print
 

Artisans d’art : la Seine-Saint-Denis en regorge !

De la bijoutière à l’ébéniste, de la dentellière au campaniste, la Seine-Saint-Denis regorge de talentueux artisans d’art, qui, pour certains, exercent même un métier devenu rare. Une véritable richesse pour la culture comme pour l’économie de notre département ! Un dossier réalisé par Stéphanie Coye.

PNG - 4.4 ko

Quand on pense à l’économie de la Seine-Saint-Denis, ce n’est pas le secteur qui vient à l’idée en premier, ni même en second. Et pourtant, en raison de leur nombre, de leur dynamisme, de leur créativité et de leur capacité d’innovation, les métiers d’art méritent d’être davantage connus et reconnus. Et d’autant plus que le rayonnement de certains dépasse largement nos frontières départementales.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les références de quelques entreprises, comme par exemple celles de la maison Charles, un bronzier d’art de Saint-Denis très réputé dans le monde des luminaires, ou des Ateliers de tapisserie Philippe Coudray à Pantin, dont les créations habillent les meubles des plus grands hôtels et restaurants, de l’Assemblée nationale ou du Sénat.

Et la jeune génération n’est pas en reste, à l’image de Mylinh Nguyen, tourneur sur métal à Montreuil et lauréate l’an dernier du Prix Liliane Bettencourt, dix ans après Anne-Lise Courchay, parchemin designer dans la même ville.

Un dynamisme porté par les politiques publiques

« Le secteur des métiers d’art a toujours été important en Seine-Saint-Denis, indique Jean-Claude Dauthel, chef du service Études et Prospectives à la Chambre de métiers et de l’artisanat. C’est notamment dû à la hausse des loyers sur Paris. Or, pour les métiers d’arts, il faut de la place... » « Nous avons aussi une Chambre de métiers et de l’artisanat dynamique et une politique publique de soutien, que ce soit celle de Plaine commune ou d’Est ensemble », complète Mathilde Christnacht, présidente du réseau d’artisans d’art Artefact.

Depuis de nombreuses années en effet, les deux communautés d’agglomération mènent une politique favorable à l’implantation, au développement et à la constitution en réseau des métiers d’art (lire à ce sujet « Est Ensemble, un territoire pionnier » et « plus innovants qu’à Paris ! »). « Elles souhaitent en faire une filière prioritaire, explique Thierry Cornu, chargé d’actions au service de la promotion du territoire du Conseil général. Et nous essayons de suivre... On sent qu’il se passe quelque chose. Les efforts commencent à payer, se concrétisant par exemple avec l’arrivée de grosses pointures comme les Compagnons du devoir, qui vont s’installer à Pantin en 2015 ».

Un enjeu économique stratégique

En matière d’emploi, le secteur ne constitue pas un vivier important, mais comme le précise Thierry Cornu, « l’impact n’est pas forcément quantitatif, mais qualitatif. Ce sont des métiers hautement qualifiés et le secteur connaît une certaine stabilité de l’emploi. Ces structures résistent assez bien à la crise et les patrons ont une certaine réticence à se séparer de leur personnel. »

Comme le soulignait un rapport sénatorial en 2009*, les métiers d’art constituent par ailleurs « un enjeu économique et commercial stratégique dans la mesure où la réputation acquise dans ces domaines constitue en quelque sorte la quintessence du luxe français », participant ainsi à l’image de la France, « pays de culture, d’excellence et de tradition » et « contribuant au développement du tourisme ». Et ce qui vaut pour la France vaut pour la Seine-Saint-Denis.

Selon Jean-Claude Dauthel en effet, le dynamisme des métiers d’art est très valorisant pour notre département. « Pantin et sa Biennale génère de plus en plus de renommée, affirme-t-il. Ce sont des gens portés vers la création. Tout l’inverse de l’image qu’a malheureusement parfois la Seine-Saint-Denis. Nous avons beaucoup d’atouts à valoriser autour de cela ».

Stéphanie Coye

* Rapport de Madame Catherine DUMAS, Sénatrice de Paris, « Les métiers d’art, d’excellence et du luxe et les savoir-faire traditionnels : L’avenir entre nos mains », septembre 2009.

Définition
Selon la loi du 18 juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, relèvent des métiers d’art les personnes « qui exercent, à titre principal ou secondaire, une activité indépendante de production, de création, de transformation ou de reconstitution, de réparation et de restauration du patrimoine, caractérisée par la maîtrise de gestes et de techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique ».
Un site pour valoriser les métiers d’art du département
Pour mieux faire connaître au public la richesse, la diversité et la créativité des métiers d’art, la Chambre de métiers et de l’artisanat et le Conseil général mettent en place un site internet qui recense les artisans, leur offrant ainsi une vitrine. « À terme, précise Thierry Cornu, l’idée est de l’enrichir avec le profil de chaque artisan, son expérience, ses références, ses productions à l’export... et d’y recenser tout ce qui se passe sur le département ». Un outil à surveiller au long cours donc !
www.metiersdart93.fr/

Du 10 au 12 octobre 2014, participez à troisième Biennale Déco et création d’art d’Est Ensemble

Exemple de métiers d’art avec les artisans de la structure Ici Montreuil

à lire aussi

Découvrir, se former, se lancer

Les métiers d’art vous intéressent ? La Seine-Saint-Denis vous offre une multitude de possibilités pour les découvrir, vous former et vous lancer, en amateur comme en professionnel. Suivez le guide !


Cécile Chareyron : Des mains dans la lumière

À Saint-Ouen, Cécile Chareyron sculpte et moule de délicats objets décoratifs. Avec une créativité et une poésie qui attirent désormais sur cette jeune artisane les projecteurs des médias. Portrait.


Marbrier, un « métier passion »

À Aubervilliers, la Société française de marbrerie Cochois conserve précieusement les gestes et savoir-faire traditionnels de taille et façonnage de la pierre. Ce qui lui vaut aujourd’hui d’être reconnue « Entreprise du patrimoine vivant ».


Pôle Est Ensemble et Artefact 93

En Seine-Saint-Denis, le territoire fait preuve de dynamisme dans le secteur des métiers d’art : exemples avec Est Ensemble et son Pôle dédié puis, avec Artefact 93.


Made In Montreuil !

Avec 56 métiers différents rassemblés dans un même lieu, dont un grand nombre de métiers d’art, Ici Montreuil invente une nouvelle façon de travailler et de créer, collective et coopérative.