6 mètres de haut, situé dans le parc du Château Bleu à Tremblay-en-France. « C’est excellent, jubile-t-il. Il faut aller chercher les prises, ne pas se brûler, parce que le mur a chauffé au soleil, mais c’est génial ».
Avec son ami Guillaume, Antoine avait eu l’occasion de pratiquer le basket au sein de l’ASLTL d’Aulnay-sous-Bois (Association de Sports et Loisirs Toulouse Lautrec), mais jamais encore l’escalade, dont la pratique tarde à s’ouvrir aux handicapés. C’est désormais chose faite grâce à l’Intégrathlon.

Cette 5e édition, organisée par cinq villes (Aulnay-sous-Bois, Villepinte, Sevran, Le Blanc-Mesnil et Tremblay-en-France) et soutenue par le Conseil général à hauteur de 12 000 euros, a une fois de plus rempli sa mission : réunir handicapés et valides autour du sport pour des moments de plaisir et d’échange.

Sur le même site d’escalade, Léa a par exemple eu l’occasion d’être mise en situation de handicap et de grimper en aveugle, avec un masque opaque sur les yeux. « C’était difficile, parce que je ne savais absolument pas où étaient les prises. Il faut donc écouter attentivement les indications de la personne restée en bas qui, en plus de vous assurer, vous guide », explique cette jeune collégienne de Provins.

JPEG - 78.9 ko

Un peu plus loin, Chantal, en fauteuil roulant, s’essaye elle à la sarbacane. Après quelques tentatives, sa flèche trouve la cible placée à quelques mètres d’elle. « C’est la première fois que je viens à l’Intégrathlon et je trouve que c’est une très belle initiative. Tellement belle qu’il faudrait encore plus de public », estime cette femme venue de Seine-et-Marne avec son mari.
Samedi, Chantal a aussi pu découvrir le tir à l’arc grâce à un appareil spécialement conçu pour les personnes en fauteuil et imaginé par Dominique Lavine, un chercheur basé à Nancy. « L’arc, fixé sur un support, est bandé grâce à une ficelle mais c’est bien le tireur qui détermine l’orientation latérale et en hauteur », détaille Jean-Jacques, le mari de Chantal. Et de conclure : « Cette manifestation est vraiment bien, ce sont des moments de partage uniques. Il faudrait davantage la faire connaître. »

Sur tous les autres stands installés dans le parc du Château bleu – tir au pistolet laser, randonnée, baseball, équitation, pêche, BMX – on rencontre partout les mêmes scènes : sourires, conseils et moments de joie.

Le SAS (secteur d’adaptation spécialisé) de Villepinte est par exemple venu avec 24 personnes : à peine le temps de souffler après l’escalade et Hicham, Julien, Amina, Caroline et les autres enchaînent déjà avec un tour du parc en calèche.
Jocelyne Biewesch, professeur d’EPS de la structure et engagée dans la manifestation dès la première édition en 2010, explique toute l’importance de l’Intégrathlon : « Il y a encore très peu de personnes handicapées qui sont intégrées dans les pratiques culturelles et sportives. Des journées comme celles-ci permettent donc de sensibiliser personnes et clubs ».
Cette intervenante insiste notamment sur la "pratique partagée", qui consiste à faire participer des handicapés et des valides à la même compétition sportive. Si les pratiques du sport adapté (à destination des handicapés mentaux) et du handisport (handicap physique) sont déjà répandues, la pratique partagée souffre en effet encore d’une certaine méconnaissance.

La cérémonie de clôture de l’Intégrathlon, organisée dimanche soir au gymnase Cosec de Villepinte, donne une bonne idée de cette pratique partagée : née de la collaboration de la compagnie de danse « Free jazz » et d’un groupe de 6 personnes handicapées du SAS de Villepinte, ce spectacle, intitulé « Accroche-coeur », est une création remarquable.
« Scénographies, musiques, costumes : les danseurs ont tout choisi de A à Z », explique Pascale Tobio-Hautesserre, la chorégraphe de « Free-jazz », rappelant que le processus de création a duré au total deux ans. « Au début, ce n’était pas forcément simple : il fallait mettre à l’aise les personnes handicapées avec qui nous allions danser parce que certaines refusaient le contact physique », se remémore Alexandra, l’une des danseuses de Free jazz. A l’arrivée, c’est un spectacle riche en émotions, à l’image de cet Intégrathlon qui peut une nouvelle fois s’enorgueillir d’un succès incontestable.

Christophe Lehousse

Savoir plus sur L’Intégrathlon

N.B : la Compagnie Free jazz et le SAS de Villepinte présenteront une nouvelle fois leur spectacle "Accroche-coeur" le 31 mai à 20 heures à l’Espace V de Villepinte.

à lire aussi