print
 

Auber 93 a le moral pour sa 23e saison

Dans le sillage d’une saison 2015 marquée par un titre de champion de France, l’équipe cycliste HP-BTP Auber 93 a présenté mardi 26 janvier les contours de sa 23e saison au niveau pro. Au menu, l’arrivée d’un nouveau sponsor, celle d’une recrue phare et toujours cette volonté de former les jeunes talents…

JPEG - 57.8 ko

Un invité de marque attendait mardi les spectateurs venus assister à la présentation de la saison 2016 du club d’Auber 93 : non pas Steven Tronet, parti pour l’équipe de division 2 Fortuneo Vital Concept, mais son maillot de champion de France, enlevé l’année dernière de fort belle manière avec ses coéquipiers d’Auber sur le circuit de Chantonnay. « Merci les P’tits Gars d’Auber pour votre confiance » pouvait-on y lire de la main du champion.

L’année 2015 démontre tout le talent d’une équipe comme Auber 93. A l’époque plongée en pleine incertitude financière par le départ de son sponsor historique BigMat, elle parvenait tout de même à briller sur les routes en remportant un titre national – le 2e de son histoire après celui de Christophe Capelle en 2000 - et une belle 2e place par équipes au classement de la Coupe de France.

Si déjà dans ces conditions, les Bleu et Blanc étaient capables de s’illustrer, ils le seront sans doute d’autant plus avec l’apport conséquent d’un nouveau sponsor… HP BTP, entreprise de travaux publics basée à Villeneuve-le-Roi et Asnières, s’est en effet engagée avec le club d’Aubervilliers, apportant entre 250 000 et 500 000 euros sur les deux prochaines saisons.

« M’engager aux côtés d’Auber 93 me semblait naturel, déclarait ainsi mardi soir Olivier Pouvesle, le PDG d’HP BTP. Ce département me tient énormément à coeur : j’y suis né (à Livry-Gargan), une bonne partie de nos salariés sont d’ailleurs issus de Seine-Saint-Denis. J’ai envie de voir évoluer ce territoire et le sport peut à cet effet être un excellent levier. » L’entreprise, spécialisée dans le génie civil hydraulique, est également partenaire du club de waterpolo de Noisy-le-Sec (D1) et du club de foot du Blanc Mesnil (DH).

L’arrivée de ce nouveau sponsor ainsi que le soutien prolongé du département et de la ville ont donc permis de pérenniser l’âme du club, à savoir la pratique du vélo pour tous et la formation des jeunes talents. Chez les pros, l’apport d’HP BTP aura aussi facilité la signature de Romain Feillu, 21 victoires pro au compteur et ancien maillot jaune du Tour de France 2008. Le sprinter-puncheur remplace le capitaine de route Steven Tronet.
Pour le reste, l’équipe demeure inchangée : les puncheurs Jakin et Levarlet, les jeunes Maldonado et Dassonville pour mettre de la folie dans les sprints, les grimpeurs Gouault et Vimpère quand la route s’élève… « On est là et bien là », comme le disait Stéphane Javalet, le manager d’Auber.

JPEG - 29.6 ko

Celui qui est à la tête de l’équipe pro depuis 23 ans fixait le cap : « la Coupe de France sera notre fil rouge parce que ce sont les courses les plus médiatisées. Et c’est aussi un excellent moyen de se comparer aux grosses équipes. » La Classic de Loire-Atlantique, la Route Adélie (remportée l’année dernière par Romain Feillu), les Boucles de l’Aulne (enlevées par Alo Jakin) entre autres sont donc marquées d’une croix rouge sur le calendrier.

Impatient de repartir sillonner les routes pour 90 jours de course, le manager se prenait même à rêver à voix haute : « On a les moyens de retrouver un jour le Tour de France. D’ici trois ans, ce serait bien qu’on soit de retour », expliquait celui qui a connu le triomphe de Cyril Saugrain au lac de la Madine en 1996 ou les folles chevauchées de Thierry Bourguignon.

Effet Auber 93 : après la soirée, présentée par un Daniel Mangeas très inspiré, la soirée continuait. Sur la scène de l’Embarcadère, des juniors dialoguaient avec les féminines, et les pros signaient des autographes à tous ceux qui le désiraient. « Auber 93, c’est le seul club en France à partir des écoles de cyclisme jusqu’aux pro en passant par les filles », témoignait ainsi Alna Burato, récente championne d’Europe en cyclo-cross masters et qui s’apprête à vivre sa 4e saison au club. Pour sa 23e saison sur les routes, l’esprit des P’tits Gars et Filles d’Auber n’est pas près de faiblir.

Christophe Lehousse


Trois questions à Romain Feillu, nouvelle recrue de HP BTP- Auber 93

JPEG - 9.2 ko

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet d’Auber 93 ?

« C’est une équipe dont je savais déjà qu’il y régnait une très bonne ambiance et où j’ai l’opportunité de rebondir après une saison en demi-teinte. L’année dernière (chez Bretagne-Séché) j’avais un peu perdu la foi avec pas mal de déceptions, et là, je repars comme un tout jeune. Je pense que je peux apporter à l’équipe une partie de mon expérience de sprinter et aussi de la joie, même si ce n’est déjà pas ce qui manque ! »

Quels vont être les temps forts de votre saison sur un plan personnel ?

« Le fil conducteur va être la Coupe de France, pas de doute là-dessus. La saison passée, l’équipe termine 2e, pas très loin de Bretagne-Séché qui l’a finalement remportée, donc nous avons plus que de bonnes chances. Pour ma part, j’attaque la saison avec l’Etoile de Bessèges (le 3 février). Après, il y a bien sûr le Championnat de France (à Vesoul, en Haute-Saône), mais c’est un peu aléatoire de placer toutes ses billes sur une seule course. Si ça doit nous sourire comme l’année dernière avec Steven Tronet, ça nous sourira... »

Vous avez participé au Tour, vous en avez même porté le maillot jaune en 2008. Pensez-vous qu’Auber puisse à terme retrouver la Grande Boucle ?

« Le paysage du cyclisme français traverse un peu une crise, avec des budgets qui sont revus à la baisse. Nous, les équipes françaises, avons la chance qu’on puisse déjà accéder au Tour en 2e division. Donc oui, pour moi, ce n’est pas du tout de l’ordre de l’impossible. Il faut continuer dans la dynamique qui est la nôtre. C’est le moment ou jamais… »

Propos recueillis par CL

Les 11 pros de HP BTP Auber 93 pour la saison 2016 : César Bihel ; Flavien Dassonville ; Romain Feillu ; Pierre Gouault ; Julien Guay ; Alo Jakin ; Guillaume Levarlet ; Anthony Maldonado ; David Menut ; Maxime Renault ; Théo Vimpère

à lire aussi

Le monde sportif de Seine-Saint-Denis dessine ses Jeux

Jeudi 23 juin, le monde sportif de Seine-Saint-Denis a fait part de ses propositions pour animer le projet olympique Paris Seine-Saint-Denis 2024. Cette concertation s’inscrit dans une série d’ateliers conduits auprès de différents publics dans le département.


Journée olympique à Marville et signature d’une convention entre Paris et la Seine-Saint-Denis

600 jeunes étaient réunis au Parc Marville à La Courneuve pour la Journée olympique jeudi 23 juin. L’occasion pour la Seine-Saint-Denis et Paris de signer une convention pour participer pleinement aux transformations et au développement de leurs territoires à l’occasion des J.O de Paris 2024.


Jimmy Vicaut, la vie à cent à l’heure

L’athlète du CA Montreuil dispute ce week-end les Championnats de France à Angers, sur 100 et 200m. Quelques semaines après avoir égalé son record d’Europe dans son jardin du stade Delbert et alors que s’annoncent des Jeux de Rio qu’il a cochés sur son agenda, Jimmy Vicaut se livre. Interview.


Odyssée Jeunes 2016, des souvenirs plein la tête !

Grande nouveauté pour cette 7ème cérémonie de clôture à l’Académie Fratellini à Saint-Denis : un concours d’éloquence entre élèves est venu remplacer le traditionnel Carnet de voyage. Chaque classe a ainsi défendu ses couleurs par équipe à travers une performance orale originale et pleine d’humour.


Mathilde Johansson, parcours de haute volée

A 31 ans, après 12 ans de carrière au plus haut niveau et 11 participations à Roland-Garros, Mathilde Johansson, licenciée au Montfermeil Tennis 93, a raccroché la raquette. Retour sur une trajectoire de championne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 400