print
 

2014 : un budget qui protège et prépare l’avenir

La crise se prolonge, et les premiers signes de reprise économique mettront encore du temps à se traduire sur le marché de l’emploi. Dans cette période difficile, le Conseil général, chef de file des solidarités est au premier rang pour protéger ses concitoyens.

C’est son rôle et cette année encore, le Département fera face à des dépenses sociales obligatoires probablement encore très fortes. Depuis 2005, les dépenses obligatoires ont déjà doublé, passant de 300 à 600 millions d’euros. Une solidarité plus que jamais indispensable.

La crise se prolonge, et les premiers signes de reprise économique mettront encore du temps à se traduire sur le marché de l’emploi. Dans cette période difficile, le Conseil général, chef de file des solidarités est au premier rang pour protéger ses concitoyens. C’est son rôle et cette année encore, il fera face à des dépenses sociales obligatoires probablement encore très fortes. Depuis 2005, les dépenses obligatoires ont déjà doublé, passant de 300 à 600 millions d’euros. Une solidarité plus que jamais indispensable.

 Quid des impôts ?

Dans son budget 2014, le Conseil général a aussi choisi de ne pas recourir à l’unique levier fiscal dont il dispose, la taxe sur le foncier bâti. Dans la situation financière difficile qui est celle du département, ce n’est pas un choix simple et anodin. Pour Stéphane Troussel, président du Conseil général « il n’est pas normal que les habitants des territoires les plus en difficulté supportent les taux d’imposition les plus élevés ». Il estime qu’on ne pourra pas éviter plus longtemps le débat sur la fiscalité locale car elle est devenue inadaptée et injuste.

 La priorité 2014 : l’éducation

Dans le département le plus jeune de France, où tous les indicateurs scolaires sont très inférieurs aux moyennes régionale et nationale, seul un investissement massif et prolongé dans l’éducation peut porter ses fruits. Un constat qui a conduit le Conseil général à lancer le plan exceptionnel d’investissement pour les collèges. Le budget qu’il propose pour le réaliser est un budget record en ce qui concerne l’investissement. Des mesures concrètes et pas superflues pour les élèves et les familles de Seine-Saint-Denis car il s’agit de 12 nouveaux collèges, 5 cuisines centrales, des gymnases, des outils numériques répondant aux nouvelles attentes pédagogiques.

Au total, ce sont 158 millions d’euros qui seront utilisés cette année dans l’éducation. 17 millions seront notamment consacrés à des travaux de modernisation ou à de grosses réparations, 3 millions à l’acquisition de nouveaux équipements informatiques, 2 millions au raccordement au très haut débit et 1 million au renouvellement de matériel et de mobilier.

 Protéger ceux qui en ont besoin

Pour les plus âgés, le Conseil général finance les aides à domicile, les transports adaptés et des maisons de retraite médicalisées. Il prend en charge le Revenu de solidarité active (RSA), son réseau d’assistantes sociales est au plus près de la population. Il soutient la construction de logements sociaux et propose des parcours d’insertion professionnelle, qui peuvent par exemple prendre la forme de CAE (contrats d’accompagnement dans l’emploi), de contrats emploi jeunes...
Le Conseil général protège aussi les enfants, dans ses PMI (Protection maternelle et infantile), dans ses crèches, dans ses familles d’accueil… Il salarie des médecins, des auxiliaires de puériculture, gère le service de l’adoption, l’Aide sociale à l’enfance.

Le Conseil général poursuit toutes ses autres politiques pour améliorer la vie quotidienne de ses concitoyens… à commencer par les transports, qui eux aussi sortent de terre et préparent le développement du département. Il poursuit ses actions en faveur de l’emploi notamment auprès des jeunes via les emplois d’avenir, la garantie jeunes, et les conventions qui se multiplient avec les entreprises du territoire.

 Un budget qui prépare l’avenir

Le Conseil général est à nouveau en capacité de se projeter vers l’avenir, notamment en limitant le plus possible son recours à l’emprunt. Ce budget maîtrisé permet d’envisager de futurs investissements. Pour poursuivre son effort sur les collèges il pense déjà à 2020. Un nouveau plan d’investissements touchera tous les collèges vieillissants qui ont un besoin de remise à niveau. « Nous en débattrons à l’automne mais selon moi, il faudra que nous soyons capables de programmer la construction d’au moins 7 nouveaux collèges et des rénovations lourdes dans environ 80 collèges. » poursuit Stéphane Troussel. Les grands axes du budget 2015 sont déjà esquissés : la petite enfance avec des investissements dans les crèches départementales et de nouveau un soutien à la création de places.

 Vers la fin du moratoire ?

Dès l’année prochaine, le Conseil général pourrait envisager une sortie du moratoire. Au vu du contexte financier, ce dernier avait été contraint de geler en 2012, 2013 et 2014 les subventions aux communes du département pour investir dans de nouveaux projets. Un signal fort adressé aux communes du département qui connaissent elles aussi des difficultés.

Dossier réalisé par Isabelle Lopez

« Je n’ai qu’une ambition, celle d’apporter aux habitants de ce territoire des réponses concrètes et rapides à leurs attentes légitimes d’égalité, de solidarité et d’efficacité. (…) Les habitants que nous rencontrons ne nous parlent ni de la métropole, ni de la suppression de tel ou tel échelon. Ils nous parlent de logement, d’emploi, d’environnement, de sécurité, de réussite scolaire. Ils attendent des changements concrets, palpables dans leur quotidien. (…) Je suis prêt à toutes les discussions sur la meilleure organisation territoriale et sur l’avenir du département, à condition que les réformes envisagées soient une garantie de plus d’égalité, plus de solidarité et plus de démocratie. »
Stéphane Troussel, président du Conseil général
Extrait du discours du 10 avril 2014, lors du vote du budget.

 Le budget en bref

Soutien à l’éducation
158 millions d’euros seront utilisés cette année à l’éducation. Après deux nouveaux collèges inaugurés l’an dernier, ce sont douze nouveaux établissements qui seront livrés en 2014 pour accueillir les jeunes de Seine-Saint-Denis.
Dans les collèges 3 millions seront consacrés à l’acquisition d’équipements informatiques, 2 millions d’euros pour le raccordement très haut débit, 17 millions à des travaux de modernisation ou de grosses réparations et 1 million d’euros pour renouveler le matériel et le mobilier.

Soutien à l’emploi
Premier employeur du département, le Conseil général soutient les pôles de compétitivité, les créateurs d’entreprise innovants hébergés au sein des incubateurs et pépinières d’entreprises via la création de la Maison des sciences de l’Homme.

Soutien au logement
Le Conseil général consacre 3,6 millions à la construction de logements sociaux et 1,2 million à aider les propriétaires occupants. Il soutient l’OPH 93 à hauteur de 3,5 millions d’euros et verse aux communes et aux associations 1,3 million d’euros au titre de la réhabilitation des quartiers anciens.

Routes et transport en commun
86 millions d’euros dont 40 pour développer les transports en commun en site propre (Tram’Y, T1 Noisy-le-Sec/Val-de-Fontenay, mise en place d’un bus à haut niveau de service sur l’ex-RN3), 10 millions d’euros pour remettre en état les voiries départementales, 6 millions d’euros pour réguler le trafic via la signalisation tricolore, 10 millions d’euros pour la RD28, 4 millions d’euros pour poursuivre le programme de sécurité routière intégrant les abords des collèges et 1,5 million d’euros pour rénover et renforcer de l’éclairage public.

Soutien à la nature en ville
6 millions d’euros sont consacrés à l’entretien des parcs départementaux et 1 million à l’éducation à l’environnement et au développement durable dans notre département.

à lire aussi

Budget 2014 : les grandes lignes par Stéphane Troussel

L’interview de Stéphane Troussel, le Président du Conseil général, sur le budget 2014.


Le budget 2014 en infographie

Un budget en forte augmentation sans hausse d’impôt, le top 5 des missions du Département, combien par habitant ? Le budget 2014 de la Seine-Saint-Denis en 6 infographies.